Déclaration après le 1er tour des législatives

Denis Grandjean, conseiller municipal du groupe Aubagne alternative citoyenne et écologique, nous a transmis le communiqué ci-dessous suite aux résultats du 1er tour des élections législatives dans la 9ème circonscription des Bouches-du-Rhône.

Le score de la candidature de rassemblement de la gauche alternative, portée par Sylvie Pillé ne permet pas d'être présent au second tour. Il traduit une trop grande faiblesse de mobilisation de l'électorat populaire et une union encore trop fragile.

Pour le deuxième tour, heureux fait historique, le Front National sera absent.

Autre source d'espoir : l'occasion nous est donnée de tourner la trop longue page Deflesselles et de renvoyer chez lui, celui qui a voté toutes les lois et tous les budgets de l'ère Sarkozy en finissant son « oeuvre » par un soutien aveugle au candidat Fillon. 

Un député qui aura usé de toutes les ficelles en saupoudrant exagérément sa réserve parlementaire et en utilisant les largesses et les faiblesses du scrutin législatif pour se maintenir au pouvoir. 

18 ans élu, il n'aura rien fait pour faire avancer de la cause environnementale, au contraire !

Je ne partage pas le programme de son adversaire, S. Brunet, qui s'est engagée à suivre le nouveau Président. Cependant, c'est sans hésitation et avec détermination que je voterai pour elle et que j'invite les écologistes du territoire à faire de même, afin de contribuer à la défaite de la droite locale.

J'attends de Sylvie Brunet, si elle devient notre députée, qu'elle se souvienne que des voix de la gauche alternative, sociale, citoyenne et écologiste ont contribué à son élection. Notamment sur le dossier des boues rouges et sur ses promesses de bonnes pratiques démocratiques.

Denis Grandjean

Aubagne : la dégringolade de Gazay

Les résultats du 1er tour des élections législatives dans la 9ème circonscription Aubagne - La Ciotat ne sont pas en dissonance avec les résultats nationaux. Avec une abstention massive, la "candidate Macron" est en tête avec 30,74%.

Nous nous devons cependant d'examiner ces résultats au regard de l'histoire et du rapport de forces dans ce territoire de l'est du département qui, depuis une vingtaine d'années, se redessine plutôt comme l'ouest varois.

Le taux d'abstention est plus élevé qu'au plan national, 53,22% sur l'ensemble des 9 communes et 54,09% à Aubagne. Personne ne peut croire qu'il s'agit là d'un simple désintérêt pour la politique, cela ressemble plus sûrement à une volonté de faire savoir une grande insatisfaction quant aux réponses politiques proposées. Cela devrait rendre modeste les candidats de LREM qui vont être élus, ici et ailleurs.

Nous sortons du face à face droite/extrême droite pour dimanche prochain avec un duel droite très libérale contre droite très libérale. On peut penser que ce ne sera pas beaucoup plus mobilisateur pour l'électorat jeune et celui des quartiers populaires qui ont fait défaut lors de ce premier tour.

Deflesselles, au premier tour, avait réalisé le score de 40,56% en 2002, 61,83% en 2007 et 35,28% en 2012, cette fois avec 23,77% malgré le soutien de 8 maires sur 9, les électrices et les électeurs lui ont clairement indiqué la porte de sortie. 

Il risque donc de nous quitter sans nous révéler le salaire de son épouse qu'il emploie comme secrétaire parlementaire, ni nous faire savoir ce qu'il faisait de ses plus de 4000€ mensuels d'indemnité de frais de mandat. La transparence, les élus "Les républicains" n'y sont pas attachés.

Itrac, le "nouveau" candidat du Front National se situe à 18,35%, moins bien qu'en 2012 (22,25%), beaucoup mieux qu'en 2007 (6,68%) et presque au même niveau qu'en 2002 (18,97%).

