Ce vendredi, Jean-François Bernardini est à La Penne

Le leader du groupe corse "I Muvrini" sera vendredi à La Penne, à l'espace de l'Huveaune. A partir de 18h30, il animera, à l'invitation du service jeunesse, une conférence/débat sur le thème de la non violence.

Depuis 6 ans maintenant, il a lancé un programme d'actions dénommé "Devenons artisans de la non-violence". C'est sur ce thème que le chanteur, président de la fondation Umani di Corsa parcourt la France à la rencontre des lycéens, des associations et plus généralement de tous les publics pour expliquer que "la non violence est la boussole du XXIe siècle".

"Chacun est maître de son destin, de la programmation de son cerveau, son ordinateur interne" dit-il. Personne n'est indifférent face à ce chanteur, il captive l'attention et permet, toujours, un large débat. Les aubagnais se souviennent de sa venue à l'occasion des rencontres internationales pour la paix en septembre 2013.

Vendredi, venez à sa rencontre, c'est un moment de bonheur pour tous les sens et un temps où on peut croire à l'intelligence humaine.

Antoine Monticellu

Une phrase du jour... bien Placé !

Jean-Vincent Placé, le 13 septembre 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET

 

« Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui font la Loi de la République »

Jean-Vincent PLACE sur France info le lundi 7 mars 2016

 

Cette déclaration de l’actuel Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargé de la réforme de l’Etat et de la simplification, portant sur la pétition en ligne contre la Loi sur le travail dite « Loi E Khomri », tourne en boucle sur… l’ensemble des réseaux sociaux.

L’ancien sénateur de l’Essonne, dont le groupe politique d’appartenance est Europe Ecologie les Verts (EELV), se présente comme « un réformiste radical » et s’assume désormais comme centriste depuis qu’il est au gouvernement Valls 3. Preuve en est cette phrase du jour qui ne va pas sans rappeler une remarque non moins célèbre de Jean-Pierre Raffarin (2003) : « La rue doit s’exprimer mais ce n’est pas la rue qui gouverne ».

On sait depuis aujourd’hui que cette similitude n’est donc pas fortuite, et que l'un des Premiers ministres UMP de l’ère Chirac a tout l’air d’être le nouveau mentor de notre secrétaire d’Etat anciennement écolo, nouvellement centriste.

Celui qui n’a jamais rien caché de son adoption, ni de son ambition politique, nous prouve qu’en politique non plus, il n’a pas de famille.

José Da Silva

Le parking Pierre Blancard devient payant

Les utilisateurs du parking Pierre Blancard, à côté de la gare, essentiellement utilisé par les abonnés SNCF, découvrent depuis quelques jours que ce parking est devenu payant. La 1ère heure gratuite dans trois parkings d'Aubagne se fait au détriment de la gratuité ailleurs.

Commençons par une petite précision, la 1ère heure de parking n'est pas gratuite, vous ne payez pas si vous restez moins d'une heure, au delà vous devez payer, aussi, la première heure. Mais de plus le gestionnaire des parkings souterrains a demandé une compensation, il faut récupérer le "manque à gagner", par n'importe quels moyens.

Plusieurs propositions ont été faites : augmenter le nombre de places payantes en surface (au moins 200) pour que les automobilistes choisissent les parkings souterrains ou une subvention "d'équilibre" versée par la commune ou de nouveaux espaces gérés par Q Park, le délégataire.

La décision, c'est de faire un peu des trois. On commence par donner à Q Park la gestion de Pierre Blancard. Dans le même mouvement, on étudie les emplacements possibles pour étendre les horodateurs : les Défensions ? La médiathèque ? L'entrée de ville du côté du boulodrome ? Et on prépare "l'allongement" de la DSP et, donc, la part payée par Aubagne.

Estrosi annonce la reprise du projet LGV Marseille / Aubagne / Nice

Mais pour Pierre Blancard, il y a des questions supplémentaires qui méritent quelques éclaircissements, entre autres, du maire d'Aubagne :

- le terrain est propriété de la SNCF, a-t-il été cédé à la ville ?

- la SNCF et le Conseil Régional, dans leur nouvelle politique transport, ont-ils décidé de mettre des obstacles supplémentaires à ceux et celles qui ont fait le choix du TER en faisant payer les parkings qui étaient gratuits ?

Concernant la politique de transport du conseil régional, on peut rajouter que Christian Estrosi, le président LR de PACA, a annoncé, sur France inter, le jeudi 3 mars, la reprise du projet LGV Marseille / Nice. Il en pense quoi son ami le maire d'Aubagne ? Et le président, si proche du DGS de la ville, du collectif aubagnais anti-LGV ?

