Restauration scolaire et MJC : les mêmes prétextes


dalai lama

En mars 2015, Mèfi mettait en garde contre la volonté de Gazay de privatiser la restauration scolaire. En mai 2015, la ville d'Aubagne lançait un audit. Après de nombreuses initiatives, le 1er août 2016, le maire d'Aubagne vendait la cuisine centrale et la restauration scolaire à une entreprise privée, la Sogérès, filiale de la Sodexo. La MJC est sur la même voie. Le théâtre Comœdia, le service aide à domicile et nettoiement seraient-ils dans le colimateur du Maire ?

En juin, puis en septembre 2015, le maire venait affirmer au personnel "les yeux dans les yeux" qu'il n'y aurait pas de privatisation. En octobre de la même année, il raillait les élus de l'opposition de gauche en expliquant qu'il s'agissait "de simples élucubrations".

Au conseil municipal de novembre, les élus de la majorité expliquaient la mauvaise gestion de la cuisine, les coûts trop élevés, l'absence de produits frais, le bio en quantité insuffisante, la nécessité de faire beaucoup mieux pour nos enfants.

"De simples élucubrations" disait Gazay au sujet de la privatisation de la cantine

En décembre, après plusieurs semaines de grève, la ville lançait le processus de liquidation du service public de restauration tout en mettant en place une commission chargée de réfléchir à "l'avenir de la cuisine centrale et de faire des propositions". "Tout est ouvert" proclamait Gazay.

En février 2016, les propositions de la commission n'étaient même pas examinées et la procédure de vente était lancée. En juillet 2016, la majorité municipale contre l'avis de tous les groupes d'opposition (53 % des votants aux municipales de 2014) décidait du choix du nouveau propriétaire de la cantine scolaire. Le 1er août, la Sogérès était en place.

Depuis la rentrée, les tarifs ont augmenté, il faut payer d'avance, tout manquement est transmis au trésor public sans sommation, plus de 30 % des élèves ne mangent plus à la cantine, pour l'essentiel de ceux qui restent, ils sortent le soir en criant famine, à cause des faibles quantités de nourriture ou parce que c'était immangeable. Et pourtant nous sommes dans les deux ou trois années où la Sogérès/Sodexo doit faire le nécessaire pour faire croire que c'est mieux qu'avant ! Vous imaginez les années qui vont suivre.

La liste Gazay/Barthélémy ne représente que 47 % des votants

En mai-juin 2015, la ville a commandité un audit interne de la MJC, passé inaperçu (sauf pour Mèfi qui l'avait annoncé en mars). En mars 2016, la subvention de la MJC se voyait amputée de 120 000€.

En septembre 2016, Gazay, interrogé par les élus d'opposition et par le comité de soutien, jurait qu'il n'y "avait rien de décidé". Au conseil municipal de novembre, l'Amy du maire, élu à l'a-culture (qui confond Jean-Bernard Métais et Danielle Jacqui) déclarait "les yeux dans les yeux", avec emphase et suffisance (qui ne sont pas deux auteures dramatiques) : "Nous n'avons pas la volonté de supprimer la MJC, vous le verrez au moment du vote de la subvention".

Audit interne au Théâtre

En décembre, la subvention votée était de 290 000€, soit 210 00€ de moins qu'en 2015 ! Tout en affirmant qu'une commission de réflexion devait se créer, que la gestion n'était pas rigoureuse, qu'il n'y avait pas assez d'ateliers, trop peu d'adhérents, que les jeunes méritaient mieux, etc, etc. Cela ne vous rappelle rien ? Rien de bon en perspective. La vente de la MJC n'est pas loin.

A quand le prochain ? Nous nous sommes laissés dire qu'un audit interne avait eu lieu au théâtre, ainsi qu'au service des aides à domicile et au nettoiement. La nouvelle DRH qui arrive de Marseille Provence Métropole y avait la fonction de "Directrice audit interne".

Profitons bien du réveillon et du jour de l'an, 2017 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1