Sylvie Pillé, la candidate de La France Insoumise, qui bénéficiait du retrait des candidats communistes et du soutien d'EE-LV, réalise un très bon score avec 15,57%. Sur les 16 circonscriptions des Bouches du Rhône, c'est le 5ème meilleur résultat des candidatures "Mélenchon".

Si on l'examine en fonction de l'histoire de la circonscription, elle fait mieux que Mingaud, maire de La Penne, en 2012 (14,91%), beaucoup mieux que Candela en 2007 (10,35%) qui avait été le plus mauvais score depuis l'existence de cette circonscription pour un candidat de la gauche non socialiste et elle approche les 16,63% de Sanna, conseillère générale, en 2002.

Sur Aubagne, Sylvie Pillé est à 19,82%. C'est le meilleur score des communes du département, y compris Marseille (16,46%) avec le candidat Mélenchon. Nous n'avons pas eu le temps de tout examiner, mais il y a certainement peu de communes en France où le score de la France Insoumise approche les 20%.

Si elle avait pu bénéficier totalement d'une dynamique de rassemblement, le résultat aurait été encore bien supérieur.

Pour les autres candidats le résultat est anecdotique, des 2,03% de Lloret aux 0,48% de Sery. Arrêtons nous cependant sur deux de ces candidats. Pour Lloret (3,08% sur Aubagne), au delà de son âge, il a su mobiliser "les médias" locaux avec un programme assez proche de celui de la France Insoumise. A-t-il l'ambition de continuer dans un projet plus collectif ou avait-il l'ambition d'être un simple "siphonneur" de voix momentané ? Nous aurons très vite la réponse.

Quant à Harkane avec 1,83% (2,14% sur Aubagne), elle termine le cycle Hollande avec l'effondrement du parti socialiste et une certaine façon de faire de la politique. On ne peut pas se contenter d'être "constructif" avec la politique municipale de Gazay, puis "constructif" avec la politique de Macron, sans avoir soi-même des convictions.

Mais pour les Aubagnaises et les Aubagnais, il y a un immense sujet de satisfaction. Par leur abstention, plus élevée à Aubagne que dans la circonscription, et par leur vote, ils indiquent à chaque élection qu'ils souhaitent que l'équipe municipale change de cap. L'équipe Gazay a été élue en 2014 avec 47,49% après 24,66% au premier tour. C'était la première fois dans l'histoire d'Aubagne que la liste du maire ne dépassait pas les 50%. Candidat aux départementales l'année d'après, Gazay faisait encore moins avec 43,60% après 40,11% au premier tour.

Cette fois, alors que Deflesselles comptait sur lui pour booster le score Aubagnais, il se contente de 22,17%, moins que sur l'ensemble de la circonscription, c'est à dire encore moins qu'au 1er tour des élections municipales 2014. Un énorme désaveu pour un maire nouvellement élu.

Le seul élément positif qu'il reste pour l'équipe "LR/UDI" d'Aubagne, c'est que Yolande Bruckert et Simone Caballero vont pouvoir applaudir à tout rompre leur "petit chéri" Giovanni Schipani, responsable pour la droite de la campagne des élections présidentielles et de celle des législatives. Les résultats sont parfaits.

Joseph Lèsperd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Chroniques du règne de François II - épisode 6 (Aubagne en guest star)

La critique est aisée mais l'art est difficile.

Voilà un proverbe introductif qui sied aussi bien à notre bon François II alias Emmanuel Macron qu'à notre bon Maire, Gérard GAZAY.

A votre bon coeur M'sieurs, Dames !

Vous l'avez tous constaté. La politique occupe encore notre quotidien et ce, en raison des législatives toutes proches. A notre petit niveau, soit nous tractons, soit nous discutons entre militants, soit nous accueillons avec cordialité (ou pas) les messages politiques de ces mêmes militants croisés dans la rue, soit nous nous contentons de parcourir d'un œil distrait les professions de foi des candidats.