Et vous croyez, vraiment, que face à la métropole de Gaudin, Gazay va défendre avec la force nécessaire la gratuité des transports à Aubagne ?

Antoine Monticellu

 

 

 

 

Encore un commerce de moins, un !

C'était depuis quelques années, une des fiertés commerciales de la rue de la République. Un magnifique magasin, aménagé avec raffinement et un goût subtil, des produits originaux, toutes les sortes de nougats, une belle gamme de pâtes de fruit, des croquants aux amandes et des chocolats de qualité, Silvain faisait partie des références en la matière.

Il n'aura pas pu attendre le "feu d'artifice" commercial promis par Besset, le président de CAP (Commerce Aubagnais de Proximité), 1er clairon du fan club Gazay.  Sur "le bon coin", on trouve son bail à céder, 130 m² locatif refait à neuf, pour 57 000€. Une somme bien faible compte tenu de l'état du local et de son emplacement qui démontre, s'il en était besoin, la difficulté à trouver preneur.

Du côté du commerce, cela ne s'améliore pas, mais Gazay et sa comptable annoncent dans les orientations budgétaires un effort, sans précédent, pour l'activité commerciale de centre ville. A quand les prochaines fermetures ?

Antoine Monticellu

La phrase du jour : un premier magistrat de bas étage

 Afficher l'image d'origine

« Quand on veut faire de la politique de caniveau comme cela se fait par ici »

Gérard Gazay, lors du Conseil municipal du 23 février 2016

Voilà une sentence menaçante prononcée par un Gérard Gazay tout colère lors du vote des orientations budgétaires. Il était visiblement très agacé des remarques faites par l’opposition. Mais quel est le sens de cette remarque et à qui s’adressait-il ?

Le ton introspectif, décrivait-il particulièrement bien l’action municipale depuis lui ? Il est vrai que pour l’heure, son action politique se résume à réveiller les morts (un en particulier), installer 4 caméras, et… acheter des scooters ramasse-crottes ! On comprend mieux l’image du caniveau.

Le ton menaçant était-il dans l’accusation d’une opposition – dont nous sommes – aux « petits » arguments ? Des rouleaux de papiers toilettes, un abonnement téléphonique hors de prix, un véhicule de fonction de plus de 44 000 €… Sur tous ces points, c’est le Premier adjoint qui s’est mis à niveau sans trop de difficulté pour apporter quelques réponses peu convaincantes.

Mais nous aimerions nous aussi élever le débat et regrettons bien de ne pouvoir parler projet dans la mesure où celui du candidat Gazay est resté promesse électorale. Les arguments utilisés sont à la hauteur de ce qui est offert aux aubagnais : médiocre ! Voilà qui vaut donc invitation à balayer devant votre porte.

En matière de caniveau, Monsieur le Maire  tient  le haut du pavé !

José Da Silva

Le chiffre

"Le chiffre", c'est une rubrique qu'on retrouve, aujourd'hui dans presque tous les médias, souvent accompagnée d'une autre rubrique, "La phrase". Un petit effet de mode du début de ce siècle, portée par toutes les agences de communication pour justifier leur utilité. Du vite lu, vite enregistré bien dans la lignée de l'information zapping qui nous accompagne maintenant partout.

Même AJJ (le bimensuel qui a précédé AGG), en son temps, n'y avait pas échappé. Dans la presse quotidienne, cela oblige le ou la journaliste responsable de "penser" le chiffre qui va attirer le lecteur. Pas toujours simple, mais redoutablement efficace.

Dans La Provence du 24 février, page locale d'Aubagne, le chiffre mis en évidence c'est 3 000. On nous dit que ce chiffre "c'est le nombre de personnes ayant obtenu un emploi parmi les 8 000 accueillies à La Boussole en 2015". Boudiou, comme on dit en Provence ! Mais il n'y a plus de chômeurs à Aubagne ! Et pourtant le nombre de demandeurs inscrits, ici, à pôle emploi n'a jamais été aussi élevé.

Il doit y avoir une erreur quelque part. Dans tous les cas, cela prouve qu'il n'y a ni vérité du chiffre, ni des mathématiques. Il y a toujours besoin d'analyses et de détours théoriques.

Antoine Monticellu

Sous-estimation

A l'occasion de la cérémonie des voeux de cette année, nous avions écrit que Gazay avait exclu le personnel de la cuisine centrale, mais avait pris un traiteur privé pour le buffet de clôture. La note était lourde, nous indiquions la somme de 15 000 €. Pour les 300 personnes présentes au moment de la réception, cela représentait un apéritif-dînatoire pour 50 € par personne.

