Privatisation des cantines : « plus mobilisés que jamais ! »


Délégation, distribution de tracts, discussions avec les parents. Les actions se poursuivent. Le syndicat FO rejoint le mouvement, les enseignants expriment leur solidarité. Récit d’une quatrième journée de grève à Aubagne.

Après le houleux Conseil municipal de mercredi soir (lire le compte-rendu de Mèfi!), c’est plus déterminés que jamais que les grévistes s’apprêtaient à entamer leur quatrième jour de grève.

Premier point chaud, le piquet de grève installé devant les services techniques, où se relaient 24 h sur 24 depuis trois jours les personnels grévistes. Bien réchauffée par les palettes qui brûlent en continu une des salariés témoigne :« Y a des Aubagnais qui nous apportent à boire et à manger, ça fait chaud au cœur. Y a 32 collègues qui risquent de perdre leur boulot, on ne laissera pas faire".  Un autre de ses collègues d’expliquer « On a vu, hier au Conseil municipal, ils n’en menaient pas large. Ils pensaient qu’on ne dirait rien. Maintenant qu’on a commencé on va aller jusqu’au bout. »

Toute la matinée, défileront les agents en grève, de tous les services, pour récupérer des tracts, les dernières infos, et repartir avec les feuilles de pétitions à faire signer aux parents devant les écoles. « En général les parents comprennent. L’accueil devant les écoles est très bon et les parents signent la pétition. On se bat à la fois pour le service public et pour la qualité des repas de nos enfants » explique un des grévistes.

Vers 10h30, on apprend qu’une délégation sera reçue, à 15 h en Mairie par Alain Rousset, le premier adjoint, rebaptisé Hannibal Lecter par ses fans, et par le Directeur général des services Joël Raffin. Tout le monde s’agite, sms, Facebook, mails, coups de fil pour avertir les collègues et être nombreux devant la Mairie. Un peu d’espoir parcourt l’assemblée, même si les plus expérimentés restent prudents : « Une fois de plus Gazay envoie faire le boulot par quelqu’un d’autre » se moque un syndicaliste.

A 14h30, la magie de la mobilisation opère. Plus de 250 personnes se retrouvent devant la Mairie. Des grévistes, mais aussi des employés communaux qui répondent à l’appel des syndicats et qui quittent leurs postes de travail.  Sono, drapeaux, on ne peut pas les ignorer, pacifiquement ils envahissent le hall de la Mairie. Devant la Mairie on apprend que le syndicat FO des territoriaux d’Aubagne rejoint le mouvement et appelle à son tour à cesser le travail.

Une vingtaine de minutes plus tard, la délégation ressort en colère. Le dialogue de sourd se poursuit. Le premier adjoint allant même jusqu’à porter de graves accusations en direction des grévistes qui selon lui menaceraient les non-grévistes et pratiqueraient des dégradations. La colère est forte et la détermination monte d’un cran. « En disant des conneries pareilles on est plus mobilisés que jamais » lançait une manifestante.


Un cortège spontané se forme Rue de la République et la manifestation prend la direction de la Gare pour prendre le tramway et retourner aux services techniques afin de tenir une nouvelles assemblée générale.

L’AG est unanime. Reconduction de la grève pour vendredi. Différentes opérations surprises sont préparées, les grévistes engageront une tournée des services pour appeler leur collègue à cesser le travail même temporairement.

A peine le temps de boire un café et le cap est mis sur l’Espace des Libertés où le Maire, dans un sens du timing parfait, avait invité les enseignants d’Aubagne à un apéritif de rentrée ! Le comité d’accueil est là : grévistes, parents en colère, enseignants, Aubagnais solidaires, tous attendent le Maire de pied ferme. La direction des services municipaux refuse aux parents l’entrée de la salle où les enseignants FSU interpellent le Maire (lire déclaration ci-dessus).

La question de la privatisation des cantines grandit à Aubagne et la sourde oreille de la municipalité commence à lasser. Et si, comme le proposait un lecteur de la page Facebook de Mèfi!, on lançait un grande consultation auprès des Aubagnais pour leur demander leur avis ?

Gabi Monnier

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Le RCA impérial ! +

    En Ligue 1, après la défaite de Monaco à Lyon (3 à 2), le PSG, vainqueur de Dijon (1 à 2) en jouant une dizaine de minutes sur les 90 de la rencontre, compte maintenant, après seulement 9 journées, 6 points d'avance sur son dauphin. La promenade de santé continue. Lire la suite
  • Demain Aubagne, il est temps +

    Jeudi 12 octobre, à la terrasse de "L'Antalya Kebab", place Joseph Rau, au cœur d'Aubagne, des militants engagés et des élus d'opposition ont annoncé, pour le 14 octobre, le lancement d'un site web participatif "Demain Aubagne" qui se veut ouvert à toutes les Aubagnaises et à tous les Aubagnais... et Lire la suite
  • Marche blanche pour l'hôpital d'Aubagne +

    Mardi 10 octobre, en pleine journée d'actions dans la fonction publique, l'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître sa décision pour l'hôpital d'Aubagne : ce sera la fermeture du service de réanimation. Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : Une dette publique, c'est quoi ? (2ème partie) +

    Pour mieux comprendre ce qu'est une dette publique, nous vous conseillons la lecture d'un livre écrit par Christophe Alévêque, humoriste et comédien mais pas que..., et Vincent Glenn, auteur de plusieurs essais sur l'économie, qui s'intitule "On marche sur la dette"(1). Lire la suite
  • Mardi 10 octobre : expression de colère des agents municipaux +

    Le 10 octobre, à l'appel de 9 organisations syndicales de la fonction publique, des millions de fonctionnaires ont fait grève, 400 000 d'entre eux ont manifesté dans les rues de leur commune. A Aubagne, au-delà des revendications nationales, les agents municipaux ont manifesté leur colère face à la politique menée Lire la suite
  • Les Chroniques du règne de François II - épisode 11 +

    François II a repris les manettes de la communication et il faut bien dire qu'il brosse les donneurs de leçon, les parvenus, les ambitieux et les petits chefs dans le sens du poil. Les médias se scandalisent faussement à propos de l'utilisation d'un vocabulaire vulgaire mais ce sont plus les Lire la suite
  • L'ARS décide la fin du service réa en 2020 +

    L'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître hier, mardi 10 octobre, au directoire de l'hôpital et à La Provence sa décision concernant le service de réanimation : il doit être fermé en 2020. Lire la suite
  • 1