Hannibal Rousset, toutes dents dehors !


Au lendemain du Conseil Municipal sur l'audit de la cuisine centrale qui a vu Gazay et son équipe en très grande difficulté, son premier adjoint, Hannibal Rousset a reçu une délégation CGT-FSU des agents communaux.

Hannibal Rousset, vous le connaissez maintenant, c'est celui qui donne le sentiment, quand il sourit, d'avoir plus de dents que la normale. C'est celui qui dévore du service public et qui ne croit qu'à la vertu du profit. C'est celui dont on ne connaît pas encore les raisons du départ dans les entreprises où il a travaillé. C'est celui qui explique, en conseil municipal, qu'il faut privatiser la cuisine centrale parce que les restaurants scolaires ont des sols trop bruyants.

Il était accompagné de Joël et Caroline. Joël, c'est le Directeur Général des Services, c'est celui qui parle pour s'écouter parler, il adore ça. C'est l'ami du vénérable directeur commercial de la Sodexo qui lui a fait visiter ses installations en juin dernier, à tout hasard.

Caroline, c'est l'ex-DRH, toujours DRH, qui explique, au nom de la neutralité de la fonction publique, qu'il faut privatiser aujourd'hui une structure qu'elle a défendue hier.

L'objet de la rencontre : faire entendre raison à ces garnements de grévistes !

Trois arguments, sans nuances :

- "Vous êtes une poignée, à peine 10 %". La vérité, vérifiée par les services eux-mêmes, les grévistes représentaient entre 20 et 30 %, suivant les jours, entre lundi et vendredi. Mercredi, les services des gymnases, des cimetières, du nettoiement, de la manutention fermés en totalité. Quand on sait les pressions, les licenciements, les mises au placard, les mises à l'écart que subit le personnel depuis 20 mois, le chiffre est énorme. Si on y rajoute les difficultés financières qui assaillent les agents de la fonction publique comme l'ensemble des salariés, on peut se dire que c'est un mouvement qui a le soutien de l'immense majorité du personnel.

- "Vous faites peur aux non grévistes". Tous les patrons ont utilisé cet argument. Sans objet. Il faut beaucoup de courage pour se déclarer en grève. La peur, c'est la direction municipale qui s'en sert pour pointer du doigt tous les agents en action, pour les menacer, pour laisser entendre qu'il pourrait y avoir des sanctions.

- "Les Aubagnais se plaignent". Bien sûr qu'ils se plaignent, pas de cantine, pas de nettoiement, peu de services, ils ne peuvent que se plaindre. Au fait, avec si peu de grévistes, comment font-ils pour se rendre compte des services non rendus ? Mais beaucoup apportent leur solidarité aux grévistes, beaucoup signent la pétition pour refuser la privatisation de la cantine. Beaucoup plus encore expriment leur ras le bol et veulent que cela s'arrête. Ils peuvent, dans un premier temps, accuser les grévistes, mais au bout, forcément, ils vont pointer le seul responsable de ce "désordre" : le maire !

Dans tous les cas, Hannibal Rousset a totalement raté son coup, les grévistes sont plus nombreux, les soutiens grandissent, l'intersyndicale CGT-FSU s'est élargie à FO, leur détermination est intacte, leur imagination est sans borne.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Le RCA impérial ! +

    En Ligue 1, après la défaite de Monaco à Lyon (3 à 2), le PSG, vainqueur de Dijon (1 à 2) en jouant une dizaine de minutes sur les 90 de la rencontre, compte maintenant, après seulement 9 journées, 6 points d'avance sur son dauphin. La promenade de santé continue. Lire la suite
  • Demain Aubagne, il est temps +

    Jeudi 12 octobre, à la terrasse de "L'Antalya Kebab", place Joseph Rau, au cœur d'Aubagne, des militants engagés et des élus d'opposition ont annoncé, pour le 14 octobre, le lancement d'un site web participatif "Demain Aubagne" qui se veut ouvert à toutes les Aubagnaises et à tous les Aubagnais... et Lire la suite
  • Marche blanche pour l'hôpital d'Aubagne +

    Mardi 10 octobre, en pleine journée d'actions dans la fonction publique, l'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître sa décision pour l'hôpital d'Aubagne : ce sera la fermeture du service de réanimation. Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : Une dette publique, c'est quoi ? (2ème partie) +

    Pour mieux comprendre ce qu'est une dette publique, nous vous conseillons la lecture d'un livre écrit par Christophe Alévêque, humoriste et comédien mais pas que..., et Vincent Glenn, auteur de plusieurs essais sur l'économie, qui s'intitule "On marche sur la dette"(1). Lire la suite
  • Mardi 10 octobre : expression de colère des agents municipaux +

    Le 10 octobre, à l'appel de 9 organisations syndicales de la fonction publique, des millions de fonctionnaires ont fait grève, 400 000 d'entre eux ont manifesté dans les rues de leur commune. A Aubagne, au-delà des revendications nationales, les agents municipaux ont manifesté leur colère face à la politique menée Lire la suite
  • Les Chroniques du règne de François II - épisode 11 +

    François II a repris les manettes de la communication et il faut bien dire qu'il brosse les donneurs de leçon, les parvenus, les ambitieux et les petits chefs dans le sens du poil. Les médias se scandalisent faussement à propos de l'utilisation d'un vocabulaire vulgaire mais ce sont plus les Lire la suite
  • L'ARS décide la fin du service réa en 2020 +

    L'Agence Régionale de Santé PACA a fait connaître hier, mardi 10 octobre, au directoire de l'hôpital et à La Provence sa décision concernant le service de réanimation : il doit être fermé en 2020. Lire la suite
  • 1