Conférence de presse de la «Commission cuisine centrale»


cuisinecentrale confpresse 250416

En décembre, au bout d'une réunion du Comité Technique qui avait vu quelques centaines d'agents et de parents d'élèves s'inviter, Gazay avait fini par accepter la création d'une commission pour travailler à l'avenir de la cuisine centrale.

Il avait promis : "si cette commission fait une proposition alternative crédible, je pourrais revenir sur ma décision de privatisation". La commission a terminé son travail, elle a fait parvenir au maire une proposition alternative. Ses membres en ont rendu compte devant la presse ce lundi 25 avril.

Etaient présents : les deux syndicats CGT (cadres et agents), la FSU (ville et département), les représentants du personnel de la cuisine, les parents d'élèves (parents en colère, FCPE, délégués d'école sans étiquette, associations d'école sans étiquette). Soit tous les représentants de la commission, à l'exception de l'administration centrale de la ville et des deux parents désignés par le maire.

La Marseillaise, La Provence, France 3 PACA, Marsactu et Mèfi représentaient un large panel des médias locaux. France 3 faisait son direct de midi sur le sujet, accompagné d'un reportage au journal de 19h.

Tous les médias locaux étaient là, même France 3

Tour à tour, les organisations syndicales, les parents d'élèves, les agents exposaient les travaux de la commission et répondaient aux questions des journalistes présents. L'ensemble du projet (vous pouvez le retrouver ici) a été envoyé, par souci de transparence, à l'ensemble des élus.

Le travail a duré plus de deux mois, contre 10 jours pour "l'audit municipal" qui a servi de base à la décision de DSP prise par le maire et sa majorité. Le cabinet Sécafi, groupe Alpha, N°1 du conseil auprès des comités d'entreprise, spécialiste des diagnostics économiques, a accompagné les membres de la commission pendant toute la construction des nouvelles propositions.

Le choix fut celui de partir des obligations de l'appel d'offre et de répondre à toutes ses contraintes, tant en termes de qualité des repas, de réfection des locaux ou de coûts. Au bout de ce travail, à l'exception des deux parents imposés par le maire, tous les acteurs de la commission soulignent que le pari est réussi. Les propositions faites, en gardant la cuisine centrale en service public, en sont la démonstration :

  • plus de produits frais, traitement en légumerie, 80% des fromages à la coupe, poisson frais...
  • plus de produits locaux, réponses aux contraintes des marchés publics
  • plus de bio, riz, produits laitiers, pâtes
  • pâtisseries maison
  • une animation exemplaire pour les enfants
  • inscriptions, paiements par un portail famille via internet
  • des selfs dans tous les restaurants scolaires
  • peintures, sols, insonorisation de tous les locaux scolaires de restauration
  • gaspillage minimum, contrôles sanitaires maximum, sauces et assaisonnements maison, qualité pour tous les produits, etc, etc.

et avec un coût de repas moindre !

Tout mieux et moins cher avec le service public

Tous les prétextes du maire pour choisir une gestion privée sont balayés !

Quelques phrases entendues pendant la conférence de presse :

- "Au début, on nous parlait de la qualité des repas, mais, en fait, il revenait toujours les questions économiques, pas très simple de se retrouver dans "leurs" priorités".

- "Comment croire un cabinet d'audit qui note la présence de salpêtre à Beaudinard, alors que la mairie a reconnu que c'était faux ?".

- "on a laissé croire que les restaurants scolaires étaient dans un état lamentable, alors, qu'après vérifications des constats, il suffisait de quelques rafraîchissements nécessaires".

- "Depuis plus de trente ans, il n'y a jamais eu de risques alimentaires, en sera-t-il de même avec une société privée qui va faire du profit sur les repas des enfants. Marseille est un exemple de ces risques".

Rendez-vous le 4 mai : le maire doit entendre

- "Pourquoi, à l'exemple de Nice, de nombreuses municipalités retournent en régie publique et Gazay veut imposer le contraire".

- "Gazay, c'est quelqu'un qui écoute, il va donc nous entendre et accepter la proposition de la commission".