Soyez bien certains M'sieurs, Dames que nos intérêts sont bien gardés car les politiques professionnels sont morts et bien morts ! Vive le renouvellement ! Cela ne les empêche pas de faire campagne selon la bonne vieille méthode de celles et ceux qu'ils espèrent définitivement dégager. Pendant ce temps, la France Insoumise continue d'innover dans le plus grand silence médiatique. Avoir raison avant tout le monde, comme le dirait le conférencier Idriss Aberkane, c'est accepter dans un premier temps de paraître ridicule, puis dangereux pour finalement faire l'unanimité. En attendant cette troisième et dernière étape, regardons ce qu'il en est au niveau local, à Aubagne.

Premier mois mitigé

Le Roi fait un sans-faute depuis le début de son mandat, le Roi incarne parfaitement la fonction, le Roi s'est fait parfaitement respecter à l'international, le Roi met en oeuvre tous ses projets, le Roi n'est pas le candidat de la presse et de la finance. Oh mince, j'ai oublié les guillemets. Oui, parce que je condense l'impression ambiante et le message subliminal renvoyés par les médias ces derniers jours. Reprenons ces points un par un :

Le Roi fait un sans-faute : l'affaire Ferrand me semble être une première épine dans le royal soulier. Vous me direz qu'il n'est pas responsable du passé de l'un de ses ministres. Certes. Par contre, il est responsable de l'avoir nommé malgré les vérifications d'usage sur sa probité. Que dire également du cas Bayrou qui a élevé quelque peu la voix au moment du partage des circonscriptions "à l'ancienne" pourrions-nous dire ? Bayrou qu'il a fallu faire rentrer dans les rangs en lui accordant un certain nombre et un nombre certain de députés potentiels. Que dire enfin de cette blagounette sympathique à propos des Comoriens qui aurait pu faire rire tout le Royaume si elle n'était pas cynique, immorale, arrogante et, disons-le, dégueulasse ?

Le Roi incarne parfaitement la fonction : François II fait joujou avec le hummer du Général, François II promène sur l'esplanade du Louvre, François II sait se tenir aux sommets internationaux ... Il en faut peu à ses admirateurs. Un homme qui se permet des plaisanteries indignes incarne-t-il parfaitement sa fonction ? Des patrons (je me surprends à les défendre) qui ont eu des propos du même ordre doivent s'en justifier ... parfois. Pour faire bref, lorsque l'on dit qu'un Président incarne parfaitement la fonction, c'est qu'il a décollé du sol, qu'on ne le voit plus dans les médias sauf lorsqu'il le choisit (afin de sauver le monde libre paraît-il), et qu'il a commencé à se déconnecter de la réalité qui était la sienne avant son élection. Bis repetita.

Le Roi s'est fait parfaitement respecter à l'international : il lui a suffit de savoir serrer fermement la main potelée d'un septuagénaire pour s'ouvrir les portes du paradis céleste ... Sauf que dans la foulée, il a posté une réaction concernant son entrevue avec Donald Trump, que cette réaction visait à rassurer sur les intentions du Président américain quant à son "projet" écologique et que deux jours plus tard, le même Donald Trump annonçait qu'il se retirait des accords de Paris ... En lieu et place d'un homme respecté, je vois plutôt un homme qui a été mené en bateau ! Ou un homme qui a fait de la Com façon guimauve, mais ça, je ne peux me résoudre à le penser de la part d'Emmanuel Macron ...

Quant aux deux derniers points, nous avons déjà eu l'occasion de développer : réforme sur la moralisation de la vie publique reportée, puis non, puis si. Prélèvement à la source sûrement annulé, puis finalement seulement reporté. Nouveaux rythmes scolaires sûrement supprimés, puis finalement ce sera à la carte. Le tout étant soigneusement enrobé de duvet par nos chers médias qui ont le syndrome de Stockholm dans la peau.

Au-delà de tout cela, qu'en est-il à l'échelon local ? 

A Aubagne, la division c'est Macron !

Beaucoup de papiers dans nos boîtes aux lettres cette semaine. Après l'AJJ, voilà les professions de foi des candidats de la 9ème circonscription des Bouches du Rhône.

