La Marseillaise et Barthélémy

La lecture de l'article de La Marseillaise sur la baisse des tarifs de l'eau soulève quelques questions.

Pas un mot sur les combats de Barthélémy contre la mise en place de la SPL, pas une seule allusion à sa non approbation de toutes les délibérations de la ville comme de l'agglo à chaque fois qu'il s'est agi de la gestion publique, on se contente de reconnaître qu'elle "a eu des réserves au moment du lancement de la SPL".

On lui laisse s'attribuer la baisse des tarifs grâce à la gestion publique. Mieux que ça, on date le début du processus à juillet... 2014 ! Même la communication de l'agglo n'avait pas osé.

On avait déjà noté une certaine "retenue" à l'égard des responsabilités de la présidente lors du conflit qui avait vu, en novembre, 80 % du personnel de l'agglo se mettre en grève.

Tout le monde avait pu remarquer que seule La Marseillaise avait "oublié" de mentionner la responsabilité de Barthélémy dans le vaudeville métropolitain au moment de l'élection de Gaudin.

On se trompe ou il y a quelque chose ? On peut tenter une hypothèse ?

Antoine Monticellu

Sanctions en mairie !

Le premier conseil de discipline de l'ère Gazay va avoir lieu le 23 mars. Deux dossiers sont à l'ordre du jour. Les sanctions demandées : 15 jours d'exclusion pour l'un, révocation définitive pour l'autre (la personne a 57 ans).

On peut rappeler que le précédent conseil de discipline remonte aux années 90, pour une affaire de détournement de fonds au CLAM.

Depuis l'arrivée des cadres de Marseille-Provence-Métropole et de La Ciotat, les services techniques se distinguent. Des sanctions sont demandées à tour de bras, pour tout et n'importe quoi, tolérance zéro, le moindre écart est sanctionné. Les avertissements et les rappels à l'ordre pleuvent.

Il faut apprendre à courber l'échine et à obéir. Gazay, le Kim Jong-un aubagnais, règne ! Joël et Caroline sont là pour le rappeler.

Antoine Monticellu

Vers la fin de la délinquance au Charrel ?

Afficher l'image d'origine

 

Le Maire l’avait annoncé de longue date aux habitants, la prévention et la sécurité allaient être au cœur de ses préoccupations pour le bien-vivre dans la Cité du Charrel. Ainsi, le quartier a pu bénéficier de l’une des premières caméras vidéo installées sur Aubagne.

Mais à quoi peut bien servir l’unique caméra de vidéosurveillance du quartier, à l’intersection de l’avenue de l’amitié et de l’avenue de la Paix ?

Il faut chercher la réponse dans les légendes urbaines de ce petit coin d’Aubagne qui a inspiré l’équipe municipale dans le choix stratégique des sites. L’histoire dit que régulièrement, de petits groupes se forment dans ce secteur. Leurs rencontres donnent systématiquement lieu à des affrontements verbaux et physiques. Les noms porcins fusent et des jets d’objets lourds mettent en péril l’intégrité des présents. Les insultes outrageuses pleuvent avec une violence telle que celles et ceux qui ont assisté aux agressions témoignent qu’il est régulièrement question de « baiser le cul de Fanny ! ». On ne pouvait laisser vandaliser l'œuvre de Pagnol et sa Trilogie.

Devant de tels agissements, la mairie ne pouvait donc rester inerte. Il se dit que c’est l’élu à la sécurité, Vincent Rusconi lui-même, qui a effectué les derniers réglages de la focale.

Désormais, le terrain de boules jouxtant la maison de quartier Maison blanche est bel et bien sous vidéoprotection. A moins qu’il ne s’agisse d’une simple caméra de circulation, et que ce ne soit le carrefour et son feu tricolore qui soient sous vidéosurveillance ?

JDS

Un carnaval contre la privatisation de la cuisine centrale

Le Collectif des Parents en colère d'Aubagne ne désarme pas. Mais au lieu du 357 magnum, ils ont choisi une arme plus pacifique : le carnaval.

"Nous organisons un goûter carnaval le samedi 12 mars à 15h30 sur le cours Foch Aubagne. Nous souhaitons une ambiance festive autour de nos enfants. Ce rassemblement citoyen est dans la continuité de notre combat pour sauver la cuisine centrale et l'assiette de nos enfants."
 
