Val-tram : désintox !


Nous souhaiterions commenter les articles apparus dans la presse concernant le dernier conseil de territoire, au sujet notamment de la gratuité et du Val Tram. 

Concernant la gratuité, certes l'Agenda de la Mobilité Métropolitaine fait part de cette spécificité, et précise qu'elle sera financée par « l’État Spécial de Territoire ».

Mais dans ce même Agenda il est précisé : « La question du rapprochement des tarifs se posera au nom de l'égalité des citoyens devant les services publics, il ne constitue pas la priorité de la métropole dans l'immédiat ».

En clair, la gratuité sera dans un premier temps pérennisée. Cependant, elle ne sera plus financée par le Versement Transport des entreprises de plus de 11 salariés, mais par la dotation affectée au territoire, au détriment d'équipements nécessaires à ce territoire.

L'agenda précise aussi que les déplacements dans la métropole devront à terme faire l'objet d'un seul abonnement. Cet abonnement fera de facto perdre l'intérêt de la gratuité pour ceux qui doivent voyager au-delà du territoire du Pays d'Aubagne et de l’Étoile.

Concernant la voie de Valdonne à laquelle nous sommes très attachés, il est annoncé que le coût est réévalué de 90 M€ à 127M € (soit 146 M€ TTC). Un écart déjà important. Il faut préciser qu'au départ, le Val Tram a été conçu pour faire une économie d'environ 30 M€ sur le projet Tram Train financé lui aussi à 90 M€, soit une estimation initiale du projet Val Tram de 60 M€.

Cette réévaluation serait justifiée par des solutions apportées à des demandes politiques telles que la création d'une station et le traitement complet du Cours Voltaire.

Création d'une station à Roquevaire (Le Cannet) :

Si les demandes politiques consistent à satisfaire les besoins réels des habitants, c'est une bonne chose. Cette station, (dont le coût serait d'environ 400 000 €. Information donnée lors d'une réunion du conseil de développement) non envisagée lors de l'élaboration du projet est nécessaire et a été obtenue grâce à la mobilisation de la population.

Le traitement complet du Cours Voltaire :

Entre le projet initial et la proposition actuelle aucune différence n'apparaît au niveau du Cours Voltaire. Dans l'insertion du Val Tram sur Aubagne, seule la traversée de l’Îlot des Berges est modifiée, faisant passer le Val Tram de la rive droite à la rive gauche de l'Huveaune.
Cette évolution influence très peu la longueur du trajet et les infrastructures nécessaires (toujours 2 traversées de l'Huveaune).

Cette réévaluation ne serait-elle pas simplement une mise en conformité avec le coût réel ?

Les estimations initiales ne visaient-elles pas simplement à cautionner l'abandon des anciens projets ?

Enfin, rappelons que si les 2,6 Km de Tram ont en effet perturbé une partie de la ville pendant les travaux, ils ont contribué à fortement la rénover. Le Tram n'avait pas vocation à ne faire que 2,6 Km, mais à continuer et permettre la rénovation du centre ville (Cours Foch et rue de la République notamment) sans que cela n'impacte les finances de la ville. Ce qui risque de ne pas être le cas pour les rénovations qui pourraient venir. 

Nous noterons aussi que la fréquentation importante du Tram existant, dont se vante l'agglo dans une vidéo, est une preuve de son utilité ! 

Enfin, le précédent projet anticipait la liaison envisagée maintenant dans l'agenda de la mobilité entre Aubagne et Marseille via La Penne sur Huveaune.   

Se déplacer en liberté