La phrase du jour : un premier magistrat de bas étage

 Afficher l'image d'origine

« Quand on veut faire de la politique de caniveau comme cela se fait par ici »

Gérard Gazay, lors du Conseil municipal du 23 février 2016

Voilà une sentence menaçante prononcée par un Gérard Gazay tout colère lors du vote des orientations budgétaires. Il était visiblement très agacé des remarques faites par l’opposition. Mais quel est le sens de cette remarque et à qui s’adressait-il ?

Le ton introspectif, décrivait-il particulièrement bien l’action municipale depuis lui ? Il est vrai que pour l’heure, son action politique se résume à réveiller les morts (un en particulier), installer 4 caméras, et… acheter des scooters ramasse-crottes ! On comprend mieux l’image du caniveau.

Le ton menaçant était-il dans l’accusation d’une opposition – dont nous sommes – aux « petits » arguments ? Des rouleaux de papiers toilettes, un abonnement téléphonique hors de prix, un véhicule de fonction de plus de 44 000 €… Sur tous ces points, c’est le Premier adjoint qui s’est mis à niveau sans trop de difficulté pour apporter quelques réponses peu convaincantes.

Mais nous aimerions nous aussi élever le débat et regrettons bien de ne pouvoir parler projet dans la mesure où celui du candidat Gazay est resté promesse électorale. Les arguments utilisés sont à la hauteur de ce qui est offert aux aubagnais : médiocre ! Voilà qui vaut donc invitation à balayer devant votre porte.

En matière de caniveau, Monsieur le Maire  tient  le haut du pavé !

José Da Silva

Le chiffre

"Le chiffre", c'est une rubrique qu'on retrouve, aujourd'hui dans presque tous les médias, souvent accompagnée d'une autre rubrique, "La phrase". Un petit effet de mode du début de ce siècle, portée par toutes les agences de communication pour justifier leur utilité. Du vite lu, vite enregistré bien dans la lignée de l'information zapping qui nous accompagne maintenant partout.

Même AJJ (le bimensuel qui a précédé AGG), en son temps, n'y avait pas échappé. Dans la presse quotidienne, cela oblige le ou la journaliste responsable de "penser" le chiffre qui va attirer le lecteur. Pas toujours simple, mais redoutablement efficace.

Dans La Provence du 24 février, page locale d'Aubagne, le chiffre mis en évidence c'est 3 000. On nous dit que ce chiffre "c'est le nombre de personnes ayant obtenu un emploi parmi les 8 000 accueillies à La Boussole en 2015". Boudiou, comme on dit en Provence ! Mais il n'y a plus de chômeurs à Aubagne ! Et pourtant le nombre de demandeurs inscrits, ici, à pôle emploi n'a jamais été aussi élevé.

Il doit y avoir une erreur quelque part. Dans tous les cas, cela prouve qu'il n'y a ni vérité du chiffre, ni des mathématiques. Il y a toujours besoin d'analyses et de détours théoriques.

Antoine Monticellu

Sous-estimation

A l'occasion de la cérémonie des voeux de cette année, nous avions écrit que Gazay avait exclu le personnel de la cuisine centrale, mais avait pris un traiteur privé pour le buffet de clôture. La note était lourde, nous indiquions la somme de 15 000 €. Pour les 300 personnes présentes au moment de la réception, cela représentait un apéritif-dînatoire pour 50 € par personne.

Mais, les documents donnés à l'occasion du conseil municipal sur les orientations budgétaires corrigent le chiffre : la prestation du traiteur, Créa Reception, a été facturée 19 000 € ! 38 000 rouleaux de papier toilettes pour nos enfants dans les écoles. Sans doute, notre informateur n'avait pas dû croire le vrai chiffre. Plus de 60 € par personne !

On comprend encore mieux l'expression de Simone Caballero du fan club Gazay : "un buffet présidentiel". Simone Caballero qui continue de se répandre dans tous les réseaux sociaux sans comprendre que chacune de ses interventions enfonce un peu plus son poulain. Elle doit avoir Léo Mournaud comme conseiller, bien connu pour sa finesse stratégique à la hauteur de ses qualités oratoires.

Antoine Monticellu

Faire-part de naissance : «Pouce pour la Paix»

Afficher l'image d'origine

N’en déplaise à Gérard Gazay, les valeurs de Paix continuent à être portées haut à Aubagne et ce, malgré la volonté de l’équipe municipale de faire taire la Colombe et toutes celles et ceux qui militent pour que se tienne la Fête de la Paix en Septembre 2016.

