La peur de perdre son confort


Il a fallu découvrir une photo d'un enfant syrien noyé pour s'émouvoir.

Ils sont trop nombreux ces d'enfants syriens à mourir chaque jour parce qu'ils sont nés dans un pays où il ne fait pas bon naître.

On ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas son pays. Pourtant bon nombre de français refusent catégoriquement de recevoir dans leur pays les réfugiés syriens.

Qui sommes nous pour refuser cet accueil ? Quelle est cette peur qui nous hante suffisamment pour anéantir des valeurs humaines nécessaires au bien être de chacun ? La peur de perdre son emploi, sa sécurité sociale, sa maison, sa voiture... la peur de perdre son confort.

Mais a-t-on réellement conscience que le confort commence par celui de s'aimer ? Comment pouvons-nous nous aimer lorsque l'on oublie que ces réfugiés syriens pourraient être nous ?

On pourrait penser autrement : transformer le négatif en positif. Et si ces réfugiés nous permettaient de nous rendre compte à quel point la France est un pays extraordinaire ? Et si ces réfugiés nous remettaient dans le droit chemin, celui du partage et de la solidarité ? Et si ces réfugiés nous permettaient de sortir de notre individualisme, pour nous ouvrir au monde, à tout le monde ?

Frida Lacot

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR