Conseil de territoire : va y avoir du sport ?

Mercredi 23 mars à 14 h 30, la première réunion du conseil de territoire du Pays d'Aubagne et de l'Etoile se tiendra en salle Hermès à Agora. Comme il est écrit sur le site de l'ex-agglo "le conseil de territoire n'aura ni autonomie juridique, ni ressources propres. Il sera saisi pour avis. C'est le conseil métropolitain qui décidera".

Peu d'enjeu donc, sauf l'élection du ou de la président/e. Un enjeu financier et politique d'abord puisque le ou la président/e sera automatiquement vice président/e de la Métropole, avec les indemnités qui vont avec. Et un autre enjeu, presque interne à Aubagne, pour savoir si oui ou non Gazay va pouvoir éliminer Barthélémy, son ennemie préférée.

Deux candidatures clairement affichées : Sylvia Barthélémy, UDI, pour la droite et Antoine Di Ciaccio pour la gauche. Mais, depuis quelques jours "on" annonce la candidature de Serge Perottino, maire de Cadolive, l'apolitique de service, ni à gauche, ni à gauche, promoteur immobilier sur tout le territoire et à Aubagne. Il semble que le maire d'Aubagne ne soit pas complètement étranger à cette envie de présidence. On en saura plus mercredi après midi.

Antoine Monticellu

Subventions des associations : des nouvelles du Conseil Départemental

Pour la transparence des informations, Mèfi publie les montants de subventions qui seront proposés à la Commission Permanente du Conseil Départemental le 25 mars :

Pour l'investissement : Aubagne Basket 4.400€ (pour 5.000€ demandés) ; Badminton 1.000€ (2.000€) ; Association sportive de la Gauthière 5.500€ (5.500€) ;

Pour le fonctionnement : Le noble art 1.000€ (3.000€) ; le VTT 1.600€ (5.000€) ; Vélo Club 1.300€ (3.000€) ; Athlétisme Marathon 900€ (1.500€) ; Handball Agglo 20.000€ (55.000€) ; Aubagne Natation 4.000€ (6.000€) ; Tennis Club 2.200€ (4.680€) ; Com'Etik 13.000€ (20.000€) ; Kabba Roots 1.000€ (3.000€) ; LSR 1.000€ (1.000€) ; Aubagne Triathlon 1.600€ (2.500€) ; Ecole de tir 3.000€ (6.000€).

A votre disposition. Mèfi toujours N°1 de l'info.

 

Schipani veut redevenir le poulain de Gazay

Giovanni Schipani, l'élu à la jeunesse de 77 ans, a fait le même constat que Mèfi : Agostini, l'élu aux sports qui a tout promis et qui ne donne rien, semble avoir pris une place privilégiée auprès du maire. Après avoir effacé Sarkozy de son portable (aurait-il oublié que Gazay voue une admiration sans bornes à l'ex-président ?), il se fend d'un communiqué pour remercier le maire d'Aubagne de " toute la confiance une nouvelle fois témoignée " en faisant le choix, lors du conseil municipal du 23 février dernier, de le nommer administrateur de Façonéo pour la commune.

Va-t-on avoir droit à un communiqué par semaine du style de l'entourage de Kim Jong-un, le dirigeant de Corée du Nord ?

Gazay, le Kim Jong-un aubagnais

Mais il faut rajouter que dans son communiqué, il y a une erreur. Il affirme "que la SPL Façonéo, créée en 2013, construit des actions qui permettent aux collectivités d'optimiser la gestion de leurs services publics". Il a oublié que ça, c'était avant. Depuis, lui, le Kim Jong-un aubagnais et sa majorité ont modifié les statuts de la société pour écrire "l'exploitation de tout service public à caractère industriel ou commercial", à l'occasion d'une délibération du conseil municipal du 25 novembre 2015.

Aujourd'hui, Façonéo n'est pas là pour permettre aux communes d'optimiser la gestion de leurs services publics, mais sa vocation est de les remplacer. Cela évitera de nouvelles DSP du type "cuisine centrale".

