Des contrats de travail à la Ville d’Aubagne non renouvelés


« Un tel monument d'injustice ne peut subsister dans la législation d'un peuple qui se dit et se croit et veut être libre »

Comment dire que l’on s’attendait à des bouleversements dans le personnel municipal, mais à ce point et de cette manière ?

Pour avoir bien connu les collègues touché(es) par ces sanctions, des collègues qui nous le savons tous, sont avant tout des agents du service public, attaché(es) à ses valeurs et qui les ont défendues (souvenez vous des grands rendez vous du service public en 2010).

C’est en tant qu’ancienne agent du service public communal que je tiens à m’exprimer. On ne peut pas laisser dire : c’est légal, ils ou elles sont arrivé(es) en fin de contrat ! Non ! Nous nous sommes battu(es) contre les lois scélérates du travail. Ce n’est pas parce que c’est légal que c’est juste. Doit on laisser faire le maire d’Aubagne, M. Gazay, le laisser agir en despote, exercer les pleins pouvoirs sur l’échiquier qui l’autorise à jouer avec les agents comme on déplace des pions ?

Déplacer les agents, les renvoyer dans leur foyer, les renvoyer « pointer » au chômage, parce que c’est la loi ? Monsieur le Maire vos motivations ne sont pas clairement exprimées, les postes ne sont pas supprimés, il n’y a pas eu de faute professionnelle ou de manquement à l’exercice de la mission des agents « remerciés », alors c’est quoi la raison ? Vos actions ont ses raisons que notre raison n’ignore pas ! Mais comme vous je ne les dirai pas.

Le service public n’est pas que l’affaire des agents mais c’est aussi l’affaire des usagers ! Ne laissons pas faire, la mairie n’est pas une entreprise privée.

Catherine Burel

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR