Bilan à mi-mandat : la contre-offensive des élus d'opposition

C’est ce vendredi 10 novembre au local des élus d’opposition que N'djima Aït-Abbas, Daniel Fontaine, Magali Giovannangeli, Denis Grandjean et Hélène Lunetta avaient convié la presse pour évoquer leur vision du bilan de Gérard Gazay à mi-mandat. Une invitation des membres du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologique » destinée à répondre au dernier coup de communication du Maire d’Aubagne.

La question de la dette ne cesse d’agiter aujourd’hui encore l’actuelle équipe municipale, celle-ci fait régulièrement dans l’autosatisfaction quant à sa bonne gestion des deniers publics. Mais c’est sans  hésitation qu’elle a lancé son document « Engagement pris, engagements tenus » pour rendre compte de son bilan à mi-mandat. Le coût de cette publication avoisine les 25 000 €, presque rien à côté de ce qui a été laissé à l’abandon et que les élus d’opposition dénoncent comme une politique de l’abandon et une communication de façade.

Alors qu’Hélène Lunetta décrit la démarche comme un « bla bla » pour dissimuler un bilan malhonnête, le document tente surtout de faire oublier l’ensemble de l’œuvre du sieur Gazay qui peut se prévaloir d’avoir mis à mal l’intégralité des services publics sur la commune : la disparition de la MJC, la suppression de la fête de la Paix, le déménagement forcé des associations caritatives, sans oublier la fermeture de la restauration municipale. Autant de décisions politiques hors programme électoral qui ne reposent que sur des choix idéologiques. Ceux-ci sont tournés vers une privatisation servant essentiellement le monde de la finance bien plus que les Aubagnais-es. L’absence de soutien au service de réanimation de l’hôpital d’Aubagne n’en est qu’une illustration supplémentaire. Un constat qui ne nous laisse pas rêveur mais perplexe sur ce que doit être le rôle d’un maire et sur sa conception de la notion d’intérêt général !

En cela, le document bilan à mi-mandat est une parfaite illustration de la vision de l’équipe dirigeante comme l’a soulogné Denis Grandjean : le budget engagé pour cette communication équivaut à 400 nouveaux bureaux dans les écoles, ou encore 10 ans de gratuité pour Festimôme. Ce "gaspi" est bien plus important lorsque l’on regarde avec précision l’état des finances publiques, loin d’être « assainies » comme le prétend Gérard Gazay. Il en est de même pour la politique de transports qui souffre d’orientations floues bien plus coûteuses que celles dénoncées avant 2014.

La déception chez les citoyen-ne-s ayant voté pour la coalition de droite aux dernières élections municipales est grande, et ne cesse de croître au fil des réunions de quartiers. Beaucoup attendaient le changement et n’ont obtenu que mépris et désengagement. La ville d’Aubagne ne pèse plus dans le débat métropolitain et ne défend plus les intérêts de sa population. Selon Daniel Fontaine, la devise encore affichée en mairie « j’aime ma commune, je la défends » est une usurpation totale, en même temps que s’affaiblit la démocratie locale.

A mi-parcours, c’est finalement la politique mensongère de la municipalité qui constitue le véritable bilan trois ans après l’élection de Gérard Gazay. Mais fallait-il s'attendre à autre chose après la campagne électorale mensongère que nous avons connue ? Si la Ville d’Aubagne a perdu son âme comme l’a souligné Magali Giovannangeli, l’élue a aussi fait part des nombreuses actions et initiatives qui fleurissent sur le territoire. Le climat politique automnal prépare une contre-offensive grandissante et qui doit se fédérer.

José Da Silva

La démocratie à Cuges, un lointain souvenir...

Pour la 4ème fois en moins d’un an, le quorum n’a pas été atteint au conseil municipal de Cuges vendredi 10 novembre.

Signe du malaise grandissant au sein de la majorité municipale,  seulement 12 élus de la majorité ont répondu à l’appel en début de séance. Dans ces conditions,  les élus de l’opposition ont décidé de ne pas pallier la désertion des élus de la majorité. Refusant d’être la roue de secours d’un maire qui les méprise, ils quittent la salle. En l’absence du quorum, le maire lève la séance. Mais voilà que quelques minutes plus tard, un conseiller municipal de la majorité arrive. Puis 10 minutes après, un deuxième. Le maire décide alors de reprendre la séance, faisant fi de la légalité qui impose au maire de convoquer à nouveau le conseil quand l’absence de quorum a été dûment constatée.

N’y-a-t-il pas des élus de la majorité assez courageux, assez  respectueux  des électeurs, pour mettre fin à cette mascarade en démissionnant et en redonnant  la parole aux cugeoises et aux cugeois ?

Cuges ne mérite-t-il pas des élus qui s’impliquent et s’engagent pour leur village ?

Engagements pris, engagements tenus : plus de sécurité... ou pas !

bilan gazay 06

Lors de sa campagne électorale en 2014, Gérad Gazay ne tarissait pas de critiques à l’encontre de la politique sécuritaire de la précédente majorité et de son laxisme socio-bolchevique. Depuis son élection, force est de constater que les engagements du candidat de la droite ont bien été tenu. Seul bémol : les résultats semblent si décevants que les statistiques avancées témoignent avant tout d’une totale inefficacité de sa politique de sécurité. 

Lire la suite : Engagements pris, engagements tenus : plus de sécurité... ou pas !

Impôt Sur la Pauvreté

Impôt sur la pauvreté

Si on rajoute à l'Impôt sur la Fortune Immobilière (qui remplace l'ISF), le Prélèvement Forfaitaire Unique, ce n'est pas 582 380 € que vont économiser les 100 ménages les plus fortunés de France mais 1,5 million d'euros par ménage et par an.

Dans le même temps, une enquête de 60 millions de consommateurs nous fait savoir que les banques réalisent un bénéfice net de près de 5 milliards d'euros (1/3 de leur chiffres d'affaires) sur les "incidents bancaires" (comptes à découvert, chèques ou prélèvements rejetés...).

Moins pour les pauvres, plus pour les milliardaires. Pourquoi dites vous que Macron c'est le président des riches ?

Engagements pris, engagements non tenus - Culture : la fin du faire ensemble

bilan gazay 06

On pourrait revenir sur la fermeture de la MJC, la disparition du Festival des arts singuliers, l'élimination de la programmation des rendez-vous Chaud dehors et des Arts de la rue, l'exclusion du Pôle Artistique et Culturel du paysage local. Plus généralement la chute vertigineuse des budgets des services culturels de la ville  - plus de 35 % - et ses conséquences : suppression des programmations au théâtre pour les collèges et lycées, réduction considérable des actions de médiation, anesthésie du lien entre les services de la ville  - Qui faisaient entre autre, souvent, des maisons de quartiers les relais d' une culture de proximité - diminution considérable aussi des aides aux créations locales... Arrêtons ici la liste.

Lire la suite : Engagements pris, engagements non tenus - Culture : la fin du faire ensemble

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1