Restauration scolaire : les parents mécontents


 cantine parentsmecontants

Depuis la rentrée scolaire, Mèfi a eu l'occasion, à plusieurs reprises, de faire entendre le mécontentement des enfants et des parents d'élèves sur la qualité des repas servis par la Sogérès, filiale de la Sodexo, qui a acheté à la ville le "marché" de la restauration scolaire le 1er août 2016.

Le 5 novembre, à l'occasion d'un article sur la mise en place d'une légumerie, trois journalistes de La Provence, avec beaucoup de professionnalisme et de courage, sont allés recueillir le témoignage des parents d'élèves. C'est à lire ! Nous vous en donnons quelques extraits :

"La qualité des repas n'est pas la même qu'avant. Mais surtout la quantité n'est pas suffisante... ils rentrent à la maison affamés (Nawal - Antide Boyer) ; Ça n'a pas de goût et ce n'est pas assez consistant (Jessica), la qualité laisse à désirer : légumes préparés en purées, plats souvent trop salés ou sans goût... Et quand l'enseignant est absent, on paie quand même (Geneviève) ; Ils disent tous les deux que c'est moins bon qu'avant (Guillaume) ; Ils rentrent souvent à la maison en ayant mal au ventre (école du Charrel) ; Pas contentes du tout, les quantités sont restreintes, ce n'est pas salé, les derniers arrivés mangent ce qu'il reste, sans avoir plus de choix (Sandrine, Ludvine, Catherine, Marie - La Perussonne) ; Il rentre dégoûté à la maison et ne veut plus manger à la cantine... les pommes de terre n'étaient pas cuites, ça a été la goutte d'eau. On m'a rétorqué qu'à la Pérussonne ils sont difficiles, alors que ma fille mange de tout. Il y a un problème sur les sauces visqueuses, immangeables ! (Pascale) ; Parfois le petit n'arrive même pas à identifier ce qu'il y a dans son assiette. Il y a beaucoup de gaspillage. Les enfants se plaignent tout le temps (Sophie)".

"Mon fils rentre dégoûté à la maison"

Les journalistes de La Provence (qui vont, sans aucun doute devoir essuyer les foudres du maire et de ses élus) n'ont trouvé que trois parents pour tenter d'inverser la tendance : "ils disent que c'est bon et ne se plaignent pas (Lakdar) ; Elles mangent très bien, je n'ai pas à me plaindre (Florence et Amandine)", mais Amandine rajoute : "Le seul hic, c'est qu'on n'a pas encore reçu les factures depuis la rentrée et que, si les enfants sont absents, on paie quand même".

Toutes ses paroles montrent bien le mécontentement que l'on entend partout à la sortie et à l'entrée de toutes les écoles d'Aubagne. On comprend pourquoi le pourcentage d'enfants qui mangent à la cantine a chuté de façon très conséquente. Mais cela fait plaisir à Gazay, le budget de la ville pourra être réduit dans ce domaine là aussi.

Seuls, les élus de la majorité continuent à vanter la privatisation de la cuisine municipale. Seul, Bruno Foti, l'élu chargé de liquider l'école publique avec son air suffisant qui caractérise les faux intellectuels, continue à nous parler "du bio, des produits frais et des circuits-courts", alors que tout ça n'est que du vent pour souffler dans les voiles de la Sodexo.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1