Antoine Monticellu

La phrase du jour... pour toute une semaine à Aubagne

Afficher l'image d'origine

« Le film parle d’une génération qui a abandonné et qui finalement au contact de cette jeunesse a pu retrouver quelque chose des croyances qu’ils avaient eux-mêmes quand ils étaient jeunes »

Leila BOUZID, à la Mostra de Venise pour son film « A peine j’ouvre les yeux » (2015)

 

La réalisatrice y a remporté 2 récompenses (Prix du public et Cinema Europa) pour son film qui est aussi celui présenté en ouverture du Festival International du Film d’Aubagne 2016. On y découvre « l’histoire d’une jeunesse arabe autre, qu’on n’a pas l’habitude de voir, surtout ces temps-ci ». On y apprend que la culture a été l'une des cibles de la répression tunisienne de Ben Ali, et l'espace d’inspiration de celles et ceux qui ont oeuvré pour le Printemps arabe.

Un film qui nous confirme que la Liberté est bel et bien un état d’esprit, et qui donne le ton de la belle semaine cinématographique à Aubagne.

José Da Silva

Le volley à l'honneur

Seules les équipes de volley étaient mobilisées cette semaine, les garçons samedi et les filles dimanche.

L'équipe de Nationale 3 Masculine (N3M) n'a laissé aucune chance aux locaux. Antibes Juan-les-Pins, sur son terrain, a été battue 0 set à 3. Les scores sont éloquents, 20-25 au premier set, même score au second, 23-25 au troisième. Les gars de Guilhem Delofeu ont déroulé leur savoir jouer tout au long de la partie. Presque comme à l'entrainement, c'était un plaisir de les voir dominer cette partie avec une maîtrise et une concentration parfaite. Et dans le même temps avec beaucoup d'envie et de joie. La première place est bien à leur portée. Peut-être le 16 avril contre l'actuel premier, Hyères ? On sait que seule la 1ère place est synonyme de montée en Nationale 2. Ce sera au gymnase Mouren, il faudra, alors, mobiliser tout Aubagne.

L'équipe de Nationale 3 Féminine (N3F) avait décidé de nous montrer qu'elle pouvait avoir des faiblesses. Les filles, mal rentrées dans la partie, peut-être un peu de suffisance ou le trac de perdre leur premier match de la saison, laissaient le premier set à Avignon, l'équipe visiteuse, 21-25. Mais le doute n'existait plus dès le deuxième set remporté 25-18. Les deux autres sets balayaient les éventuelles craintes, 25-16 et 25-17. Tout était parfait, le bloc équipe fonctionnait à plein. Aucune équipe ne peut résister à autant de vitesse, de précision et d'énergie. Avec 8 points d'avance et à 4 matchs de la fin, la nationale 2 est acquise, c'est notre certitude. On leur souhaite 4 victoires supplémentaires. Bravo les filles !

Antoine Monticellu

La Marseillaise et Barthélémy

La lecture de l'article de La Marseillaise sur la baisse des tarifs de l'eau soulève quelques questions.

Pas un mot sur les combats de Barthélémy contre la mise en place de la SPL, pas une seule allusion à sa non approbation de toutes les délibérations de la ville comme de l'agglo à chaque fois qu'il s'est agi de la gestion publique, on se contente de reconnaître qu'elle "a eu des réserves au moment du lancement de la SPL".

On lui laisse s'attribuer la baisse des tarifs grâce à la gestion publique. Mieux que ça, on date le début du processus à juillet... 2014 ! Même la communication de l'agglo n'avait pas osé.

On avait déjà noté une certaine "retenue" à l'égard des responsabilités de la présidente lors du conflit qui avait vu, en novembre, 80 % du personnel de l'agglo se mettre en grève.

Tout le monde avait pu remarquer que seule La Marseillaise avait "oublié" de mentionner la responsabilité de Barthélémy dans le vaudeville métropolitain au moment de l'élection de Gaudin.

On se trompe ou il y a quelque chose ? On peut tenter une hypothèse ?

Antoine Monticellu

Sanctions en mairie !

Le premier conseil de discipline de l'ère Gazay va avoir lieu le 23 mars. Deux dossiers sont à l'ordre du jour. Les sanctions demandées : 15 jours d'exclusion pour l'un, révocation définitive pour l'autre (la personne a 57 ans).

On peut rappeler que le précédent conseil de discipline remonte aux années 90, pour une affaire de détournement de fonds au CLAM.

Depuis l'arrivée des cadres de Marseille-Provence-Métropole et de La Ciotat, les services techniques se distinguent. Des sanctions sont demandées à tour de bras, pour tout et n'importe quoi, tolérance zéro, le moindre écart est sanctionné. Les avertissements et les rappels à l'ordre pleuvent.

Il faut apprendre à courber l'échine et à obéir. Gazay, le Kim Jong-un aubagnais, règne ! Joël et Caroline sont là pour le rappeler.

