Gazay l'acrobate et son double mensonge périlleux


equilibre mensonge Gazay

Tous les acteurs du formidable mouvement social contre la privatisation de la cuisine centrale ont bien conscience que leurs actions ont contraint le maire à un premier recul significatif.

Plus rien ne sera comme avant. D'abord parce que agents, citoyens et élus d'opposition n'accepteront plus les décisions arbitraires, injustes, contraires à l'intérêt d'Aubagne. Ils sont prêts à se (re)mobiliser pour cela.

Pour autant, ce n'est ni la naïveté, ni les illusions qui les habitent. Ils savent que demain (dans tous les cas, dès mercredi au Conseil Municipal), il faudra, de nouveau, engager des luttes et des actions et il y aura besoin de rassembler encore plus d'Aubagnais et d'Aubagnaises.

Dans l'entourage de Gérard Gazay, il se dit que celui-ci se targue, auprès des "siens", d'avoir su stopper le mouvement sans rien céder. Il leur fait savoir qu'une fois que le conseil municipal aura voté la DSP plus rien ne pourra arriver, que tous les engagements financiers ne seront examinés qu'au budget 2016 et qu'il n'y aura aucun espace possible, que la commission mise en place sera "équilibrée", que l'examen du renouvellement des CDD est prévu en février, et qu'à cette date il ne restera plus que ceux que la nouvelle majorité a réalisés, etc,etc.

Double mensonge : au personnel d'abord, puisqu'il a signé un protocole qu'il n'a pas l'intention de respecter, aux "siens" ensuite parce qu'il oublie de dire qu'il n'a rien choisi (celles et ceux qui ont vécu la réunion du CTP le savent !) et que c'est la situation imposée par les grévistes qui a ouvert cette porte pour trouver une solution acceptable pour tous.

Gazay ment

Le mensonge, c'est une des armes de Gazay, l'homme politique. Il a commencé avec un petit mensonge personnel en écrivant sur sa profession de foi qu'il était marié, ce qui n'était pas le cas. Depuis 20 mois, aucune de ses promesses électorales ne sont tenues. Il y a quelques semaines encore, il affirmait aux parents d'élèves et au personnel de la cuisine : "Les affirmations de ma volonté de privatiser ne sont que des rumeurs sans aucun fondement".

Au contraire, privatisation de la cuisine centrale, réductions drastiques des subventions aux associations, diminution des budgets de fonctionnement de tous les services de la ville, augmentation de près de 10% des prestations municipales et des taxes encaissées par la mairie, licenciement et mise à l'écart du personnel communal, il fait ce qu'il n'a pas dit.

Fidèle à son ami Estrosi qui en une nuit, sans transition mais avec sincérité, est passé de la "droite populaire" à "gaulliste de gauche". Fidèle à son mentor, Nicolas Sarkozy dont le principe en politique est : "Plus le mensonge est gros, mieux ça passe ... à condition de le dire avec détermination, le regard droit et la parole forte".

Il n'empêche que plutôt que de se conduire en maire d'une ville où le vivre ensemble et le respect de la parole de chacun étaient la règle, il souhaite rester un idéologue de droite intransigeant et ayant toujours raison sur tout le monde. S'il persiste, il n'en a pas fini avec les conflits à répétition et il va souvent entendre : "Gazay démission", comme ce fut le cas mercredi 9 décembre. Jusqu'en 2020, ça va être long.

Idéologue intransigeant

Il le sait, maintenant, il va falloir compter sur la vigilance, l'imagination et la volonté des organisations syndicales, des communaux et au-delà, des citoyens et citoyennes d'Aubagne et des élus d'opposition pour le lui rappeler chaque fois que cela sera nécessaire.

 

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1