La Provence enterre les poubelles et l'impartialité

Des conteneurs enterrés existent déjà aux Défensions, au cours Voltaire, sur la place Sicard, à l'immeuble "République"... mais La Provence titre le 21 novembre "Les premiers conteneurs en cours d'installation", et on lit dans l'article que" les responsables... ont procédé... aux premières installations de conteneurs de poubelles enterrés", et plus loin "c'est dans un premier temps le centre ville qui bénéficie de cette NOUVELLE politique". L'Agglo et la ville ont simplement décidé de poursuivre ce qui était engagé.
 
Très bien. Bravo ! Continuez ! N'en rajoutons pas plus. Aubagne n'a pas besoin d'une Pravda locale.
 
Antoine Monticellu

Immobilier à Aubagne : le marché relancé

On apprend, au détour des délibérations qui seront soumises au prochain Conseil municipal, que la municipalité a l'intention de s'attaquer de front à la problématique du logement. Elle a décidé de vendre la maison de gardien de l'école maternelle la Garenne (80m²), et le terrain (300m²) qui va avec, au prix alléchant de 241.000 euros.

Dans les motivations de la délibération, une formule retient l'attention : "France Domaine ayant fixé la valeur du bien... à la somme de 240.000 euros, le choix de la commune s'est porté, parmi les offres reçues, sur la plus élevée, à hauteur de 241.000 euros, présentée par Monsieur... et Madame... " L'un des heureux bénéficiaires de cette aliénation du domaine public communal (c'est la formule consacrée) porte le même nom, bien connu dans notre ville, que celui du président de l'Association des Amis du Maire d'Aubagne.

Sans doute une pure coïncidence.

Mikaël Gerek

Télécharger la délibération

La laïcité bafouée

 
Depuis l'arrivée de l'UMP Gérard Gazay à la direction de la municipalité d'Aubagne quasiment toutes les manifestations municipales sont précédées d'une bénédiction du curé de la ville. De la foire à la céramique à la cavalcade, presqu'aucune initiative publique n'y échappe, jusqu'aux cérémonies du 11 novembre où ce sont les élèves de l'école Sainte Marie qui représentaient les enfants d'Aubagne !
 
Bien sûr, il n'est pas question, ici, de remettre en cause, ne serait-ce qu'un peu, la liberté religieuse.
Mais, la République est laïque et il ne peut être question d'imposer UNE religion à tout le monde. Cela s'appelle l'intégrisme religieux que beaucoup, heureusement, condamnent à l'échelle de certains pays qui mettent en place une religion d'état.
Est-ce la volonté de Gérard Gazay dans une ville qui a des églises, un temple, une mosquée, une synagogue, un groupe inter-religieux composé de représentants de toutes les religions et de non croyants ?

Antoine Monticellu

La démocratie en danger

En disant qu'avec le projet de métropole et la réforme des collectivités, c'est la démocratie qui est en danger, on pourrait paraître excessifs. Et pourtant...

Pour mesurer l'ampleur de ce qui est en jeu, il y a besoin de bien comprendre les mécanismes complexes et d'en évaluer toutes les conséquences à venir sur notre vie quotidienne : moins de services publics, moins de politiques sociales, moins de proximité et, au bout du bout, moins de citoyenneté.

Alors que la défiance à l'égard de la politique ne cesse de grandir, le pouvoir en place ne cherche d'issue que dans la confiscation de la démocratie.

C'est dans cette logique que le PCF invite Noël Lusi, haut fonctionnaire d'état à la retraite, pour comprendre les enjeux de cette réforme. Et c'est aussi avec la volonté d'expliquer, de débattre et d'imaginer ensemble d'autres solutions que vous êtes invités à la réunion publique du jeudi 27 novembre à 18h, salle Mg Fabre à Roquevaire.

Grains de sel 2014 : une année difficile !

Des réductions et des incertitudes budgétaires permanentes, des services municipaux hésitants par absences d'orientations claires, une direction de la culture décapitée qui n'a pas pu gérer l'événement, un service événementiel inefficace qui ne joue plus son rôle d'animateur et de fédérateur, une absence totale de décoration en centre ville, des spectacles qui redeviennent payants, une communication sur Aubagne très réduite, une communication extérieure quasi nulle, l'attachée de presse du festival depuis quinze ans mise à l'écart, tout cela a conduit à une édition 2014 de Grains de sel en perte de vitesse.

Aucune retombée pour les commerçants, les restaurateurs, les cafetiers, un week-end comme les autres, ni plus, ni moins ; une affluence réduite de plus de la moitié comparée aux 30 000 visiteurs habituels ; un nombre de classes et surtout d'élèves en diminution sur les éditions antérieures (bien loin des 5000 scolaires annoncés dans la presse) ; une participation aux spectacles en décroissance ; un chiffre d'affaires des éditeurs et des libraires à la baisse.