Au programme : musique, ateliers du goût, stand maquillage... de quoi passer un bel après midi en famille et des plus utiles pour ceux qui croient que la privatisation n'est pas encore inéluctable. Et ce type d'initiative est en mesure de nous faire penser que tout est encore possible.
 
Si vous pouvez venir avec quelques patisseries maison, la fête n'en sera que plus belle. Les dons récoltés à cette occasion seront destinés à l'action contre la DSP.
 
Alors, comme l'annonce les parents en colère : "Venez tous déguisés contre la mascarade de la DSP" !
 
B.J.

Ce vendredi, Jean-François Bernardini est à La Penne

Le leader du groupe corse "I Muvrini" sera vendredi à La Penne, à l'espace de l'Huveaune. A partir de 18h30, il animera, à l'invitation du service jeunesse, une conférence/débat sur le thème de la non violence.

Depuis 6 ans maintenant, il a lancé un programme d'actions dénommé "Devenons artisans de la non-violence". C'est sur ce thème que le chanteur, président de la fondation Umani di Corsa parcourt la France à la rencontre des lycéens, des associations et plus généralement de tous les publics pour expliquer que "la non violence est la boussole du XXIe siècle".

"Chacun est maître de son destin, de la programmation de son cerveau, son ordinateur interne" dit-il. Personne n'est indifférent face à ce chanteur, il captive l'attention et permet, toujours, un large débat. Les aubagnais se souviennent de sa venue à l'occasion des rencontres internationales pour la paix en septembre 2013.

Vendredi, venez à sa rencontre, c'est un moment de bonheur pour tous les sens et un temps où on peut croire à l'intelligence humaine.

Antoine Monticellu

Une phrase du jour... bien Placé !

Jean-Vincent Placé, le 13 septembre 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET

 

« Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui font la Loi de la République »

Jean-Vincent PLACE sur France info le lundi 7 mars 2016

 

Cette déclaration de l’actuel Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargé de la réforme de l’Etat et de la simplification, portant sur la pétition en ligne contre la Loi sur le travail dite « Loi E Khomri », tourne en boucle sur… l’ensemble des réseaux sociaux.

L’ancien sénateur de l’Essonne, dont le groupe politique d’appartenance est Europe Ecologie les Verts (EELV), se présente comme « un réformiste radical » et s’assume désormais comme centriste depuis qu’il est au gouvernement Valls 3. Preuve en est cette phrase du jour qui ne va pas sans rappeler une remarque non moins célèbre de Jean-Pierre Raffarin (2003) : « La rue doit s’exprimer mais ce n’est pas la rue qui gouverne ».

On sait depuis aujourd’hui que cette similitude n’est donc pas fortuite, et que l'un des Premiers ministres UMP de l’ère Chirac a tout l’air d’être le nouveau mentor de notre secrétaire d’Etat anciennement écolo, nouvellement centriste.

Celui qui n’a jamais rien caché de son adoption, ni de son ambition politique, nous prouve qu’en politique non plus, il n’a pas de famille.

José Da Silva

Le parking Pierre Blancard devient payant

Les utilisateurs du parking Pierre Blancard, à côté de la gare, essentiellement utilisé par les abonnés SNCF, découvrent depuis quelques jours que ce parking est devenu payant. La 1ère heure gratuite dans trois parkings d'Aubagne se fait au détriment de la gratuité ailleurs.

Commençons par une petite précision, la 1ère heure de parking n'est pas gratuite, vous ne payez pas si vous restez moins d'une heure, au delà vous devez payer, aussi, la première heure. Mais de plus le gestionnaire des parkings souterrains a demandé une compensation, il faut récupérer le "manque à gagner", par n'importe quels moyens.

Plusieurs propositions ont été faites : augmenter le nombre de places payantes en surface (au moins 200) pour que les automobilistes choisissent les parkings souterrains ou une subvention "d'équilibre" versée par la commune ou de nouveaux espaces gérés par Q Park, le délégataire.

La décision, c'est de faire un peu des trois. On commence par donner à Q Park la gestion de Pierre Blancard. Dans le même mouvement, on étudie les emplacements possibles pour étendre les horodateurs : les Défensions ? La médiathèque ? L'entrée de ville du côté du boulodrome ? Et on prépare "l'allongement" de la DSP et, donc, la part payée par Aubagne.

Estrosi annonce la reprise du projet LGV Marseille / Aubagne / Nice

Mais pour Pierre Blancard, il y a des questions supplémentaires qui méritent quelques éclaircissements, entre autres, du maire d'Aubagne :

- le terrain est propriété de la SNCF, a-t-il été cédé à la ville ?

