Auchan Aubagne réclame 300 millions à la Métropole


gargue chemin

"Privé d'extension, Auchan Aubagne réclame 300 millions à la métropole", c'est par ce titre que Marsactu et Le Ravi démarrent un article publié le 5 avril et qui concerne l'aménagement des Gargues à Aubagne.

Cet article nous confirme qu'après avoir fait invalider devant le Tribunal le Plan Local d'Urbanisme d'Aubagne, le 15 mars dernier, la Société Aubagnaise Pour l'Aménagement des Gargues (SAPAG) a engagé une nouvelle procédure en justice pour réclamer une indemnisation de 300 millions d'euros en compensation de la rupture de contrat de concession.

Certes le Directeur Général des Services de la métropole tente de se rassurer en déclarant "Ce n'est pas parce qu'il y a une demande d'indemnisation de 300 millions que l'on va être automatiquement condamnés". Mais son président et maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, lui, avoue "l'inquiétude, c'est d'avoir à payer in extenso ce qu'Auchan demande".

Sylvia Barthélémy raconte qu'elle a "négocié avec la SAPAG pour arriver à quelque chose de plus acceptable" mais "La nouvelle proposition a été rejetée par le maire d'Aubagne", mettant l'accent, une fois de plus, sur la guerre qui l'oppose à Gérard Gazay.

On peut mieux comprendre pourquoi la métropole s'acharne sur tous les projets proposés par la ville d'Aubagne (nous y reviendrons dans un prochain article).

De son côté, Paul Des Longchamps, directeur général d'Immochan, souhaite "que le bon sens revienne sur le sujet", laissant entendre qu'il est prêt à une nouvelle négociation et à une modification du projet.

Les Gargues, ce n'était pas une simple extension d'une surface commerciale, mais la création d'un véritable éco-quartier : des logements en accession et en location à des prix très acceptables (le prix des terrains étant dans les coûts d'aménagement) avec toutes les normes environnementales au plus haut niveau : plus de 3000 emplois pouvant largement bénéficier aux Aubagnaises et aux Aubagnais ; un parc naturel avec un parcours sportif de plusieurs hectares totalement pris en compte par le financement de la zone ; un complexe cinématographique qui s'engageait contractuellement à assurer la pérennité et le développement du cinéma en centre ville ; un immense équipement public culturel entièrement financé par la ZAC.

On peut compléter par une recette fiscale attendue de 17 millions annuels. De quoi payer les annuités de la dette d'Aubagne (environ 5 millions d'euros), le remboursement des emprunts pour le tramway (entre 4 et 5 millions), ceux du Val'Tram (4 millions) et quelques 2 ou 3 millions supplémentaires pour les travaux annuels.

Enfin, un organisme, totalement financé par l'aménageur, était chargé du réaménagement et de la redynamisation du centre ville d'Aubagne.

Mais Gérard Gazay, pour faire plaisir à quelques élu.e.s, plus boutiquier.ère.s que commerçant.e.s, n'en a pas voulu et préfère perdre 300 millions d'indemnités à prendre sur les finances publiques, deux fois plus que la dette d'Aubagne.

Après la perte du procès contre la banque RBS, celui sur le PLU, il va, sans aucun doute, perdre celui contre la SAPAG.

En 4 ans, il a tué Aubagne.

Bob Acad

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Une proposition pour revivifier la démocratie à Aubagne +

    Jean Reynaud qui était un des conseillers de Barthélémy aux dernières élections municipales a fait parvenir un mail à plusieurs centaines de personnes en demandant "de faire circuler sans modération". Nous nous permettons donc de publier ses propositions qui concernent l'écoute des revendications de proximité des Aubagnaises et des Aubagnais. Lire la suite
  • Faire table rase du passé +

    Ceci est un exemple parfait de l'obsession de la municipalité d'Aubagne actuellement... Faire table rase du passé et ne rien construire au service de la population, rien depuis quatre années de destructions. Après la cuisine centrale, la MJC, certains services municipaux... j'en passe et des meilleures, c'est le tour du Lire la suite
  • Place publique +

    Castro (J.P. Bacri), star télé sur le déclin, est convié à une soirée chic par sa productrice Nathalie (Léa Drucker). Il y rencontre Hélène son ex femme et collaboratrice (Agnès Jaoui). Sont invités à la fête de jeunes réalisateurs, turbulents , au sommet de leurs gloires. N’est pas invité mais s’invite, Lire la suite
  • Innovation dans la communication +

      Depuis quelques temps, des vidéos sont apparues sur les fils d'actualité facebook/twitter des habitants d'Aubagne. Magali Giovannangeli, élue municipale d'opposition a souhaité, en complément des traditionnelles tribunes d'expression ou des tracts distribués dans la rue, s'adresser aux Aubagnaises et aux Aubagnais par l'intermédiaire de vidéos. Lire la suite
  • Rassemblement de Solidarité pour la Palestine +

      Sous le parrainage de l'A.F.P.S. (Association Franco Palestinienne de Solidarité), un groupe de citoyens appelle à se réunir dans un moment de libre parole ouvert à toutes et tous, le vendredi 27 avril à 18h30, cours Foch à Aubagne. Pour protester contre les massacres dont sont victimes les Palestiniens enfermés Lire la suite
  • Les confidences de Mournaud +

    Vendredi 20 avril, deux jours après la présentation factice des "aménagements du centre ville d'Aubagne", Léo Mournaud se serait confié à des amis et à un autre élu. Il aurait d'abord affirmé être "le conseiller particulier de Gazay" et il aurait argumenté "il y a trop de retard, il faut Lire la suite
  • 13Habitat devant le Tribunal ? +

    Plusieurs articles de Mèfi vous ont informé de la décision de 13Habitat de faire payer deux fois le surloyer pendant 4 mois aux locataires concernés (voir "Scandale à 13Habitat", "Double surloyer : action en justice", "Menace d'expulsion"). Lire la suite
  • 1