Restauration scolaire et MJC : les mêmes prétextes


dalai lama

En mars 2015, Mèfi mettait en garde contre la volonté de Gazay de privatiser la restauration scolaire. En mai 2015, la ville d'Aubagne lançait un audit. Après de nombreuses initiatives, le 1er août 2016, le maire d'Aubagne vendait la cuisine centrale et la restauration scolaire à une entreprise privée, la Sogérès, filiale de la Sodexo. La MJC est sur la même voie. Le théâtre Comœdia, le service aide à domicile et nettoiement seraient-ils dans le colimateur du Maire ?

En juin, puis en septembre 2015, le maire venait affirmer au personnel "les yeux dans les yeux" qu'il n'y aurait pas de privatisation. En octobre de la même année, il raillait les élus de l'opposition de gauche en expliquant qu'il s'agissait "de simples élucubrations".

Au conseil municipal de novembre, les élus de la majorité expliquaient la mauvaise gestion de la cuisine, les coûts trop élevés, l'absence de produits frais, le bio en quantité insuffisante, la nécessité de faire beaucoup mieux pour nos enfants.

"De simples élucubrations" disait Gazay au sujet de la privatisation de la cantine

En décembre, après plusieurs semaines de grève, la ville lançait le processus de liquidation du service public de restauration tout en mettant en place une commission chargée de réfléchir à "l'avenir de la cuisine centrale et de faire des propositions". "Tout est ouvert" proclamait Gazay.

En février 2016, les propositions de la commission n'étaient même pas examinées et la procédure de vente était lancée. En juillet 2016, la majorité municipale contre l'avis de tous les groupes d'opposition (53 % des votants aux municipales de 2014) décidait du choix du nouveau propriétaire de la cantine scolaire. Le 1er août, la Sogérès était en place.

Depuis la rentrée, les tarifs ont augmenté, il faut payer d'avance, tout manquement est transmis au trésor public sans sommation, plus de 30 % des élèves ne mangent plus à la cantine, pour l'essentiel de ceux qui restent, ils sortent le soir en criant famine, à cause des faibles quantités de nourriture ou parce que c'était immangeable. Et pourtant nous sommes dans les deux ou trois années où la Sogérès/Sodexo doit faire le nécessaire pour faire croire que c'est mieux qu'avant ! Vous imaginez les années qui vont suivre.

La liste Gazay/Barthélémy ne représente que 47 % des votants

En mai-juin 2015, la ville a commandité un audit interne de la MJC, passé inaperçu (sauf pour Mèfi qui l'avait annoncé en mars). En mars 2016, la subvention de la MJC se voyait amputée de 120 000€.

En septembre 2016, Gazay, interrogé par les élus d'opposition et par le comité de soutien, jurait qu'il n'y "avait rien de décidé". Au conseil municipal de novembre, l'Amy du maire, élu à l'a-culture (qui confond Jean-Bernard Métais et Danielle Jacqui) déclarait "les yeux dans les yeux", avec emphase et suffisance (qui ne sont pas deux auteures dramatiques) : "Nous n'avons pas la volonté de supprimer la MJC, vous le verrez au moment du vote de la subvention".

Audit interne au Théâtre

En décembre, la subvention votée était de 290 000€, soit 210 00€ de moins qu'en 2015 ! Tout en affirmant qu'une commission de réflexion devait se créer, que la gestion n'était pas rigoureuse, qu'il n'y avait pas assez d'ateliers, trop peu d'adhérents, que les jeunes méritaient mieux, etc, etc. Cela ne vous rappelle rien ? Rien de bon en perspective. La vente de la MJC n'est pas loin.

A quand le prochain ? Nous nous sommes laissés dire qu'un audit interne avait eu lieu au théâtre, ainsi qu'au service des aides à domicile et au nettoiement. La nouvelle DRH qui arrive de Marseille Provence Métropole y avait la fonction de "Directrice audit interne".

Profitons bien du réveillon et du jour de l'an, 2017 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Le RCA impérial ! +

    En Ligue 1, après la défaite de Monaco à Lyon (3 à 2), le PSG, vainqueur de Dijon (1 à 2) en jouant une dizaine de minutes sur les 90 de la rencontre, compte maintenant, après seulement 9 journées, 6 points d'avance sur son dauphin. La promenade de santé continue. Lire la suite
  • Demain Aubagne, il est temps +

    Jeudi 12 octobre, à la terrasse de "L'Antalya Kebab", place Joseph Rau, au cœur d'Aubagne, des militants engagés et des élus d'opposition ont annoncé, pour le 14 octobre, le lancement d'un site web participatif "Demain Aubagne" qui se veut ouvert à toutes les Aubagnaises et à tous les Aubagnais... et Lire la suite
  • Marche blanche pour l'hôpital d'Aubagne +

    Mardi 10 octobre, en pleine journée d'actions dans la fonction publique, l'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître sa décision pour l'hôpital d'Aubagne : ce sera la fermeture du service de réanimation. Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : Une dette publique, c'est quoi ? (2ème partie) +

    Pour mieux comprendre ce qu'est une dette publique, nous vous conseillons la lecture d'un livre écrit par Christophe Alévêque, humoriste et comédien mais pas que..., et Vincent Glenn, auteur de plusieurs essais sur l'économie, qui s'intitule "On marche sur la dette"(1). Lire la suite
  • Restaurant breton à Aubagne +

    Restaurant breton à Aubagne La Bolée Bretonne se trouve au début de l'avenue Antide Boyer. Vous ne pouvez pas rater cette crêperie. Sur deux niveaux et une cour intérieure, une centaine de couverts vous attendent dans un décor moderne et très agréable. L'accueil y est tout de suite convivial et sympathique. Aucune attente pour le Lire la suite
  • Mardi 10 octobre : expression de colère des agents municipaux +

    Le 10 octobre, à l'appel de 9 organisations syndicales de la fonction publique, des millions de fonctionnaires ont fait grève, 400 000 d'entre eux ont manifesté dans les rues de leur commune. A Aubagne, au-delà des revendications nationales, les agents municipaux ont manifesté leur colère face à la politique menée Lire la suite
  • Les Chroniques du règne de François II - épisode 11 +

    François II a repris les manettes de la communication et il faut bien dire qu'il brosse les donneurs de leçon, les parvenus, les ambitieux et les petits chefs dans le sens du poil. Les médias se scandalisent faussement à propos de l'utilisation d'un vocabulaire vulgaire mais ce sont plus les Lire la suite
  • 1