2017 : une très bonne année pour Mèfi


mefi stats 2017

Google Analytics vient de nous faire parvenir les chiffres de visiteurs sur le site "www.mefi.tv" pour l'année 2017. Le nombre d'adresses IP différentes qui ont consulté notre site est de 59 398, soit une augmentation de 25% sur 2016.

En 2016, nous en avions comptabilisées 47 424. C'était déjà 24% de plus qu'en 2015 (38 267). Pour 2014, notre année de naissance, nous étions à 5 278, mais le site n'avait réellement fonctionné que 4 mois.

Une adresse IP ne correspond pas à un lecteur. Il s'agit simplement d'un ordinateur, d'un mobile ou d'une tablette différent. Même si, souvent, si vous êtes en réseau, tous les ordinateurs auront la même adresse IP ou, si tous vos appareils sont branchés sur une même box, google n'enregistrera qu'une seule adresse IP.

Les "statisticiens-techniciens" de google "conseillent" de diviser par 2, voire 2,5, pour trouver le nombre de lecteurs "physiques" réels. Cela reste très impressionnant.

25% de lecteurs de plus qu'en 2016

Si on rajoute la page facebook qui a "tourné" avec une moyenne annuelle de 21 000 "portées de publication" hebdomadaire en 2017 et qui se trouve à quelques unités des 4000 abonné.e.s, on peut affirmer sans faire plaisir à tout le monde que Mèfi est devenu incontournable dans le paysage de l'information d'Aubagne et de son territoire.

Pourtant, l'immense majorité des agents communaux et intercommunaux viennent lire sans laisser de traces ou de commentaires par peur de représailles. C'est le cas, aussi, de nombre de représentants associatifs.

Des militants de gauche font de même pour ne pas subir des remarques dans leur propre camp. Chacun des groupes pense que c'est l'autre qui manipule Mèfi sans comprendre la réalité toute simple : Mèfi n'appartient à personne d'autre qu'à ses rédacteurs.

On sait que tous les élus de l'équipe à Gazay et l'appareil municipal y viennent quotidiennement, souvent pour être informés des décisions municipales. La directrice de cabinet, ses collaborateurs, le responsable de l'événementiel et le directeur adjoint des services techniques y sont "branchés" quasiment en permanence.

Même Giovanni Schipani et Léo Mournaud que nous ne ménageons pourtant pas, n'ont pas résisté à mettre un "J'aime" sur un de nos articles en 2017. Nous avons eu droit, cette année, à une intervention publique sur notre page facebook de José Perez, collaborateur du maire.

Les journalistes de la presse quotidienne régionale ne peuvent plus ignorer l'existence de notre média et l'information qu'il diffuse, même si nous n'avons pas tous notre carte de journaliste professionnel.

Nos lectrices et nos lecteurs, par mails à la rédaction ou par messages privés sur facebook, de plus en plus nombreuses et nombreux, nous signalent un lieu particulièrement sale, des rats dans les quartiers, des espaces verts peu ou pas entretenus, des propriétés communales (terrains de sport, gymnases, écoles...) laissées sans maintenance, des pannes d'électricité à répétition et anormales, des dysfonctionnements en tout genre, des événements à faire connaître. 

Schipani et Mournaud aiment les articles de Mèfi

Ils savent qu'une publication dans Mèfi est une forte pression sur les responsables institutionnels pour les obliger à corriger les manques les plus criants, sans, hélas, pour l'instant, remettre en cause la politique d'abandon qui caractérise Aubagne depuis 2014.

Nos articles donnent, souvent, une information que l'on ne trouve pas ailleurs et qui, surtout, se révèle, toujours, vraie.

Alors que le maire niait, nous avions annoncé la privatisation de la restauration municipale, la liquidation de la MJC, la volonté d'expulser de leurs locaux le Secours populaire, les Restos du Coeur, les syndicats...

Nous avons pu mettre en lumière les mensonges de la propagande municipale, en particulier sur les finances et la dette. Encore ce mois-ci, AJJ titre "Une ville mieux gérée", alors qu'Aubagne est devenue un contre exemple pour tous les maires du département, toutes tendances confondues. Seul le préfet qui n'a de compte à rendre à personne d'autre qu'au gouvernement est satisfait.