Cela prépare-t-il l'annonce de la suppression de ce Festival pour masquer les coupes sombres du budget de la culture ?

Antoine Monticellu

 

P.S. : il semble que la commission de sécurité ne serait pas passée et que le lestage des chapiteaux n'était pas conforme. Quelqu'un peut-il infirmer ?

Les coucous de la délinquance

 
"Délinquance : pourquoi ça baisse autant à Aubagne", sur 6 colonnes, ce titre barre la une de La Provence*. On apprend, ainsi, en page trois, que la délinquance a diminué de 14% sur les 9 premiers mois de l'année 2014.
 
Bien sûr, tout le monde a appris à être très prudent avec ce type de statistique. D'abord parce que tout compte pour un : un vol de portable vaut un viol. Mais aussi, parce que depuis les années Sarkozy, ministre de l'intérieur, on manipule plus qu'on analyse.

Cantonales 2015...

Le groupe "Aubagne 2020" (plus à droite, tu meurs) vient de publier sur Facebook "une estimation" : FN 6469 ; Droite 5228 ; Gauche 4159. Evidement c'est "du bidon", d'autant plus qu'à gauche, à Aubagne, on sait ce que valent les estimations, mêmes les plus sérieuses.
 
Cela va permettre à la "gauche qui se dit radicale" (PG, Ensemble, NPA...) de hurler "on nous fait le coup d'un deuxième tour droite/FN pour nous imposer des alliances contre nature". Alors, qu'ici, cette hypothèse n'a pas de sens, les cantonales d'Aubagne Est et les Législatives de 2012 sont là pour le prouver !
 
Dans tous les cas faut-il se résigner à l'élection de Joëlle Mélin ou de Gérard Gazay ou réfléchir à une réponse locale qui porte les contradictions pour les dépasser, sans rien négliger de la dimension nationale du combat, aujourd'hui et demain. Dialectique quoi. 
 
Antoine Monticellu

Quand Sylvia Barthélémy félicite Magali Giovannangeli

Fidèle à la stratégie du coucou squattant les réussites et les projets de la précédente majorité, Sylvia Barthélémy, nouvelle présidente de l’Agglo, se félicite, au détour de sa page facebook, de l’hyper attractivité du Pays d’Aubagne et de l’Etoile. On ne saurait la contredire puisque c’est une étude basée sur des données datant de 2010…

2010, une époque où elle n’avait pas de mots assez durs pour fustiger l’absence d’attractivité du même territoire. Elle allait même jusqu’à affirmer pendant la campagne des municipales de 2014 « qu’Aubagne a crée proportionnellement 2 fois moins d’emplois que les Bouches-du-Rhône ».

 Document de campagne de Sylvia Barthélémy en février 2014

 

La même, sept mois plus tard, vient sans rire nous expliquer « que dans le domaine de l’emploi, c’est le Pays d’Aubagne et de l’Etoile qui a connu la plus grande croissance d’emplois de toute l’aire métropolitaine avec +51%, devant le Pays d’Aix… »

Bref autant de bons résultats auxquels elle est totalement étrangère. Puisque c’est bien la politique conduite par la précédente majorité, présidée par Magali Giovannangeli qui en est à l’origine. 

Extrait de la page facebook de Sylvia Barthélémy en novembre 2014

 

Et l’absence de cohérence ne s’arrête pas là. Puisque pour récompenser de ces bons résultats la responsable administrative du secteur économique de l’Agglo, Sylvia Barthélémy vient de la débarquer de ses fonctions…



Gabi Monnier

Service Public : danger !

En six mois, les agents des services publics, à la ville d'Aubagne et à l'Agglo, ont subi des atteintes insupportables à leurs vies professionnelles : plus d'une dizaine de CDD non renouvelés (et on en annonce de nombreux autres pour 2015 !), un CDI menacé de licenciement (totalement illégal), des directeur-rice-s rétrogradé-e-s, des mises au placard, les embauches sans publication des postes, des brimades en tous genres, une suspicion de trahison permanente... Et on peut ajouter des sanctions sur les évolutions de carrières, qui seraient d'ores et déjà prévues lors de la prochaine CAP*, aux agents jugés trop proche de l'ancienne municipalité.

Peut-on imaginer des réactions ? Une lettre au Préfet des élus d'opposition ou des organisations syndicales ? Une rencontre des associations d'usagers, des élus d'opposition, des syndicats dans leurs diversités ? Autre(s) ?

Ou doit-on trouver cela normal ? Une nouvelle majorité arrive, elle impose sa loi, elle écarte les fonctionnaires qui ne sont pas "avec elle" ?... et demain ? Les autres agents ? Les associations ? Les partis politiques ? Les citoyens ? 
 
Antoine Monticellu
 
* Commission Administartive paritaire qui décide du déroulement de carrière des agents municipaux.

Articles RSS

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1