Une toute nouvelle association nommée « Pouce pour la Paix » vient donc de voir le jour sous l’impulsion des enseignants et des éducateurs pour la Paix. Elle a pour objet de « développer le vivre ensemble dans tous les domaines (culture, éducation, vie quotidienne) et avec tous les publics, à travers des pratiques citoyennes qui nourrissent le partage, la fraternité, l’ouverture à l’autre et le refus de l’exclusion ».

Le lancement de « Pouce la Paix » aura lieu le Mardi 1er Mars à partir de 18 heures au restaurant le Borsalino. Toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs portées par cette association sont les bienvenus à ce moment festif et positif.

L'occasion de rappeler qu'ici les valeurs de Paix sont aussi tradition et patrimoine, au-delà des vieux clichés du début du siècle dernier.

José Da Silva

Bernard Deflesselles fan de tennis !

Dimanche dernier, le Palais des Sports de Marseille clôturait une semaine de tennis. La finale de l'Open 13 disputée l'après midi a vu la victoire de Kirgios sur Cilic, 2 sets à 0. Cela aurait pu faire une information dans "Mèfi sport", mais, c'est la rubrique "frais de bouche" que nous avons choisie.

En effet, le député de notre circonscription, Bernard Deflesselles, invité dans la loge de la Sodexo (lui aussi !), a offert une "petite" réception à ses invités au Village des partenaires. A l'exemple de Gazay, il n'a pas fait appel à la cuisine centrale, ni à une entreprise privée de la restauration collective, mais au fameux traiteur "Lenôtre". Ils ont trinqué à la santé des chômeurs, des "bénéficiaires" du RSA et des fonctionnaires qui creusent la dette de la France ... et d'Aubagne.

Antoine Monticellu

Le silence des agneaux

La phrase du jour n’en est pas une mais un silence assourdissant ! Celui de Sylvia Barthélémy qui, depuis des semaines et un article totalement insipide paru dans la Provence, a perdu l’usage de la parole.

Dans un contexte de cacophonies métropolitaines dans lesquelles son rôle ne fut pas neutre, devant Hannibal ROUSSET et son mentor le vénéré mais pas vénérable Gérard Gazay, a-t-elle autre choix que de se taire ?

Probablement pas. Tout comme l’ensemble des élus de la majorité qui suivent la voix de leur maître !

José Da Silva

Etat d’urgence : la démocratie mise à mal (une fois de plus) !

Afficher l'image d'origine

Seuls 23% des députés étaient présents dans l’hémicycle lundi pour voter le texte constitutionnel sur l’état d’urgence. Les raisons de ces absences sont diverses : enfant malade, pause repas à la buvette, piscine, anniversaire de la belle-mère…

La réalité est sans doute moins cocasse : beaucoup de socialistes en désaccord sur le fond ont préféré fuir l’affrontement avec leur propre groupe, nombre de républicains ont adopté la stratégie de l’évitement plutôt que d’apporter leur soutien à la partie adverse !

Il est vrai également que le texte a été mis à l’ordre du jour le vendredi alors que traditionnellement les élus, disposant souvent de mandats locaux, occupent les rangs de l’Assemblée nationale du mardi au jeudi. Faut-il y voir une manipulation pour évincer un débat pourtant au coeur des valeurs de la République ?

Dans tous les cas, il y a urgence à revoir le fonctionnement de nos nobles institutions nationales. La survie de la Démocratie en dépend.

José Da Silva

La Provence dans le collimateur de la mairie d'Aubagne

La mère ciseaux porte bien son surnom (lire Les ciseaux de la mère Mansion). Elle devait l’avoir mauvaise pour envoyer un mail à une rédactrice de la Provence à la suite du dépôt de la pétition de l’Appel des Cent pour le maintien de la Fête de la Paix.

Les reporters de La Provence étaient là et, crime de lèse majesté, ils ont pris une photo qui s’est, bien sûr, retrouvée dans les colonnes du quotidien. Fort heureusement le directeur de l’agence aubagnaise ne s’est pas désolidarisé de son reporter et a tenu tête à la directrice de cabinet, qui affirmait que c’était mieux avant, en lui assénant que « l’ère Espanet était révolue ».

La volonté municipale de museler la presse ne s’arrête, hélas, pas à ce minable débordement. Mansion, toujours elle, s’était déjà plainte de la présence de La Provence à la conférence de presse donnée par les agents de la cuisine centrale.

Mais le pompon revient au maire d’Aubagne qui, lors d’une nuit d’insomnie sans doute, s’est permis d’appeler chez un rédacteur de la Provence pour se plaindre d’un sujet qui lui avait déplu.

Ces pratiques datent d’un autre âge, mais elles semblent devenir une fâcheuse habitude pour l'équipe Gazay. Jusqu’à quand la censure pèsera-t-elle sur Aubagne ?
 
