Les langues commencent à se délier


Notre rédaction a recueilli le témoignage, poignant, d'un agent de la ville d'Aubagne qui vient conforter les différents articles de Mèfi! sur l'ambiance qui règne au sein de l'administration communale. Cet agent a voulu rester anonyme. Vous comprendrez aisément pourquoi à la lecture de cet entretien.

Nous attestons que ce témoignage est bien réel. Il va dans le droit fil de ces personnes lasses des injustices et des persécutions, comme on les voit trop souvent, floutées, dans les émissions d'investigations, et qui ont décidé de parler. Il est un temps où la peur porte à l'anonymat, il sera un temps où la peur deviendra une énergie transformatrice.

Notre témoin à choisi le pseudo de Mary Poppins car Supercalifragilistcexpialidocious à le pouvoir de sortir les gens d'une situation difficile et même de changer leur vie. La rédaction lui souhaite ce bonheur.

 

Mèfi! : Mary Poppins, vous avez décidé de témoigner de votre quotidien au service des aubagnais, des changements qui sont intervenus depuis le changement de majorité. Alors "Les Républicains" aux commandes, c'est magique ? D'autant plus que vous êtes en pleine préparation budgétaire...

Mary Poppins : Et si je vous racontais une histoire vraie ? Sans magie. Et si je sortais de mon silence et si je sortais de ma crainte, de ma peur des représailles…

Le moment des préparatifs du budget dans une ville est un moment de questionnements, d’idées, d’échanges, de propositions, de décisions. La baisse des dotations de l’Etat on sait. L’endettement on sait. Le sens du service public on ne sait plus. Les investissements on ne sait plus. Le soutien aux plus démunis on ne sait plus. La police armée dans nos rues on va le savoir « que les jeunes se tiennent prêts » nous dit-on crânement, « on a été élu pour ça ».

Les salles prêtées aux associations gracieusement c’est fini. La tolérance et l’aide aux sans abris c’est fini. Le dialogue social et l’animation dans les ex maisons de quartier c’est fini. La fête de la paix et la course de la Colombe c’est fini. Des milliers de gens dans les rues pour fêter la Ville c’est fini.

La culture pour tous, des lecteurs de la « Provence » à ceux de « Télérama » c’est fini. MJC et Festival du Cinéma prenez-garde !!! Mettez-vous au Rigodon ou au Gibouli ! Ce sera mieux.

On nous explique qu’il faut trouver d’autres variables d’ajustement dans l’équilibre d’un budget.  La botte secrète de Gérard Gazay et de son premier adjoint : le personnel municipal !

 

Mèfi! : Pourtant d'autres sons de cloches se font entendre. Tout le personnel communal est de votre avis ?

Mary Poppins : Certains disent « on peut comprendre »… « Il faut faire des économies … Bon c’est dommage pour eux, mais ils vont rebondir ! » Courage braves gens fuyons, bien à l’abri de notre statut de fonctionnaire, pas de vagues, rendons nous invisibles, ils vont peut être nous oublier, ne pas nous harceler, ne pas se prendre pour nos chefs de service, ne pas nous changer de service sur un coup de tête, un coup de gueule !

La valse des petits pions, des petites boites de conserve continue, personne n’est à l’abri. Alors comme Variable d’Ajustement on a entre autres : Gérald, Bernadette, Naïma, Faycal, Valérie. Allez, ce n’est pas grand-chose me direz-vous, il faut bien quelques sacrifiés sur l'autel de Gazay. Petite remarque : deux prénoms à consonance arabe, une femme noire comme l’ébène et déléguée du personnel, les autres embauchés par la précédente municipalité, trop marqués dit-on…

 

Mèfi! : Quels sont les motifs officiels des ces "débarquements" ? Cela fait-il faire des économies à la ville ?

Mary Poppins : On ne peut pas le dire dans le courrier alors on dit : « Cette décision est sans lien avec vos qualités professionnelles et personnelles que nous avons pu apprécier tout au long de notre collaboration ». Rien de plus, on ne parle pas de restriction budgétaire, ni de délit de sale gueule ou de délit de pensée.

Au fait, Messieurs, je vous donne un scoop : la ville paie le chômage de ces gens comme vous dîtes. Et même les retraites anticipées. Donc, vous ne faites pas d’économie, vous engrossez la bête puisqu’il faut ré-embaucher.

 

Mèfi! : Comment se comportent les élus avec le personnel ? 

Mary Poppins : (Allez un dernier pour la route, juste pour sourire.) Je ne pourrais citer que Gérard Gazay et Alain Rousset car les autres sont aux ordres, le petit doigt sur la couture mais je vais vous donner deux petites anecdotes :

Giovanni Schipani et ses petits mails de dénonciation style « chef, chef regardez, je suis jeune mais j’apprends vite aimez-moi… »

A Alain Rousset : « Je me permets de vous adresser ce message pour attirer votre attention, avec mon collègue Vincent Rusconi, Adjoint délégué à la Sécurité (au cas ou Monsieur Rousset aurait oublié…) Je ne vous cache pas notre stupéfaction quant aux brochures mal rangées proposées à l’EDL : plaquette du tram, plaquettes fête de la musique, nous n’avons pas vu l’AJJ et les journaux de l’agglo. Dans l’attente d’une réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le 1er adjoint, cher Alain, l’expression de nos salutations distinguées. » signé Giovanni Schipani Adjoint au Maire de la Ville d’Aubagne délégué à la Jeunesse et à la Démocratie Locale, Conseiller Communautaire du Pays d’Aubagne et de l’Etoile.

Ce jeune Giovanni là, malgré son amour de l’opérette, sait être menaçant dès qu’on lui résiste ! Il faut obéir et vite. Sinon il tempête.

En ces temps d’annulation de la Fête de la Paix, une autre petite perle, celle de l’élue à la vie associative qui accuse l’ex directrice de la Citoyenneté d’avoir annulé la Fête de la Paix (si vous connaissez Valérie Bronchart, vous serez juste écroulé de rire) : « Je sais que c’est vous-même qui avez émis la proposition de l’annulation de la fête de la Paix » dixit Valérie Morinière.

Il y en aurait d’autres mais lasse, je m’arrête là.

 

Mèfi! : Et comment voyez-vous votre avenir au sein de l'administration communale ? 

Mary Poppins : Maintenant je rentre dans mon silence, ma coquille, je vais recommencer à avoir peur. Courage braves gens, fuyons, moi la première, derrière un pseudo, bien à l’abri de notre statut de fonctionnaire, pas de vagues, rendons nous invisibles, ils vont peut être nous oublier, ne pas nous harceler, ne pas se prendre pour nos chefs de service, ne pas nous changer de service sur un coup de tête ou un coup de gueule ! Hélas (Allez) ça n’arrive pas qu’aux autres…

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR