Gazay, Foti et les pratiques éducatives


foti

Depuis plusieurs décennies, en septembre ou octobre, le maire et son équipe organisent un "pot de rentrée" avec les enseignants des écoles primaires et maternelles d'Aubagne. C'est l'occasion d'un échange sur les attentes du personnel éducatif et sur les moyens mis à leur disposition par la commune.

Cette année, l'invitation était programmée pour le 24 novembre à 17 heures, salle du Bras d'Or. Les enseignantes et les enseignants ont reçu une invitation de Gérard Gazay, maire d'Aubagne et de Bruno Foti, délégué à l'éducation (s'il manque du papier toilette dans les écoles, c'est lui), à l'enseignement supérieur, à la restauration scolaire (les repas dégueulasses pour les enfants, c'est lui), aux dialogues intercultuels (la terrasse de l'Antalya Kebab, c'est lui) et aux cimetières (sans commentaire). Ce brave Bruno étale d'autant plus ses titres que les responsabilités de ses délégations ne lui appartiennent pas ou plus. Pantin, vous avez dit pantin ?

Mais l'essentiel n'est pas là. Le contenu de l'invitation est symptomatique d'une équipe municipale qui veut tout mettre au diapason de ses choix idéologiques, à l'image de Fillon qui veut imposer les programmes d'histoire mais réduire le nombre de professeurs. Cette invitation indique en effet que les enseignants sont conviés "à échanger sur les pratiques éducatives". Depuis quand les élus municipaux sont habilités à se prononcer sur "les pratiques éducatives" ?

Résultat : lever de boucliers des intéressés, appel au boycott des syndicats... présence de seulement 7 enseignant-e-s et directeurs-rices sur plus de 80 invité-e-s. Une belle réussite ! Une de plus !

Antoine Monticellu

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Conseil municipal de Cuges : Le Roi est nu +

    Fait rarissime qui traduit à lui tout seul la déliquescence de la majorité de Bernard Destrost, maire de Cuges les pins, le conseil municipal de lundi 26 juin a du être reporté faute de quorum. Seuls 12 élus de la majorité (sur 20) étaient présents, le quorum étant de 14 Lire la suite
  • Conseil de territoire inutile: la preuve ! +

    Depuis le 1er janvier 2016, le gouvernement Hollande/Valls avec l'accord du maire de Marseille, a supprimé  6 communautés d'agglomération du département des Bouches du Rhône (ici, la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile) pour créer une "monstropole", de 92 communes, 3173 km² et 1,83 millions d'habitants. Lire la suite
  • Les femmes et le philosophe +

    Cette semaine, Raphaël Enthoven, philosophe de son état, et accessoirement chroniqueur tous les matins sur Europe 1 dans la matinale, a abordé le "phénomène" du manspreading. Pour rappel, il s'agit de l'action d'écarter ses jambes dans les transports en commun de sorte que l'on occupe plus que son propre siège Lire la suite
  • L'intersyndicale et les élus d'opposition +

    Les élus du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologiste » ont rencontré l’intersyndicale de l’hôpital vendredi soir. L’échange a permis de revenir sur la déclaration éloquente et étayée de l’intersyndicale après son rendez-vous avec l’ARS (voir notre article). Ils et elles en retiennent le mépris, on les comprend ! La discussion a Lire la suite
  • Du théâtre avant toute chose +

    Depuis 2009, l'atelier théâtre Zone&Cie explore les multiples facettes du théâtre contemporain en s'attaquant chaque année à une oeuvre exigeante de ce répertoire avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. On se souvient entre autres du travail original et inventif que la troupe et son metteur en scène ont réalisé par le passé sur "Jardinage humain" Lire la suite
  • Témoignage d'un salarié de la SPL "L'eau des Collines" +

    Après notre article sur les nouvelles plaques pour "L'eau des Collines", nous avons reçu ce témoignage d'un salarié qui vient de quitter cette Société Publique Locale qui n'a plus de "publique" que le nom.  Lire la suite
  • Centre ville : tout ça pour ça ? +

    En novembre 2016, dans un grand show à l'Espace des Libertés, devant un parterre choisi de 400 personnes, le maire d'Aubagne expliquait que "l'année 2017 allait être une année de grands travaux... que le centre ville serait bouleversé pour enchanter le monde... qu'Aix et Cassis nous envieraient...". Lire la suite
  • 1