Conférence de presse de la «Commission cuisine centrale»


cuisinecentrale confpresse 250416

En décembre, au bout d'une réunion du Comité Technique qui avait vu quelques centaines d'agents et de parents d'élèves s'inviter, Gazay avait fini par accepter la création d'une commission pour travailler à l'avenir de la cuisine centrale.

Il avait promis : "si cette commission fait une proposition alternative crédible, je pourrais revenir sur ma décision de privatisation". La commission a terminé son travail, elle a fait parvenir au maire une proposition alternative. Ses membres en ont rendu compte devant la presse ce lundi 25 avril.

Etaient présents : les deux syndicats CGT (cadres et agents), la FSU (ville et département), les représentants du personnel de la cuisine, les parents d'élèves (parents en colère, FCPE, délégués d'école sans étiquette, associations d'école sans étiquette). Soit tous les représentants de la commission, à l'exception de l'administration centrale de la ville et des deux parents désignés par le maire.

La Marseillaise, La Provence, France 3 PACA, Marsactu et Mèfi représentaient un large panel des médias locaux. France 3 faisait son direct de midi sur le sujet, accompagné d'un reportage au journal de 19h.

Tous les médias locaux étaient là, même France 3

Tour à tour, les organisations syndicales, les parents d'élèves, les agents exposaient les travaux de la commission et répondaient aux questions des journalistes présents. L'ensemble du projet (vous pouvez le retrouver ici) a été envoyé, par souci de transparence, à l'ensemble des élus.

Le travail a duré plus de deux mois, contre 10 jours pour "l'audit municipal" qui a servi de base à la décision de DSP prise par le maire et sa majorité. Le cabinet Sécafi, groupe Alpha, N°1 du conseil auprès des comités d'entreprise, spécialiste des diagnostics économiques, a accompagné les membres de la commission pendant toute la construction des nouvelles propositions.

Le choix fut celui de partir des obligations de l'appel d'offre et de répondre à toutes ses contraintes, tant en termes de qualité des repas, de réfection des locaux ou de coûts. Au bout de ce travail, à l'exception des deux parents imposés par le maire, tous les acteurs de la commission soulignent que le pari est réussi. Les propositions faites, en gardant la cuisine centrale en service public, en sont la démonstration :

  • plus de produits frais, traitement en légumerie, 80% des fromages à la coupe, poisson frais...
  • plus de produits locaux, réponses aux contraintes des marchés publics
  • plus de bio, riz, produits laitiers, pâtes
  • pâtisseries maison
  • une animation exemplaire pour les enfants
  • inscriptions, paiements par un portail famille via internet
  • des selfs dans tous les restaurants scolaires
  • peintures, sols, insonorisation de tous les locaux scolaires de restauration
  • gaspillage minimum, contrôles sanitaires maximum, sauces et assaisonnements maison, qualité pour tous les produits, etc, etc.

et avec un coût de repas moindre !

Tout mieux et moins cher avec le service public

Tous les prétextes du maire pour choisir une gestion privée sont balayés !

Quelques phrases entendues pendant la conférence de presse :

- "Au début, on nous parlait de la qualité des repas, mais, en fait, il revenait toujours les questions économiques, pas très simple de se retrouver dans "leurs" priorités".

- "Comment croire un cabinet d'audit qui note la présence de salpêtre à Beaudinard, alors que la mairie a reconnu que c'était faux ?".

- "on a laissé croire que les restaurants scolaires étaient dans un état lamentable, alors, qu'après vérifications des constats, il suffisait de quelques rafraîchissements nécessaires".

- "Depuis plus de trente ans, il n'y a jamais eu de risques alimentaires, en sera-t-il de même avec une société privée qui va faire du profit sur les repas des enfants. Marseille est un exemple de ces risques".

Rendez-vous le 4 mai : le maire doit entendre

- "Pourquoi, à l'exemple de Nice, de nombreuses municipalités retournent en régie publique et Gazay veut imposer le contraire".

