Gazay l'acrobate et son double mensonge périlleux


equilibre mensonge Gazay

Tous les acteurs du formidable mouvement social contre la privatisation de la cuisine centrale ont bien conscience que leurs actions ont contraint le maire à un premier recul significatif.

Plus rien ne sera comme avant. D'abord parce que agents, citoyens et élus d'opposition n'accepteront plus les décisions arbitraires, injustes, contraires à l'intérêt d'Aubagne. Ils sont prêts à se (re)mobiliser pour cela.

Pour autant, ce n'est ni la naïveté, ni les illusions qui les habitent. Ils savent que demain (dans tous les cas, dès mercredi au Conseil Municipal), il faudra, de nouveau, engager des luttes et des actions et il y aura besoin de rassembler encore plus d'Aubagnais et d'Aubagnaises.

Dans l'entourage de Gérard Gazay, il se dit que celui-ci se targue, auprès des "siens", d'avoir su stopper le mouvement sans rien céder. Il leur fait savoir qu'une fois que le conseil municipal aura voté la DSP plus rien ne pourra arriver, que tous les engagements financiers ne seront examinés qu'au budget 2016 et qu'il n'y aura aucun espace possible, que la commission mise en place sera "équilibrée", que l'examen du renouvellement des CDD est prévu en février, et qu'à cette date il ne restera plus que ceux que la nouvelle majorité a réalisés, etc,etc.

Double mensonge : au personnel d'abord, puisqu'il a signé un protocole qu'il n'a pas l'intention de respecter, aux "siens" ensuite parce qu'il oublie de dire qu'il n'a rien choisi (celles et ceux qui ont vécu la réunion du CTP le savent !) et que c'est la situation imposée par les grévistes qui a ouvert cette porte pour trouver une solution acceptable pour tous.

Gazay ment

Le mensonge, c'est une des armes de Gazay, l'homme politique. Il a commencé avec un petit mensonge personnel en écrivant sur sa profession de foi qu'il était marié, ce qui n'était pas le cas. Depuis 20 mois, aucune de ses promesses électorales ne sont tenues. Il y a quelques semaines encore, il affirmait aux parents d'élèves et au personnel de la cuisine : "Les affirmations de ma volonté de privatiser ne sont que des rumeurs sans aucun fondement".

Au contraire, privatisation de la cuisine centrale, réductions drastiques des subventions aux associations, diminution des budgets de fonctionnement de tous les services de la ville, augmentation de près de 10% des prestations municipales et des taxes encaissées par la mairie, licenciement et mise à l'écart du personnel communal, il fait ce qu'il n'a pas dit.

Fidèle à son ami Estrosi qui en une nuit, sans transition mais avec sincérité, est passé de la "droite populaire" à "gaulliste de gauche". Fidèle à son mentor, Nicolas Sarkozy dont le principe en politique est : "Plus le mensonge est gros, mieux ça passe ... à condition de le dire avec détermination, le regard droit et la parole forte".

Il n'empêche que plutôt que de se conduire en maire d'une ville où le vivre ensemble et le respect de la parole de chacun étaient la règle, il souhaite rester un idéologue de droite intransigeant et ayant toujours raison sur tout le monde. S'il persiste, il n'en a pas fini avec les conflits à répétition et il va souvent entendre : "Gazay démission", comme ce fut le cas mercredi 9 décembre. Jusqu'en 2020, ça va être long.

Idéologue intransigeant

Il le sait, maintenant, il va falloir compter sur la vigilance, l'imagination et la volonté des organisations syndicales, des communaux et au-delà, des citoyens et citoyennes d'Aubagne et des élus d'opposition pour le lui rappeler chaque fois que cela sera nécessaire.

 

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1