Nos lectrices et nos lecteurs savent maintenant que la dette d'Aubagne n'a pas diminué, malgré tous les sacrifices demandés et les millions du patrimoine communal vendus. Les mensonges sont démasqués comme celui d'AJJ de janvier qui publie un graphique où la "colonne" de la dette est plus grande en 2018 qu'en 2014, mais le chiffre, lui, est moins élevé. Si cela vous a échappé, allez voir : en matière de fausse information, cela vaut le détour.

En septembre, nous avons publié le bilan du mandat qui faisait la démonstration, documents réels à l'appui, que l'essentiel des engagements n'avaient pas été tenus.

Mèfi, le média vérité face aux mensonges de la propagande municipale

Après la tentative de réponse municipale en octobre avec la distribution à 25 000 exemplaires d'une luxueuse brochure, de nouveau, page par page nous avons donné les preuves que Mèfi avait raison et que près de 90% des promesses électorales n'avaient pas vu le moindre commencement de réalisation.

Castaner et Mélenchon nous ont accordé une interview. Orihuel, Mavridès, Candela, Harkane, Danchesi, Fontaine, Maccari, Izquierdo, Giovannangeli, Grandjean, Migliaccio, Vandrame, Pillé s'y sont exprimés. Ils peuvent recommencer quand ils le souhaitent, s'ils le souhaitent. D’autres peuvent le faire. Nos colonnes sont ouvertes à toutes et tous, sans aucune censure, ni aucune contrainte.

Les collectifs de défense de l’hôpital, contre l’expulsion du Secours Populaire, la MJC en danger, les intersyndicales, les UL, les syndicats ont largement utilisé nos colonnes. Nous sommes à leur disposition.

Gazay lui même peut s'en saisir, sans censure. Mais on ne garantit pas sans réponse.

Les chroniques cinéma, livres à découvrir, Duchemin, sport, font, maintenant, référence.

Le contre-édito du maire, les tribunes, Pimprenelle et Nicolas, des nouvelles du front du service public, le Rami des mamies sont des publications attendues.

Nous pourrions citer de nombreux autres exemples qui expliquent très largement le succès d'audience de cet outil d'informations réalisé par des amateurs bénévoles et militants non encartés qui s'en amusent sérieusement.

Vive 2018 et un immense merci à toutes nos lectrices et tous nos lecteurs.

La rédaction 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Gazay rate sa cérémonie de voeux +

    Le vendredi 19 janvier, à l'Espace des Libertés, le maire d'Aubagne avait invité la population aubagnaise à le rejoindre à l'occasion de "sa" cérémonie des vœux. Lire la suite
  • Imposture : CSG et Taxe d'Habitation +

    Macron ,Castaner et consorts, nos Pinocchios nationaux, répondent sans vergogne aux médias que notre pouvoir d’achat sera augmenté en 2018 pour des millions de personnes. Le cas de notre foyer après simulation sur le "site d’impots.gouv" démontre l’inverse : taxe d’habitation 2017, 2327 € , nous attendons toujours la baisse de 15% promise par Gazay. Revenu imposable Lire la suite
  • Cuges: les élus de la majorité penchent sérieusement vers la droite extrême +

      Lors du conseil municipal du 18 décembre, perdue dans une délibération concernant le règlement de la cantine scolaire, une phrase en apparence anodine prévoit « la fin des repas spéciaux ». Lire la suite
  • Les Alters font leurs vœux +

    Mercredi 17 janvier avait lieu la conférence de presse pour annoncer les vœux du groupe d'opposition Aubagne Alternative Citoyenne et Ecologiste et de l’association Aubagne à venir. Lire la suite
  • La colère de M. Bacchio, restaurant le 3 Farfalle +

    M. Bacchio, l'un des propriétaires du restaurant "Le 3 Farfalle", place Joseph Rau, ne décolère pas devant le refus persistant de la mairie de lui accorder l'autorisation d'une terrasse couverte. Lire la suite
  • De l'eau pour tous +

    Le 8 janvier, le quotidien La Provence faisait connaître à ses lecteurs l'existence d'un Aubagnais qui habitait au croisement des Arnauds et de Longuelance et qui ne bénéficiait pas de la distribution de l'eau potable. Lire la suite
  • La Font de mai saccagée en 2018 ? +

    Souvenons-nous que la création de ce domaine public de 97 hectares inauguré en 2007 avait fait l'objet de nombreuses réunions de concertation et se donnait comme objectifs la protection de la colline, l'accès à tou-te-s les habitant-e-s pour y randonner, découvrir la faune, la flore et le patrimoine... Qu'en est-t-il Lire la suite
  • 1