Mais, les documents donnés à l'occasion du conseil municipal sur les orientations budgétaires corrigent le chiffre : la prestation du traiteur, Créa Reception, a été facturée 19 000 € ! 38 000 rouleaux de papier toilettes pour nos enfants dans les écoles. Sans doute, notre informateur n'avait pas dû croire le vrai chiffre. Plus de 60 € par personne !

On comprend encore mieux l'expression de Simone Caballero du fan club Gazay : "un buffet présidentiel". Simone Caballero qui continue de se répandre dans tous les réseaux sociaux sans comprendre que chacune de ses interventions enfonce un peu plus son poulain. Elle doit avoir Léo Mournaud comme conseiller, bien connu pour sa finesse stratégique à la hauteur de ses qualités oratoires.

Antoine Monticellu

Faire-part de naissance : «Pouce pour la Paix»

Afficher l'image d'origine

N’en déplaise à Gérard Gazay, les valeurs de Paix continuent à être portées haut à Aubagne et ce, malgré la volonté de l’équipe municipale de faire taire la Colombe et toutes celles et ceux qui militent pour que se tienne la Fête de la Paix en Septembre 2016.

Une toute nouvelle association nommée « Pouce pour la Paix » vient donc de voir le jour sous l’impulsion des enseignants et des éducateurs pour la Paix. Elle a pour objet de « développer le vivre ensemble dans tous les domaines (culture, éducation, vie quotidienne) et avec tous les publics, à travers des pratiques citoyennes qui nourrissent le partage, la fraternité, l’ouverture à l’autre et le refus de l’exclusion ».

Le lancement de « Pouce la Paix » aura lieu le Mardi 1er Mars à partir de 18 heures au restaurant le Borsalino. Toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs portées par cette association sont les bienvenus à ce moment festif et positif.

L'occasion de rappeler qu'ici les valeurs de Paix sont aussi tradition et patrimoine, au-delà des vieux clichés du début du siècle dernier.

José Da Silva

Articles RSS

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Caméras : deux platanes de plus abattus sur Foch ? +

    Pour obtenir une visibilité suffisante pour les caméras de vidéosurveillance, un platane, en parfait état, a été abattu sur le cours Foch. Les services municipaux tentent d'en effacer toutes les traces restantes. Il semble que ce ne soit pas fini. Gazay a demandé d'aller plus loin et de faire "place Lire la suite
  • Des élus de gauche à l'offensive +

      Au lendemain du premier tour de la présidentielle 2017, les élus communistes ont tenu à faire entendre leur voix. Magali Giovannangeli, Hélène Lunetta et Daniel Fontaine se félicitent du résultat, même si leur candidat, Jean-Luc Mélenchon n'a pas été qualifié pour le second tour. Lire la suite
  • Des chiffres pour un maire arrogant et clanique +

    Le 1er tour des élections présidentielles a eu lieu dimanche 23 avril. C'est l'occasion d'examiner, avec prudence, quelques résultats sur Aubagne depuis 2014 et le changement de majorité municipale. Lire la suite
  • Dans tous les cas, il faudra des députés Mélenchon +

    Une députée France Insoumise pour représenter Aubagne-La Ciotat dans la prochaine Assemblée Nationale ? Une candidature commune à tous les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et au-delà ? Il y a six mois à peine, la chose paraissait impossible, tant le député LR Deflesselles semblait assuré d'une victoire facile, comme son candidat Fillon. Lire la suite
  • Les Chroniques du Règne de François II +

    Le Roi est mort ! Vive le Roi ! Enfin, presque. L'image circule depuis quelques heures. François Hollande, les mains dans le dos, admire son œuvre. A la télévision, deux visages illuminent péniblement la pénombre de la pièce lugubre, dans des tons de crépuscule qui ne sont pas sans rappeler le tableau Lire la suite
  • On va regretter Caroline +

    Depuis le 1er janvier, la ville d'Aubagne a une nouvelle directrice des ressources humaines (DRH). Bien sûr elle vient de Marseille, avec un gros salaire, comme tous les cadres que recrute Gazay depuis 3 ans. Lire la suite
  • Le 66, c’est le Restaurant du Parc !! +

    Le 66, c’est le Restaurant du Parc !! Un rappel mythique de la grande route américaine, pour ce restaurant niché dans les tendres vallonnements du Parc Jean Moulin. Un décor idyllique. Des enfants qui jouent au loin, des amateurs de Taï chi qui font tout ce qu’ils peuvent pour réunir le ciel et la terre dans un écrin Lire la suite
  • 1