Quartiers d'Aubagne #6 - Palissy : caméra hors-champ


quartiers palissy

On vient de basculer dans l'heure d'hiver. La nuit s'affiche plus tôt mais les plus longues journées d'été n'apportaient pas davantage d'éclaircies ni de fantaisies.

Bientôt, quelques formes de couleurs, sobres décorations de fin d'année, tenteront de nous inviter à la fête. Elles ne suffiront pas à illuminer les regards. Elles ne déborderont pas l'avenue et ne viendront pas remplacer la végétation du jardin qui a subit le cyclone des tronçonneuses : la caméra veut du champ.

Là où la lumière devrait rayonner, les ombres animer la soirée, les rires et la musique résonner, tout est sombre depuis la fermeture, la veille, du « lieu de vie », près du jardin asséché et dépossédé de son droit à l'automne, seul un foyer éclaire de ses flammes un four désormais interdit ; dérisoire tentative de quelques jeunes désœuvrés pour recréer un peu de chaleur humaine.

Elle sera bientôt découragée par la caméra qui veille jour et nuit. Le vent a soufflé toute la journée. Il s'est calmé mais préserve encore quelques colères. Le début de la nuit a assoupi le flux de la circulation et des embouteillages, elle a calmé les nerfs de la rue montante qui mène à l'école.

L'horodateur « non grata » décoré de tags s'est mis au repos. Les auteurs de la déco n'ont sans doute pas réalisé que la caméra regarde à 360 degrés. Cindy aurait peut-être 30 ans aujourd'hui. Au mois de novembre, des fleurs, ce soir fanées, sont solidement scotchées au pylône près de la plaque en marbre scellée dans le mur. Une pensée ininterrompue depuis 16 ans. Le bouquet résiste au vent qui par moment lance ses bourrasques.

Tout à côté, la chaise du guetteur n'est plus d'aucune utilité depuis le passage des tronçonneuses. Jusqu'à quand ? Elle est couchée dans la jardinière au milieu des bouteilles de coca vides et des emballages de Mac'Do. La caméra ne fera ce soir que le constat d'une jardinière sans fleurs. Comme les fleurs et le jardin la ville se fane.

Une voiture stationne. En sort une maman et ses deux enfants. Le joyeux chahut emprunte d'un pas rapide la rue surveillée. Puis une autre rue. A découvert celle-ci. Une fenêtre éclairée nous laisse deviner Sabine attachée à une écriture qui illuminera dans quelques temps des visages d'enfants.

Un calicot rouge empreint de lettres noires est éclairé par un projecteur qui jaillit sur les murs de l'impasse. Dans la nuit du quartier cette rue prépare le futur.

D'autres parents, d'autres enfants. Pendant une heure, sous les projecteurs rouges, une actrice va danser avec des marionnettes, jongler avec des haches, jouer avec le bruit d'une machine à coudre et des pelotes de soie, nous dire une solitude dans un décor baroque. Des mains claqueront. Des joies et des mots fleuriront.

D'ici, heureusement, la caméra est Hors-champ.

Une ville se fane... Les tourments la condamnent. F. Cabrel (On doit être hors-saison).

Robin des Aires

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1