Antoine Monticellu

Vers la fin de la délinquance au Charrel ?

Afficher l'image d'origine

 

Le Maire l’avait annoncé de longue date aux habitants, la prévention et la sécurité allaient être au cœur de ses préoccupations pour le bien-vivre dans la Cité du Charrel. Ainsi, le quartier a pu bénéficier de l’une des premières caméras vidéo installées sur Aubagne.

Mais à quoi peut bien servir l’unique caméra de vidéosurveillance du quartier, à l’intersection de l’avenue de l’amitié et de l’avenue de la Paix ?

Il faut chercher la réponse dans les légendes urbaines de ce petit coin d’Aubagne qui a inspiré l’équipe municipale dans le choix stratégique des sites. L’histoire dit que régulièrement, de petits groupes se forment dans ce secteur. Leurs rencontres donnent systématiquement lieu à des affrontements verbaux et physiques. Les noms porcins fusent et des jets d’objets lourds mettent en péril l’intégrité des présents. Les insultes outrageuses pleuvent avec une violence telle que celles et ceux qui ont assisté aux agressions témoignent qu’il est régulièrement question de « baiser le cul de Fanny ! ». On ne pouvait laisser vandaliser l'œuvre de Pagnol et sa Trilogie.

Devant de tels agissements, la mairie ne pouvait donc rester inerte. Il se dit que c’est l’élu à la sécurité, Vincent Rusconi lui-même, qui a effectué les derniers réglages de la focale.

Désormais, le terrain de boules jouxtant la maison de quartier Maison blanche est bel et bien sous vidéoprotection. A moins qu’il ne s’agisse d’une simple caméra de circulation, et que ce ne soit le carrefour et son feu tricolore qui soient sous vidéosurveillance ?

JDS

Articles RSS

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • L'intersyndicale de l'hôpital d'Aubagne a rencontré l'Agence Régionale de Santé +

    Mercredi 21 juin, l'intersyndicale de l'hôpital d'Aubagne a été reçue par l'Agence Régionale de Santé. Les organisations syndicales ressortent de cet entretien très amères, mais déterminées à ne rien lâcher. Nous avons décidé de vous faire connaitre l'intégralité de leur réaction que vous pouvez lire ci-dessous. Lire la suite
  • Crèche à Aubagne : c'est la Sodexo qui va gérer +

    Tout le monde se souvient que dans la mandature précédente, l'équipe Fontaine avait lancé un projet de "Cantou partagé", c'est à dire une résidence intergénérationnelle dont quelques places réservées aux malades atteints de la maladie d'Alzheimer, une crèche et des espaces communs. Lire la suite
  • Mèfi : changement de stratégie de Gazay et de son équipe +

    Dans le paysage médiatique aubagnais, Mèfi (avec un accent grave !) est devenu incontournable. Pas seulement grâce au nombre de ses lecteurs qui ne cesse de grandir de mois en mois, mais aussi parce qu'on y trouve les informations que tout le monde cherche. Lire la suite
  • AJJ / AGG de juin confirme les informations de Mèfi +

    Nous avons déjà eu l'occasion de montrer et démontrer comment depuis maintenant plus de deux ans, AJJ/AGG, le magazine mensuel de la propagande municipale, tentait, à chaque parution, de répondre aux informations de Mèfi, sans jamais le nommer. Lire la suite
  • Eau des Collines : danger ! +

    Notre dernier article concernant notamment la gestion du personnel de cette société (publique ?) faisait part de plusieurs licenciements (6) survenus dans une période récente. Lire la suite
  • Ce qui nous lie +

    Ce qui nous lie Trois frères et sœurs se retrouvent, à la mort de leur père, dans leur propriété vinicole, au cœur de la Bourgogne.  Ce qui nous lie, c’est la vie simple et compliquée d’une famille qui se rassemble, qui s’aime et qui est confrontée aux difficultés de l’existence. Film tourné sur quatre Lire la suite
  • ZAC des Vigneaux à Cuges : Destrost et sa majorité persistent et signent +

    La cheffe du gouvernement britannique Thérésa May  a déclaré après avoir provoqué des élections catastrophiques pour son parti : « je vous ai mis dans le pétrin, mais je vais vous en sortir ». Pour Bernard Destrost  et sa majorité, ça devient : « je vous ai mis dans le pétrin, et je ne suis pas Lire la suite
  • 1