- la SNCF et le Conseil Régional, dans leur nouvelle politique transport, ont-ils décidé de mettre des obstacles supplémentaires à ceux et celles qui ont fait le choix du TER en faisant payer les parkings qui étaient gratuits ?

Concernant la politique de transport du conseil régional, on peut rajouter que Christian Estrosi, le président LR de PACA, a annoncé, sur France inter, le jeudi 3 mars, la reprise du projet LGV Marseille / Nice. Il en pense quoi son ami le maire d'Aubagne ? Et le président, si proche du DGS de la ville, du collectif aubagnais anti-LGV ?

Et vous croyez, vraiment, que face à la métropole de Gaudin, Gazay va défendre avec la force nécessaire la gratuité des transports à Aubagne ?

Antoine Monticellu

 

 

 

 

Encore un commerce de moins, un !

C'était depuis quelques années, une des fiertés commerciales de la rue de la République. Un magnifique magasin, aménagé avec raffinement et un goût subtil, des produits originaux, toutes les sortes de nougats, une belle gamme de pâtes de fruit, des croquants aux amandes et des chocolats de qualité, Silvain faisait partie des références en la matière.

Il n'aura pas pu attendre le "feu d'artifice" commercial promis par Besset, le président de CAP (Commerce Aubagnais de Proximité), 1er clairon du fan club Gazay.  Sur "le bon coin", on trouve son bail à céder, 130 m² locatif refait à neuf, pour 57 000€. Une somme bien faible compte tenu de l'état du local et de son emplacement qui démontre, s'il en était besoin, la difficulté à trouver preneur.

Du côté du commerce, cela ne s'améliore pas, mais Gazay et sa comptable annoncent dans les orientations budgétaires un effort, sans précédent, pour l'activité commerciale de centre ville. A quand les prochaines fermetures ?

Antoine Monticellu

Articles RSS

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Mournaud fait du cinéma +

    La ville ne sait plus quoi inventer pour communiquer sur les travaux "pharaoniques" prévus en centre ville : on refait la chaussée sur 300 mètres linéaires ! Lire la suite
  • Les convictions de Giovanni +

    Schipani avec Bruno Gilles Givanni Schipani, élu "Les Républicains" au conseil municipal d'Aubagne a une caractéristique en commun avec Harkane, élue du PS à Aubagne : ils sont, tous les deux, mus par une même conviction, leur arrivisme. Lire la suite
  • Bourse du Travail : ça chauffe ! +

    Avec la brutalité et le dogmatisme qu'on lui connaît, dès les premiers mois de son élection, Gazay décidait l'expulsion des syndicats et des associations qui se trouvaient à la Bourse du Travail. Il avait commencé en supprimant le Festival d'Arts Singuliers. Puis il a poursuivi avec la tentative d'expulsion du Lire la suite
  • "Ils sont toujours présents en moi" +

      Jeudi 9 février, après une journée de travail bien dense, il fait déjà nuit... Je pars pourtant sous la pluie, avec la détermination inaltérée d'aller au Cercle de l'Harmonie. Dans ce lieu recoloré désormais par de multiples initiatives culturelles, politiques, associatives, a lieu, ce soir-là, la présentation d'un livre Lire la suite
  • Bien Vivre en Pays d'Aubagne : une association d'élus de droite ? +

    Pour "se faire mousser", Giovanni Schipani, l'élu qui rend les jeunes vieux, multiplie les louanges de toutes les personnes qu'il rencontre, comme s'il était le chef politique du clan des élus de droite du territoire. Le 15 février, avec d'autres élus, il a été reçu par une "nouvelle" association "Bien Lire la suite
  • Duchemin trace son chemin +

    Duchemin trace son chemin Auguste Duchemin arpente les lieux de restauration de notre territoire depuis 6 mois maintenant.  Le plaisir des papilles a été le plus souvent au rendez-vous. Les commentaires des lecteurs furent divers, jusqu'à nous accuser de vendre notre âme au Diable car nous "vendions" de la pub. Il n'en a jamais été Lire la suite
  • Gag-piscine sur le site de la ville +

    Toujours à la pointe de l'information sur le net, le service propagande de la ville communique sur le site, sur facebook et sur twitter, les horaires d'ouverture de LA piscine d'Aubagne (la piscine du Bras d'Or étant définitivement fermée pour satisfaire la volonté de spéculation immobilière du maire) pour les Lire la suite
  • 1