Je ne m'arrêterai pas sur les détails de ces promesses de campagne mais plutôt sur un point remarquable : il y a trois candidats estampillés En Marche ! ou Majorité présidentielle. Pas un, pas deux, mais trois ! C'est cela que l'on doit appeler la Macromania. 

En ouvrant la grosse enveloppe marron, mon œil se porte sur le document de Madame Sylvie BRUNET, prétendante à la députation qui indique sur son tract "avec Emmanuel Macron", "La République En Marche !" et la très raffinée signature d'Emmanuel Macron. 

Je tourne la page. Je tombe sur un monsieur à la coiffure approximative, au col de polo désordonné et au slogan "En Marche !" qui nous éclate à la figure. Ce candidat, c'est Monsieur Christian MUSUMECI. Selon le site frequencenautique.com, ce monsieur n'en est pas à son coup d'essai : 2007 il se présente sous les couleurs du centre droit, puis en 2012, et toujours selon frequencenautique.com, il fait de l'ombre au candidat investi par la gauche en se déclarant de la "gauche socialiste". Cette année, il a choisi de venir grignoter le réservoir de Madame BRUNET qui, selon ses premières déclarations, ne compte pas laisser passer cette affaire sans rien faire. La préfecture est déjà avertie.

Deux candidats pour un même mouvement, c'est embêtant. Mais alors, que dire lorsqu'un troisième, peut-être plus malin, joue sur le même tableau ?

Madame Stéphanie HARKANE affiche sur sa profession de foi deux mots : "Majorité présidentielle". Deux mots et seulement deux mots en référence à notre bon François II. Bon, elle y adjoint une belle et grosse photo où elle apparaît aux côtés de Christopher CASTANER, maire de Forcalquier et porte-parole du gouvernement PHILIPPE, et juste derrière un Emmanuel MACRON qui n'a, à mon avis, pas validé le cliché ... 

Autrement dit, la 9ème circonscription des Bouches du Rhône a l'ultime honneur d'avoir trois Missi Dominici macronistes qui concourent à l'Assemblée Nationale. Mais ... me vient une question : si ces trois candidats partagent le même sens commun, s'ils ont tous les trois été pris de sanglots le soir de l'élection du Président au point qu'ils ont cru sincèrement au changement promis, s'ils ont feuilleté le programme d'En Marche ! (en 3 secondes chrono) en hochant de la tête à chacune des "propositions" du candidat Macron, pourquoi ne font-ils pas front commun ?

Quelqu'un devrait peut-être leur dire qu'en agissant séparément, ils risquent de faire échouer le projet auquel ils croient dur comme fer, au plus profond de leur petite âme de citoyens et citoyennes désintéressés et dévoués.

 

Camille Alexandre

Sylvie Pillé aux portes du 2ème tour

 

Dimanche 11 juin aura lieu le 1er tour des élections législatives. Le principal enjeu dans la circonscription Aubagne-La Ciotat sera de savoir si on va éviter le sempiternel face à face droite/extrême droite que nous connaissons, ici, depuis 18 ans.

Or, il semble que cela peut être envisagé très sérieusement. En effet la projection de 3 sondages d'organismes différents indique qu'il manque quelques (petites) centaines de voix pour que Sylvie Pillé, la "candidate Mélenchon", soit présente au tour suivant. Ce résultat laisse envisager une participation aux alentours de 60%.

Depuis la connaissance de la mesure de ces "oracles", Bernard Deflesselles a remobilisé ses militants pour recentrer ses attaques contre la candidate de la France Insoumise. Il sait que sa présence le dimanche 18 juin bouleverserait la donne du résultat final. Mardi 6 juin, il a fait part de ses inquiétudes à son équipe de campagne.

Bien sûr, pour arriver à "passer la barre", il faudra que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon "restent groupés" sur le nom de Sylvie Pillé.

