Restauration scolaire et MJC : les mêmes prétextes


dalai lama

En mars 2015, Mèfi mettait en garde contre la volonté de Gazay de privatiser la restauration scolaire. En mai 2015, la ville d'Aubagne lançait un audit. Après de nombreuses initiatives, le 1er août 2016, le maire d'Aubagne vendait la cuisine centrale et la restauration scolaire à une entreprise privée, la Sogérès, filiale de la Sodexo. La MJC est sur la même voie. Le théâtre Comœdia, le service aide à domicile et nettoiement seraient-ils dans le colimateur du Maire ?

En juin, puis en septembre 2015, le maire venait affirmer au personnel "les yeux dans les yeux" qu'il n'y aurait pas de privatisation. En octobre de la même année, il raillait les élus de l'opposition de gauche en expliquant qu'il s'agissait "de simples élucubrations".

Au conseil municipal de novembre, les élus de la majorité expliquaient la mauvaise gestion de la cuisine, les coûts trop élevés, l'absence de produits frais, le bio en quantité insuffisante, la nécessité de faire beaucoup mieux pour nos enfants.

"De simples élucubrations" disait Gazay au sujet de la privatisation de la cantine

En décembre, après plusieurs semaines de grève, la ville lançait le processus de liquidation du service public de restauration tout en mettant en place une commission chargée de réfléchir à "l'avenir de la cuisine centrale et de faire des propositions". "Tout est ouvert" proclamait Gazay.

En février 2016, les propositions de la commission n'étaient même pas examinées et la procédure de vente était lancée. En juillet 2016, la majorité municipale contre l'avis de tous les groupes d'opposition (53 % des votants aux municipales de 2014) décidait du choix du nouveau propriétaire de la cantine scolaire. Le 1er août, la Sogérès était en place.

Depuis la rentrée, les tarifs ont augmenté, il faut payer d'avance, tout manquement est transmis au trésor public sans sommation, plus de 30 % des élèves ne mangent plus à la cantine, pour l'essentiel de ceux qui restent, ils sortent le soir en criant famine, à cause des faibles quantités de nourriture ou parce que c'était immangeable. Et pourtant nous sommes dans les deux ou trois années où la Sogérès/Sodexo doit faire le nécessaire pour faire croire que c'est mieux qu'avant ! Vous imaginez les années qui vont suivre.

La liste Gazay/Barthélémy ne représente que 47 % des votants

En mai-juin 2015, la ville a commandité un audit interne de la MJC, passé inaperçu (sauf pour Mèfi qui l'avait annoncé en mars). En mars 2016, la subvention de la MJC se voyait amputée de 120 000€.

En septembre 2016, Gazay, interrogé par les élus d'opposition et par le comité de soutien, jurait qu'il n'y "avait rien de décidé". Au conseil municipal de novembre, l'Amy du maire, élu à l'a-culture (qui confond Jean-Bernard Métais et Danielle Jacqui) déclarait "les yeux dans les yeux", avec emphase et suffisance (qui ne sont pas deux auteures dramatiques) : "Nous n'avons pas la volonté de supprimer la MJC, vous le verrez au moment du vote de la subvention".

Audit interne au Théâtre

En décembre, la subvention votée était de 290 000€, soit 210 00€ de moins qu'en 2015 ! Tout en affirmant qu'une commission de réflexion devait se créer, que la gestion n'était pas rigoureuse, qu'il n'y avait pas assez d'ateliers, trop peu d'adhérents, que les jeunes méritaient mieux, etc, etc. Cela ne vous rappelle rien ? Rien de bon en perspective. La vente de la MJC n'est pas loin.

A quand le prochain ? Nous nous sommes laissés dire qu'un audit interne avait eu lieu au théâtre, ainsi qu'au service des aides à domicile et au nettoiement. La nouvelle DRH qui arrive de Marseille Provence Métropole y avait la fonction de "Directrice audit interne".

Profitons bien du réveillon et du jour de l'an, 2017 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • L'intersyndicale de l'hôpital d'Aubagne a rencontré l'Agence Régionale de Santé +

    Mercredi 21 juin, l'intersyndicale de l'hôpital d'Aubagne a été reçue par l'Agence Régionale de Santé. Les organisations syndicales ressortent de cet entretien très amères, mais déterminées à ne rien lâcher. Nous avons décidé de vous faire connaitre l'intégralité de leur réaction que vous pouvez lire ci-dessous. Lire la suite
  • Crèche à Aubagne : c'est la Sodexo qui va gérer +

    Tout le monde se souvient que dans la mandature précédente, l'équipe Fontaine avait lancé un projet de "Cantou partagé", c'est à dire une résidence intergénérationnelle dont quelques places réservées aux malades atteints de la maladie d'Alzheimer, une crèche et des espaces communs. Lire la suite
  • Mèfi : changement de stratégie de Gazay et de son équipe +

    Dans le paysage médiatique aubagnais, Mèfi (avec un accent grave !) est devenu incontournable. Pas seulement grâce au nombre de ses lecteurs qui ne cesse de grandir de mois en mois, mais aussi parce qu'on y trouve les informations que tout le monde cherche. Lire la suite
  • AJJ / AGG de juin confirme les informations de Mèfi +

    Nous avons déjà eu l'occasion de montrer et démontrer comment depuis maintenant plus de deux ans, AJJ/AGG, le magazine mensuel de la propagande municipale, tentait, à chaque parution, de répondre aux informations de Mèfi, sans jamais le nommer. Lire la suite
  • Eau des Collines : danger ! +

    Notre dernier article concernant notamment la gestion du personnel de cette société (publique ?) faisait part de plusieurs licenciements (6) survenus dans une période récente. Lire la suite
  • Ce qui nous lie +

    Ce qui nous lie Trois frères et sœurs se retrouvent, à la mort de leur père, dans leur propriété vinicole, au cœur de la Bourgogne.  Ce qui nous lie, c’est la vie simple et compliquée d’une famille qui se rassemble, qui s’aime et qui est confrontée aux difficultés de l’existence. Film tourné sur quatre Lire la suite
  • ZAC des Vigneaux à Cuges : Destrost et sa majorité persistent et signent +

    La cheffe du gouvernement britannique Thérésa May  a déclaré après avoir provoqué des élections catastrophiques pour son parti : « je vous ai mis dans le pétrin, mais je vais vous en sortir ». Pour Bernard Destrost  et sa majorité, ça devient : « je vous ai mis dans le pétrin, et je ne suis pas Lire la suite
  • 1