Cantines scolaires en berne


sodexo 10 2016

La publication de deux photos, prises "sur le vif", que l'on nous avait fait parvenir en direct d'un restaurant scolaire d'une école d'Aubagne, a eu un grand succès. Plusieurs milliers d'aubagnaises et d'aubagnais en ont pris connaissance. Nous avons dépassé les 6 000 !

Mais au-delà, cela a suscité un débat autour de la qualité et de la quantité des produits proposés à nos enfants par la Sogérès, filiale de la Sodexo, en lieu et place de la cuisine centrale municipale. Les parents se sont interrogés, le personnel municipal a été questionné, la direction administrative de la ville s'est affolée et le maire, en parfait politicien, a tenté de parler d'autre chose, sur son thème favori : "Depuis que je suis là, tout va bien, tout va mieux".

Certaines familles ont confirmé, d'autres ont affirmé que c'était exagéré. Personne n'a trouvé cela scandaleux, sans objet ou sans intérêt. Si cela peut permettre une plus grande transparence sur les repas des enfants, si cela donne envie d'aller voir et de suivre ce qui se passe dans les cantines scolaires, tant mieux. Plus le temps va passer, plus il y aura besoin de contrôles des citoyens eux-mêmes. L'histoire des produits frais, du bio, des desserts "maison", nous savons tous, mêmes les plus acharnés partisans du maire, que ce ne sont que des prétextes qui ont justifié la privatisation et la suppression de 32 emplois municipaux.

Chute du nombre d'enfants inscrits à la cantine

La meilleure preuve, c'est que les parents qui pouvaient le faire, ont anticipé en retirant leurs enfants de la restauration collective. Partout les inscriptions sont en chute libre. Un seul exemple, pour ne pas abuser des chiffres, au restaurant scolaire du Charrel, il y a 215 inscrits pour 316 élèves dans l'école, soit, à peine, 68 %. Nous pouvons rappeler qu'avant 2014, il y avait 90 % d'élèves qui mangeaient à la cantine dans les écoles d'Aubagne.

Entre l'augmentation des tarifs, les contraintes pour le paiement et la "qualité" des repas servis par la cousine de la Sodexo, les familles renoncent à laisser leurs enfants à l'école pour le repas de midi. Gazay a, ainsi, trouvé une nouvelle source d'économie pour le budget communal... sur le dos de nos enfants.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • L'intersyndicale de l'hôpital d'Aubagne a rencontré l'Agence Régionale de Santé +

    Mercredi 21 juin, l'intersyndicale de l'hôpital d'Aubagne a été reçue par l'Agence Régionale de Santé. Les organisations syndicales ressortent de cet entretien très amères, mais déterminées à ne rien lâcher. Nous avons décidé de vous faire connaitre l'intégralité de leur réaction que vous pouvez lire ci-dessous. Lire la suite
  • Crèche à Aubagne : c'est la Sodexo qui va gérer +

    Tout le monde se souvient que dans la mandature précédente, l'équipe Fontaine avait lancé un projet de "Cantou partagé", c'est à dire une résidence intergénérationnelle dont quelques places réservées aux malades atteints de la maladie d'Alzheimer, une crèche et des espaces communs. Lire la suite
  • Mèfi : changement de stratégie de Gazay et de son équipe +

    Dans le paysage médiatique aubagnais, Mèfi (avec un accent grave !) est devenu incontournable. Pas seulement grâce au nombre de ses lecteurs qui ne cesse de grandir de mois en mois, mais aussi parce qu'on y trouve les informations que tout le monde cherche. Lire la suite
  • AJJ / AGG de juin confirme les informations de Mèfi +

    Nous avons déjà eu l'occasion de montrer et démontrer comment depuis maintenant plus de deux ans, AJJ/AGG, le magazine mensuel de la propagande municipale, tentait, à chaque parution, de répondre aux informations de Mèfi, sans jamais le nommer. Lire la suite
  • Eau des Collines : danger ! +

    Notre dernier article concernant notamment la gestion du personnel de cette société (publique ?) faisait part de plusieurs licenciements (6) survenus dans une période récente. Lire la suite
  • Ce qui nous lie +

    Ce qui nous lie Trois frères et sœurs se retrouvent, à la mort de leur père, dans leur propriété vinicole, au cœur de la Bourgogne.  Ce qui nous lie, c’est la vie simple et compliquée d’une famille qui se rassemble, qui s’aime et qui est confrontée aux difficultés de l’existence. Film tourné sur quatre Lire la suite
  • ZAC des Vigneaux à Cuges : Destrost et sa majorité persistent et signent +

    La cheffe du gouvernement britannique Thérésa May  a déclaré après avoir provoqué des élections catastrophiques pour son parti : « je vous ai mis dans le pétrin, mais je vais vous en sortir ». Pour Bernard Destrost  et sa majorité, ça devient : « je vous ai mis dans le pétrin, et je ne suis pas Lire la suite
  • 1