- "Gazay, c'est quelqu'un qui écoute, il va donc nous entendre et accepter la proposition de la commission".

- "Comment être classé 3ème meilleure cuisine en 2013 par l'UFC Que choisir, et être aussi nul aujourd'hui ?".

- "Les assiettes de nos enfants reviennent vides, contrairement à de nombreuses cantines ailleurs, c'est donc que c'est, déjà bon, les enfants ne se trompent pas".

- "La formation et le reclassement du personnel, cela va avoir un coût très élevé pour les finances de la ville si on passe en DSP".

- "A Cuges, il a fallu augmenter le budget de 150 000€ après la privatisation".

Tous les acteurs ont voulu souligner les efforts réalisés pendant la construction du projet des agents de la cuisine, responsabilité, remise en cause dans tous les domaines ( fonctionnement, fabrication ... ). Chapeaux bas pour les agents !

Le maire a fini par leur donner une date pour une rencontre. Ce sera le 4 mai en mairie annexe (pour une heure : pas que ça à faire !). Les parents, les syndicalistes, les agents attendent trouver à leur sortie TOUS les élus de l'opposition et, sans doute, tous les aubagnais et toutes les aubagnaises qui le souhaitent.

Claude Bernardi

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Caméras : deux platanes de plus abattus sur Foch ? +

    Pour obtenir une visibilité suffisante pour les caméras de vidéosurveillance, un platane, en parfait état, a été abattu sur le cours Foch. Les services municipaux tentent d'en effacer toutes les traces restantes. Il semble que ce ne soit pas fini. Gazay a demandé d'aller plus loin et de faire "place Lire la suite
  • Des élus de gauche à l'offensive +

      Au lendemain du premier tour de la présidentielle 2017, les élus communistes ont tenu à faire entendre leur voix. Magali Giovannangeli, Hélène Lunetta et Daniel Fontaine se félicitent du résultat, même si leur candidat, Jean-Luc Mélenchon n'a pas été qualifié pour le second tour. Lire la suite
  • Des chiffres pour un maire arrogant et clanique +

    Le 1er tour des élections présidentielles a eu lieu dimanche 23 avril. C'est l'occasion d'examiner, avec prudence, quelques résultats sur Aubagne depuis 2014 et le changement de majorité municipale. Lire la suite
  • Dans tous les cas, il faudra des députés Mélenchon +

    Une députée France Insoumise pour représenter Aubagne-La Ciotat dans la prochaine Assemblée Nationale ? Une candidature commune à tous les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et au-delà ? Il y a six mois à peine, la chose paraissait impossible, tant le député LR Deflesselles semblait assuré d'une victoire facile, comme son candidat Fillon. Lire la suite
  • Les Chroniques du Règne de François II +

    Le Roi est mort ! Vive le Roi ! Enfin, presque. L'image circule depuis quelques heures. François Hollande, les mains dans le dos, admire son œuvre. A la télévision, deux visages illuminent péniblement la pénombre de la pièce lugubre, dans des tons de crépuscule qui ne sont pas sans rappeler le tableau Lire la suite
  • On va regretter Caroline +

    Depuis le 1er janvier, la ville d'Aubagne a une nouvelle directrice des ressources humaines (DRH). Bien sûr elle vient de Marseille, avec un gros salaire, comme tous les cadres que recrute Gazay depuis 3 ans. Lire la suite
  • Le 66, c’est le Restaurant du Parc !! +

    Le 66, c’est le Restaurant du Parc !! Un rappel mythique de la grande route américaine, pour ce restaurant niché dans les tendres vallonnements du Parc Jean Moulin. Un décor idyllique. Des enfants qui jouent au loin, des amateurs de Taï chi qui font tout ce qu’ils peuvent pour réunir le ciel et la terre dans un écrin Lire la suite
  • 1