Benoit Jancet

Fontaine, Maire et Conseiller départemental honoraire

C'est sans doute avec fierté et émotion que Daniel Fontaine a été informé de l'arrêté préfectoral qui vient de le nommer maire et conseiller départemental honoraire.

Cette décision qui ne le gratifie d'aucune prérogative particulière ni d'aucun avantage financier, est la reconnaissance par l'État du long dévouement dont a fait preuve Daniel Fontaine tant au service de la Ville d'Aubagne que du Conseil Départemental des Bouches du Rhône. 

C'est tout un pan de la vie de cet élu qui est ainsi salué : pour la ville d'Aubagne c'est 32 ans de mandat dont plus de 12 ans de Maire. Quant au Conseil Général, devenu depuis peu Conseil Départemental, Daniel Fontaine y a usé ses fonds de culotte durant 27 ans.

Il est maintenant Maire honoraire d'Aubagne, comme avant lui Jean Tardito et Edmond Garcin. Il faudra sans doute longtemps avant qu'on ne leur emboite le pas. En tout cas, toutes nos félicitations monsieur le Maire honoraire.

B.J.

Le général Piquemal, Barthélémy et Orihuel

Une manifestation "anti-migrants" prévue le 6 février à Calais par des organisations d'extrême droite a été interdite par le ministre de l'intérieur. Un ancien militaire de la légion, le général Piquemal, a été arrêté par la police pour avoir enfreint cette décision. Dés le 4 février sur le site "Résistance républicaine", cousin du webzine islamophobe "Riposte laïque", il faisait un communiqué pour maintenir la manifestation et appelait "les patriotes" à se rassembler malgré l'interdiction.

Bien sûr, tous les responsables du Front National, de Collard à Maréchal-Le Pen en passant par Ravier sont indignés : "Comment peut-on arrêter un si glorieux militaire !". Rappelons, ici, que le général Piquemal était le N°2 et un élu majeur de la liste de Barthélémy de 2001 à 2008. En 2008, il n'était pas sur sa liste mais avait soutenu Orihuel au 1er tour, s'en désolidarisant au second. Barthélémy et Orihuel vont-ils se joindre aux protestations ?

Antoine Monticellu

Articles RSS

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Mournaud fait du cinéma +

    La ville ne sait plus quoi inventer pour communiquer sur les travaux "pharaoniques" prévus en centre ville : on refait la chaussée sur 300 mètres linéaires ! Lire la suite
  • Les convictions de Giovanni +

    Schipani avec Bruno Gilles Givanni Schipani, élu "Les Républicains" au conseil municipal d'Aubagne a une caractéristique en commun avec Harkane, élue du PS à Aubagne : ils sont, tous les deux, mus par une même conviction, leur arrivisme. Lire la suite
  • Bourse du Travail : ça chauffe ! +

    Avec la brutalité et le dogmatisme qu'on lui connaît, dès les premiers mois de son élection, Gazay décidait l'expulsion des syndicats et des associations qui se trouvaient à la Bourse du Travail. Il avait commencé en supprimant le Festival d'Arts Singuliers. Puis il a poursuivi avec la tentative d'expulsion du Lire la suite
  • "Ils sont toujours présents en moi" +

      Jeudi 9 février, après une journée de travail bien dense, il fait déjà nuit... Je pars pourtant sous la pluie, avec la détermination inaltérée d'aller au Cercle de l'Harmonie. Dans ce lieu recoloré désormais par de multiples initiatives culturelles, politiques, associatives, a lieu, ce soir-là, la présentation d'un livre Lire la suite
  • Bien Vivre en Pays d'Aubagne : une association d'élus de droite ? +

    Pour "se faire mousser", Giovanni Schipani, l'élu qui rend les jeunes vieux, multiplie les louanges de toutes les personnes qu'il rencontre, comme s'il était le chef politique du clan des élus de droite du territoire. Le 15 février, avec d'autres élus, il a été reçu par une "nouvelle" association "Bien Lire la suite
  • Duchemin trace son chemin +

    Duchemin trace son chemin Auguste Duchemin arpente les lieux de restauration de notre territoire depuis 6 mois maintenant.  Le plaisir des papilles a été le plus souvent au rendez-vous. Les commentaires des lecteurs furent divers, jusqu'à nous accuser de vendre notre âme au Diable car nous "vendions" de la pub. Il n'en a jamais été Lire la suite
  • Gag-piscine sur le site de la ville +

    Toujours à la pointe de l'information sur le net, le service propagande de la ville communique sur le site, sur facebook et sur twitter, les horaires d'ouverture de LA piscine d'Aubagne (la piscine du Bras d'Or étant définitivement fermée pour satisfaire la volonté de spéculation immobilière du maire) pour les Lire la suite
  • 1