Stéphanie Harkane écrit à Mèfi!

La rédaction de Mèfi! a reçu un courrier de Stéphanie Harkane. Membre du Parti Socialiste, la co-présidente du groupe d'opposition de gauche des élus de l'Agglo, précise qu'elle s'exprime en son nom propre. Stéphanie Harkane est élue au Conseil municipal depuis 1995, elle était adjointe à la jeunesse dans la précédente majorité.

Face à une situation générale caractérisée par une perte de sens et de valeurs politiques, il est plus qu'urgent et indispensable d'exprimer, un message sans équivoque à l'égard des citoyens de ce pays.

A l'instar des voix socialistes, écologistes, Front de Gauche, citoyennes qui s'élèvent à l'Assemblée Nationale, au Sénat, dans les hémicycles locaux, départementaux et régionaux, il est temps de nous répondre, nous qui désespérons et nous désolons au quotidien, nous qui avons voté pour le Président Hollande.

Le Budget, voté le 18 novembre dernier, maintient le cap de la réduction de déficits publics au détriment du budget des ménages. Pourtant, la politique de l'offre, imposée par Bruxelles ne donne à ce jour aucun signal positif pour le redressement économique du pays.

Des alertes sont adressées régulièrement par des élus, des groupes politiques, des associations, des citoyens qui n'hésitent pas à se prononcer et à s'opposer au démantèlement du service public, à une réforme territoriale incompréhensible et tellement hésitante, à une politique économique qui semble avoir oublié que l'on peut tenter aussi de relancer la croissance par des mesures qui favorisent la demande, c'est-à-dire, nous, les familles, les retraités, les jeunes et les moins jeunes qui ne comprenons plus cette politique du chiffre.

Il est encore temps de renverser cette tendance, les valeurs de gauche ne sont ni « passé de mode », ni utopistes, ni révolutionnaires. Elles ont le mérite depuis toujours d'intégrer et non d'exclure, de tolérer et non de rejeter, de favoriser l'expression plurielle et de permettre le débat !

Stéphanie Harkane

Les lumières ne sont plus celles de l'Arc-en-ciel

A la veille des Départementales, Aubagne est malade comme la France, elle, est a mi-mandat et après bien sûr une défaite de notre majorité.
La nouvelle majorité est loin des aspirations des Aubagnaises et Aubagnais. Un vide effroyable et catastrophique pour tout le monde.
Les conséquences de ce vide seront des taches et des blessures que notre ville vit.
Je ne comprends pas cette ambition sans pitié de prendre le pouvoir sans avoir les moyens de l'exercer dans la justice.
Le maire d'Aubagne va s'inscrire dans une démarche complètement pathologique ce qui risque de créer bien des maux.
Nous l'avons déjà remarqué il me semble...
L'ancienne majorité avait un bilan extraordinaire et j'en suis fier, mais n'était plus en phase avec ses citoyens.
Cela peut s'expliquer par un contexte international si notre esprit était celui d'une ville altermondialiste.
Cela peut s'expliquer par un contexte national même si une commune se doit d'être à l'avant garde des enjeux nationaux. Ce n'était pas le cas.
Quelques mots suffisent parfois.
Le bilan s'est accessoirisé ! 
Un temps nouveau s'est ouvert, fait de vide.
Les lumières sont celles du désespoir, du dégoût et de la galère. 
Un temps nuageux où l'air se fait à l'orage.
Les Aubagnais et les Aubagnaises attendent des réponses en vain.
Ils vont devoir faire face doublement à l'agitation permanente de ce temps nouveau.
En tant que jeune citoyen, j'en appelle à la responsabilité de tous.
Il est temps à nouveau de s'unir.
Je crois en ma commune, nous avons le choix de refaire notre révolution.
La gauche doit faire le choix de tendre au rassemblement.
Sinon tout s'arrête.

François Lucchini

Le monsieur vous dit que c'est illégal

Notre bonne municipalité vient de faire parvenir à ses retraités un courrier des plus sympathiques.
Je note deux passages où il est dit pour le premier que les gratifications de fin d'année attribuées aux retraités de la mairie sont considérées comme des avantages illégaux.
 
Si je comprends bien tout accord réalisé avec son employeur est illégal. Je m'explique : un employé d'EDF payant l'électricité au prix coûtant, c'est illégal, un employé de Renault, de Citroën ou de Peugeot achetant un véhicule de sa marque à - 40%, c'est illégal ; un employé de la SNCF voyageant à un tarif préférentiel ou avec un certain nombre de kilomètres gratuits c'est illégal. Et je passe sur toutes les primes de fin d'année pratiquées dans le privé, ça aussi c'est illégal. Bien sûr ce n'est pas l'État qui gère cela, mais ce sont des avantages fournis par l'entreprise ou des mairies en reconnaissance de "bons et loyaux services". On appelle cela des avantages acquis.
 
De plus notre bonne mairie d'Aubagne se retranche derrière cette fausse considération dans le deuxième passage, pour décourager dans l'œuf toute réclamation, en nous précisant que la cessation d'activité a pour effet de rompre tout lien juridique avec eux.
Faux, ou alors cela voudrait dire que l'ancien employé de mairie n'a jamais travaillé dans la dite mairie et pourquoi existerait-il des syndicats de retraités...?
 
Bref, ce que nous dit la Mairie avec ce courrier c'est plutôt, circulez, il n'y a rien à voir. Et considère ses retraités comme roupie de sansonnet. "Et ne venez pas nous reprocher quoi que ce soit, on vous dit que c'est illégal, de plus, vous n'avez plus rien à faire avec nous puisque vous êtes retraité de rien".
 
En fait cette action municipale dénote l'ambiance développée ici depuis son élection, sous prétexte d'économies on frappe tout azimut et sans distinction. Le manque de discernement est notable, pas de communication par exemple pour le Festival du livre jeunesse (qui avait une résonance nationale), pas de dépenses jugées inutiles, donc on sape tous les acquis même ceux les plus sensibles comme le colis et la petite prime de fin d'année de nos anciens, pas seulement retraités de la Ville, tous nos citoyens seniors d'Aubagne sont concernés. En plus on nous parle d'économies, mais avoir des projets pharaoniques comme déplacer le stade, c'est quoi alors ? Transformer le projet de la voie de Valdonne (alors que la SNCF n'est pas d'accord précisant que cette voie est considérée par l'État comme un voie stratégique au format rail classique) c'est de l'économie ça ? Abandonner le projet du Tram, sachant que se sont les impôts des Aubagnais qui vont payer les indemnités de rupture de contrat avec les sociétés concernées (car ces indemnités ne peuvent pas être payées avec les subventions obtenues, ça c'est illégal) c'est faire des économies ça ?.
 
Je crois surtout que c'est nous prendre pour des gogos !

Martial Perrino

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR