LGV ou Ligne Nouvelle : tout est déjà décidé


concertation lgv

Mercredi 23 novembre, la SNCF organisait, salle du Bras d'Or, dans le cadre du projet de "Ligne Nouvelle" une "réunion d'information et de participation du public". Beaucoup de monde, plus de 250 personnes, des Aubagnais, mais aussi des habitants, de Cuges, de La Penne, de Gémenos et de Marseille.

A la table principale, les représentants de SNCF-Réseau et de leur cabinet d'études, à une autre table les représentants de la commission de concertation, dans la salle, un animateur qui devait jouer le rôle de monsieur Loyal et qui s'est vite avéré loyal exclusivement vis à vis de la SNCF.

Dans un premier temps, le représentant de la commission nationale du débat public est venu expliquer qu'il n'était pas là pour écouter les divers points de vue, mais qu'il ne retiendrait que les interventions AR-GU-MEN-TEES ! Qui décidera ce qu'est un argument ? Lui, sans doute. Cela met dans l'ambiance d'une vraie concertation... et ne parlons pas de démocratie participative !

Le porte-parole de SNCF-Réseau faisait ensuite un long développement pour nous prouver "qu'il fallait améliorer le réseau des transports". Il reprendra la parole, pendant le débat, quasiment après chaque intervention pour montrer que tout ce qui n'allait pas dans le sens du projet n'avait pas de légitimité. C'est ce qu'à la direction de la SNCF on appelle "concertation". Pauvres cheminots !

Monsieur Loyal... que pour la SNCF

Puis le cabinet conseil, très tendu, pas un brin à l'aise, s'engageait dans un long développé pour nous présenter le projet : Marseille, la gare Saint Charles, le tunnel à Marseille, Nice, le déplacement de "12 mètres" de l'autoroute entre Marseille et Aubagne, les diverses phases, les variantes retenues. Il laissait penser qu'il avait du mal à atterrir sur le tracé aubagnais.

Il finissait en notant qu'à la demande des élus (le maire et le député), il présentait une proposition de tunnel et de gare où la 4ème voie serait en totalité en tunnel sous Aubagne. Il précisait que pour cette proposition, il ne pouvait "qu'être approximatif et que ce n'était que le principe qui était posé". Plus tard dans le débat, le représentant de SNCF-Réseau, sans aucun sens de la nuance, vendra la mèche pour dire que cette variante "était une solution présentée mais pas retenue".

Le maire d'Aubagne et le député de la circonscription venaient ensuite expliquer leur proposition d'enfouissement de la voie pendant toute la traversée d'Aubagne et leur demande d'une gare TGV en sous sol. "Puisqu'on ne peut pas empêcher la Ligne Nouvelle" (c'est le nouveau nom donné à la LGV, mais c'est la même chose) disent-ils, ils tentent de proposer une "alternative" favorable à Aubagne.

Le tunnel : une solution présentée mais pas retenue

En les entendant, on revoyait le film d'accueil où Gaudin, maire de Marseille et président de la métropole, Ciotti, président du département du Var, Estrosi, président de la région, tous "Les Républicains", tous sarkozistes ralliés à Fillon affichaient leur conviction : "La Ligne Nouvelle, il n'y a que ça de vrai".

Mais quand on a entendu le représentant de SNCF-Réseau faire la différence entre une "proposition présentée" et "une proposition retenue", qu'on a bien écouté l'expert technique nous expliquer les surcoûts et les contraintes d'un tunnel, on a vite compris qu'on "amusait la galerie" et que la solution du tunnel, pourtant très séduisante, ne serait pas celle qui prévaudra dans la décision finale. "AR-GU-MEN-TEZ", on vous a dit.

L'ancien maire, maire honoraire, affirmait qu'il avait "le sentiment d'un rouleau compresseur mis en route qui écrasait tous les avis divergents devant lui" et un chevrier de Cuges (un des derniers écrirait Pagnol) s'écriait : "Déplacement de l'autoroute ou pas, mur anti-bruit ou pas, tunnel ou pas, la LGV ou la Ligne Nouvelle, on n'en veut pas !".

Le "rouleau compresseur" de la LGV

Mais ce ne sont pas des arguments, ce ne sont que des points de vues. Ce ne sera pas retenu.

Pourtant, c'est sans doute là que réside la vérité, ne faisons pas semblant de chercher des solutions qui n'existeront pas. Le gouvernement, celui là ou le suivant, doit, simplement, abandonner le projet. Pour ça, il n'y a pas d'autres solutions que de mettre en route "un rouleau compresseur citoyen". Les présents dans la salle donnaient le sentiment d'y être prêts.

Joseph Lèsperd

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Résolument gourmand, l’Atelier de Pauline +

    Boulangerie, pâtisserie, rôtisserie, traiteur et restauration !!! Lire la suite
  • Conseil municipal : plus de Bourse du Travail mais des indemnités pour le maire +

      Le 29 mars aura lieu la prochaine réunion du conseil municipal d'Aubagne. La foule risque d'être au rendez vous pour demander au maire de tenir ses engagements antérieurs et de faire une proposition pour maintenir la Bourse du Travail. Lire la suite
  • Vendredi 31 mars ça boulègue au Cercle +

      Le Cercle de l’Harmonie organise vendredi 31 mars à partir de 20 h, une grande soirée concert. Au programme trois formations musicales sous influence féminine. Prévente sur place au prix de 5 Euros + 1 Euros d’adhésion. Lire la suite
  • L'AFC fait du yoyo +

    L'équipe de France de foot, en battant, sans briller, le Luxembourg 3 buts à 1, continue son chemin vers la qualification pour les phases finales de la coupe de monde. La victoire de Sebastian Vettel (All/Ferrari) relance l'intérêt du championnat de Formule 1. Mercedes et Hamilton pourraient être battus ? Ferrari Lire la suite
  • Quatre FIFA par an ? +

    Le Festival International du Film d'Aubagne a débuté ce lundi 2O mars, jour du printemps. La soirée d'ouverture a été une immense réussite. Lire la suite
  • 29 mars : panique au conseil municipal +

    A l'occasion d'une entrevue avec les associations et organisations syndicales qui siègent à la Bourse du travail, Gazay a affirmé "qu'il ne voulait plus entendre parler de la Bourse du travail à Aubagne et qu'il allait engager une procédure pour obtenir l'expulsion des occupants". Lire la suite
  • Six rendez-vous avec la France Insoumise +

      Ce dimanche 18 mars, la campagne des élections présidentielles a connu son rassemblement le plus important (130.000 personnes) avec la marche organisée à Paris, pour une 6ème République, à l'initiative du mouvement France Insoumise et de Jean-Luc Mélenchon.  Lire la suite
  • 1