- "Comment être classé 3ème meilleure cuisine en 2013 par l'UFC Que choisir, et être aussi nul aujourd'hui ?".

- "Les assiettes de nos enfants reviennent vides, contrairement à de nombreuses cantines ailleurs, c'est donc que c'est, déjà bon, les enfants ne se trompent pas".

- "La formation et le reclassement du personnel, cela va avoir un coût très élevé pour les finances de la ville si on passe en DSP".

- "A Cuges, il a fallu augmenter le budget de 150 000€ après la privatisation".

Tous les acteurs ont voulu souligner les efforts réalisés pendant la construction du projet des agents de la cuisine, responsabilité, remise en cause dans tous les domaines ( fonctionnement, fabrication ... ). Chapeaux bas pour les agents !

Le maire a fini par leur donner une date pour une rencontre. Ce sera le 4 mai en mairie annexe (pour une heure : pas que ça à faire !). Les parents, les syndicalistes, les agents attendent trouver à leur sortie TOUS les élus de l'opposition et, sans doute, tous les aubagnais et toutes les aubagnaises qui le souhaitent.

Claude Bernardi

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • L'AFC enfin à sa place +

    La principale information sportive de ce week-end c'est la victoire finale de Rui Costa au Tour Cycliste d'Abu Dhabi. Cette course est en train de dépasser le Tour de France... pour les primes de départ offertes aux équipes et aux coureurs.Dans les évènements de moindre importance, il y a eu Lire la suite
  • Enfants de-ci de-là +

      Le 4 mars, de 16 à 18 heures, aura lieu le vernissage de l'expo photos de Patrick Massaïa "Enfants de-ci de-là". Ce vernissage, en présence de l'artiste, sans doute l'un des tous meilleurs photographes d'Aubagne et de la Région PACA, se tiendra au Baobab Café au 16 rue Laget. Lire la suite
  • Bourse du Travail : la riposte face à Gazay ! +

    Alors que des négociations étaient engagées pour reloger les organisations (CGT ; FSU ; Loisir et Solidarité des Retraités ; Fraliberté...) qui siégeaient dans les locaux de la Bourse du travail, la Ville a rompu, par le silence, ce processus, refuse de payer le loyer au Cercle de l'Harmonie, propriétaire du bâtiment et Lire la suite
  • 400 000 euros pour un Club House et pas d’eau chaude dans les vestiaires ! +

    Le 8 février dernier, MM. Gazay et Deflesselles ont invité Bernard Laporte pour une inauguration en grande pompe du nouveau Club House du Rugby Club Aubagnais. Ce projet particulièrement onéreux (440 000 euros !) a déjà fait l’objet de quelques commentaires dans nos colonnes. Outre son coût qui cadre peu avec l’austérité Lire la suite
  • Sereina Mutuelle : une mutuelle qui écrit aux morts +

    "Sereina Mutuelle" est installée à Aubagne, rue de la République. Deux autres agences existent dans les Bouches du Rhône. Elle se définit comme "une vraie mutuelle" et elle annonce qu'elle fait bénéficier ses adhérents "d'un fonctionnement démocratique et d'un professionnalisme de la structure". Cela demande vérification. Lire la suite
  • ACIA : le retour ? +

    En ce mois de février, l'ACIA (Association des Contribuables de l'Intercommunalité d'Aubagne) vient d'élire un nouveau président. Il est responsable d'un département du groupe AG2R La Mondiale. C'est la garantie qu'on ne va pas s'éloigner des critères financiers dictés par le secteur bancaire. Ouf ! Peut-être va-t-il rattraper le retard laissé Lire la suite
  • Conseil de quartier au Charrel : c'est pas nous ! +

    Ce mardi 21 février avait lieu le conseil de quartier au Charrel. Un conseil de quartier par an comme c'est le cas dans tout Aubagne, pour le Charrel oublié (comme tant d'autres quartiers, me direz-vous !) ça conférait à la soirée une atmosphère particulière, lourde à cause de la trop petite Lire la suite
  • 1