Privatisation des cantines : « plus mobilisés que jamais ! »


Délégation, distribution de tracts, discussions avec les parents. Les actions se poursuivent. Le syndicat FO rejoint le mouvement, les enseignants expriment leur solidarité. Récit d’une quatrième journée de grève à Aubagne.

Après le houleux Conseil municipal de mercredi soir (lire le compte-rendu de Mèfi!), c’est plus déterminés que jamais que les grévistes s’apprêtaient à entamer leur quatrième jour de grève.

Premier point chaud, le piquet de grève installé devant les services techniques, où se relaient 24 h sur 24 depuis trois jours les personnels grévistes. Bien réchauffée par les palettes qui brûlent en continu une des salariés témoigne :« Y a des Aubagnais qui nous apportent à boire et à manger, ça fait chaud au cœur. Y a 32 collègues qui risquent de perdre leur boulot, on ne laissera pas faire".  Un autre de ses collègues d’expliquer « On a vu, hier au Conseil municipal, ils n’en menaient pas large. Ils pensaient qu’on ne dirait rien. Maintenant qu’on a commencé on va aller jusqu’au bout. »

Toute la matinée, défileront les agents en grève, de tous les services, pour récupérer des tracts, les dernières infos, et repartir avec les feuilles de pétitions à faire signer aux parents devant les écoles. « En général les parents comprennent. L’accueil devant les écoles est très bon et les parents signent la pétition. On se bat à la fois pour le service public et pour la qualité des repas de nos enfants » explique un des grévistes.

Vers 10h30, on apprend qu’une délégation sera reçue, à 15 h en Mairie par Alain Rousset, le premier adjoint, rebaptisé Hannibal Lecter par ses fans, et par le Directeur général des services Joël Raffin. Tout le monde s’agite, sms, Facebook, mails, coups de fil pour avertir les collègues et être nombreux devant la Mairie. Un peu d’espoir parcourt l’assemblée, même si les plus expérimentés restent prudents : « Une fois de plus Gazay envoie faire le boulot par quelqu’un d’autre » se moque un syndicaliste.

A 14h30, la magie de la mobilisation opère. Plus de 250 personnes se retrouvent devant la Mairie. Des grévistes, mais aussi des employés communaux qui répondent à l’appel des syndicats et qui quittent leurs postes de travail.  Sono, drapeaux, on ne peut pas les ignorer, pacifiquement ils envahissent le hall de la Mairie. Devant la Mairie on apprend que le syndicat FO des territoriaux d’Aubagne rejoint le mouvement et appelle à son tour à cesser le travail.

Une vingtaine de minutes plus tard, la délégation ressort en colère. Le dialogue de sourd se poursuit. Le premier adjoint allant même jusqu’à porter de graves accusations en direction des grévistes qui selon lui menaceraient les non-grévistes et pratiqueraient des dégradations. La colère est forte et la détermination monte d’un cran. « En disant des conneries pareilles on est plus mobilisés que jamais » lançait une manifestante.


Un cortège spontané se forme Rue de la République et la manifestation prend la direction de la Gare pour prendre le tramway et retourner aux services techniques afin de tenir une nouvelles assemblée générale.

L’AG est unanime. Reconduction de la grève pour vendredi. Différentes opérations surprises sont préparées, les grévistes engageront une tournée des services pour appeler leur collègue à cesser le travail même temporairement.

A peine le temps de boire un café et le cap est mis sur l’Espace des Libertés où le Maire, dans un sens du timing parfait, avait invité les enseignants d’Aubagne à un apéritif de rentrée ! Le comité d’accueil est là : grévistes, parents en colère, enseignants, Aubagnais solidaires, tous attendent le Maire de pied ferme. La direction des services municipaux refuse aux parents l’entrée de la salle où les enseignants FSU interpellent le Maire (lire déclaration ci-dessus).

La question de la privatisation des cantines grandit à Aubagne et la sourde oreille de la municipalité commence à lasser. Et si, comme le proposait un lecteur de la page Facebook de Mèfi!, on lançait un grande consultation auprès des Aubagnais pour leur demander leur avis ?

Gabi Monnier

Articles récents

  • Manchester by the sea +

    Manchester by the sea Manchester by the sea c’est l’histoire de la famille Chandler. Elle habite Manchester, une petite ville côtière de l’est des Etats Unis. Lee (Casey Affleck) est technicien polyvalent dans l’entretien d’immeubles ; replié sur lui-même, irascible, il porte un lourd secret. A la mort de son frère, il devient tuteur de Lire la suite
  • Gazay / Barthélémy : la rupture ! +

    Tout le monde sait depuis les élections municipales de 2008 que Gazay et Barthélémy se haïssent. En 2014, leur alliance de circonstances n'avait pour but que de battre l'équipe de Daniel Fontaine pour se partager les postes et les indemnités qui vont avec. La mairie pour Gazay, l'Agglo pour Barthélémy. Lire la suite
  • De bons résultats pour nos équipes ce week-end +

    L'AFC n'a pas pu participer à la fête, mais tous les résultats de ce week-end sont bons et porteurs de perspectives encourageantes. Lire la suite
  • Pépinières d'Artistes : FuzzyLogic lauréat 2017 +

    La Pépinières d'Artistes est une spécificité aubagnaise créée à une époque où il était de bon ton d'aider les jeunes créateurs. Ce "dinausore" a survécu aux diverses coupes sombres qu'a subies la culture ces dernière année et c'est une très bonne chose. En 2017, elle récompense FuzzyLogic, un artiste électro Lire la suite
  • Des vœux mais pas pour tous les Aubagnais +

    Qui l'eût cru ? de mémoire d'Aubagnais jamais une telle atteinte à la liberté n'avait existé. Mais Gazay l'a fait : fermer la porte de l'Espace des Libertés aux Aubagnais venus lui dire qu'ils n'étaient pas d'accord avec lui. Lire la suite
  • Que veut-on nous cacher ? +

    Depuis Edmond Garcin, la ville d'Aubagne a toujours mis à disposition de toutes les Aubagnaises et de tous les Aubagnais les comptes rendus intégraux des débats aux réunions du conseil municipal. Ce n'est plus le cas depuis mars 2016. Lire la suite
  • Le Borsalino ! +

    Le Borsalino ! Le Borsalino est un chapeau de luxe en feutre, signe des plus grands mafieux aux histoires sombres ayant fait les beaux jours de la prohibition durant les années 30. Il a donné son nom à un film réunissant deux stars du cinéma français Alain Delon et Jean-Paul Belmondo. Tiré du Lire la suite
  • 1