Au cours d'un point de rencontre avec la candidate, cela faisait dire à un militant communiste d'Aubagne : "Ne gâchons pas la décision courageuse et sans contre partie de la fédération du PCF de retirer ses candidats dans cette circonscription. Le PCF a bien mesuré le danger droite/extrême droite, ne gaspillons pas cette chance historique", il rajoutait "Le temps des débats et des responsabilités doit venir après, et si possible après la victoire, cela rend les choses plus constructives" et encore "Faisons la démonstration, ici, que rassemblé on peut gagner".

A La Ciotat, dans un autre moment d'échanges un responsable d'Europe Ecologie-Les Verts affirmait, lui, "Nous n'avons pas présenté de candidat pour faire de Pillé une candidature unique, ce n'est pas pour, ensuite, perdre nos voix sur une autre candidature".

C'est aussi ce qu'a tenu à nous dire un militant socialiste (qui souhaite conserver l'anonymat) très engagé et qui a mené la campagne de Benoît Hamon avec conviction : "J'ai toujours voté socialiste au 1er tour, mais là ce n'est pas possible, ma candidate n'a aucune chance et si je ne vote pas pour la représentante de Mélenchon, j'aurai l'impression de faire élire Deflesselles" et il a voulu préciser "et pourtant j'ai beaucoup de choses à dire sur Mélenchon".

Il reste qu'il y a, surtout, beaucoup d'abstentionnistes à convaincre. C'est ce à quoi l'équipe de campagne de la France Insoumise nous a confirmé travailler pour ces dernières heures de campagne qui se termine samedi à minuit.

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Unanimité contre le transfert du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne ? +

    Après avoir, en décembre 2016, prolongé pour 5 ans l'autorisation d'activité du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne, l'Agence Régionale de Santé faisait savoir au printemps 2017 qu'il fallait transférer ce service vers la clinique privée La Casamance. Pourtant rien n'est joué. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : Le Roi est nu +

    Fait rarissime qui traduit à lui tout seul la déliquescence de la majorité de Bernard Destrost, maire de Cuges les pins, le conseil municipal de lundi 26 juin a du être reporté faute de quorum. Seuls 12 élus de la majorité (sur 20) étaient présents, le quorum étant de 14 Lire la suite
  • Conseil de territoire inutile: la preuve ! +

    Depuis le 1er janvier 2016, le gouvernement Hollande/Valls avec l'accord du maire de Marseille, a supprimé  6 communautés d'agglomération du département des Bouches du Rhône (ici, la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile) pour créer une "monstropole", de 92 communes, 3173 km² et 1,83 millions d'habitants. Lire la suite
  • Les femmes et le philosophe +

    Cette semaine, Raphaël Enthoven, philosophe de son état, et accessoirement chroniqueur tous les matins sur Europe 1 dans la matinale, a abordé le "phénomène" du manspreading. Pour rappel, il s'agit de l'action d'écarter ses jambes dans les transports en commun de sorte que l'on occupe plus que son propre siège Lire la suite
  • L'intersyndicale et les élus d'opposition +

    Les élus du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologiste » ont rencontré l’intersyndicale de l’hôpital vendredi soir. L’échange a permis de revenir sur la déclaration éloquente et étayée de l’intersyndicale après son rendez-vous avec l’ARS (voir notre article). Ils et elles en retiennent le mépris, on les comprend ! La discussion a Lire la suite
  • Du théâtre avant toute chose +

    Depuis 2009, l'atelier théâtre Zone&Cie explore les multiples facettes du théâtre contemporain en s'attaquant chaque année à une oeuvre exigeante de ce répertoire avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. On se souvient entre autres du travail original et inventif que la troupe et son metteur en scène ont réalisé par le passé sur "Jardinage humain" Lire la suite
  • Témoignage d'un salarié de la SPL "L'eau des Collines" +

    Après notre article sur les nouvelles plaques pour "L'eau des Collines", nous avons reçu ce témoignage d'un salarié qui vient de quitter cette Société Publique Locale qui n'a plus de "publique" que le nom.  Lire la suite
  • 1