Dette d'Aubagne : vaste opération enfumage !


dette enfumage

Le 13 mars, au conseil municipal, Gazay annonçait que la ville avait perdu son procès contre la banque RBS (Royal Bank of Scotland), sans que ce point soit à l'ordre du jour, sans fournir aucun document aux élus de l'opposition, sans réunir préalablement la commission des finances alors que le jugement avait eu lieu le... 19 janvier. 

C’était le début d’une vaste opération d’enfumage autour de la dette orchestrée par le maire et son cabinet. Le même jour une lettre recto-verso, pour donner l'illusion d'une solide argumentation, était distribuée individuellement à tous les agents municipaux.

Deux semaines plus tard, le mensuel de la communication municipale tentait d'amplifier l'opération. Un édito du maire alarmiste et une pleine page du magazine à partir d'un récit "historique et technique" donnaient le sentiment qu'Aubagne se retrouvait dans une situation catastrophique non prévue (lire ici le contre édito du maire).

Conseil municipal, lettre au personnel communal, AJJ, une vraie opération médiatique

Tout cela avec une volonté : laissez croire que "la Cour d'Appel de Paris a condamné la ville à payer 75 millions d'euros" qui s'ajouterait à la dette comme l'affirme Gazay dans son édito, avec le même aplomb que Pinocchio.

Le lendemain du conseil municipal, les élus de la majorité et leurs fans (pas très difficiles à convaincre) se répandaient partout et sur tous les réseaux sociaux (y compris sur Mèfi) pour annoncer l'atroce nouvelle : on venait de découvrir 75 millions d'euros supplémentaires de dette !

La surprise passée et après un peu d'investigation, tout le monde peut vérifier aujourd'hui que c'est TOTALEMENT FAUX.

En utilisant les mots de la technique financière (mais, dans ce domaine il vaut mieux être précis), il apparaît dans les comptes de la ville(1) le capital restant dû (33,68 M€) et dans les tableaux de suivi de la dette "hors budget" (tableau d'amortissement des emprunts), on trouve les intérêts (un peu plus de 41M€), soit un total de 75 M€, et ce depuis... 2013 !

Rien de nouveau donc. Alors pourquoi cette agitation médiatique ? On peut y trouver plusieurs raisons.

La première, c'est que Gazay essaie de faire oublier que c'est lui qui vient de perdre le procès engagé par l'ancienne équipe contre la banque RBS.

C'est Gazay qui a perdu le procès

Mieux que ça, alors que dans le jugement de 1ère instance, en décembre 2015, la ville avait gagné sur le montant du taux de l'emprunt, la Cour d'appel en janvier 2018 revient sur cette décision. En 2015, le Tribunal avait jugé que le taux devait être le taux d'intérêt légal (inférieur à 1% actuellement) au lieu des 4,49% (et plus) imposés par la banque, reconnaissant par là-même une faute lourde de RBS.

Mais fallait-il attendre d'un maire qui depuis son arrivée n'a que le soucis de satisfaire les désirs et les besoins des banques qu'il trouve les armes nécessaires face aux représentants du monde de la finance ?

La deuxième raison, c'est que l'argument de la dette utilisé depuis 4 ans pour expliquer son inaction et sa politique d'austérité commençait à ne plus faire effet (Gazay parle de "La dèèèète" comme Galabru disait "Le Noooord"). D'autant plus que malgré les affirmations, les déclarations enflammées, les faux graphiques d'AJJ, l'immense majorité découvrait que la dette, depuis 2014, n'avait pas diminué. Il fallait donc trouver une occasion de "réactualiser" le discours, c'est ce que lui a permis le jugement de janvier.

Gazay a perdu en appel ce qui avait été gagné en première instance

La troisième raison, c'est qu'il était nécessaire d'allumer un contre-feu à toutes les annonces négatives qui arrivaient et qui arrivent : abandon du Val'Tram (voir ici) ; abandon de tous les projets qui devaient être financés par la métropole (voir ici : projets à la poubelle) ; remise en cause du Plan Local d'Urbanisme par le Tribunal (voir ici) ; indemnisation de 300 millions d'euros en perspective à verser à Auchan Aubagne (voir ici) ; réduction drastique du nombre d'agents communaux...

Cette vaste opération d'enfumage aura-t-elle prise ou, au contraire, va-t-elle se retourner contre son auteur ? La réponse dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

Joseph Lèsperd

 

1- pour les "spécialistes" : au passif du bilan dans le compte de gestion établi par le trésorier et dans l'état de la dette annexé au budget 

 

 

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Une proposition pour revivifier la démocratie à Aubagne +

    Jean Reynaud qui était un des conseillers de Barthélémy aux dernières élections municipales a fait parvenir un mail à plusieurs centaines de personnes en demandant "de faire circuler sans modération". Nous nous permettons donc de publier ses propositions qui concernent l'écoute des revendications de proximité des Aubagnaises et des Aubagnais. Lire la suite
  • Faire table rase du passé +

    Ceci est un exemple parfait de l'obsession de la municipalité d'Aubagne actuellement... Faire table rase du passé et ne rien construire au service de la population, rien depuis quatre années de destructions. Après la cuisine centrale, la MJC, certains services municipaux... j'en passe et des meilleures, c'est le tour du Lire la suite
  • Place publique +

    Castro (J.P. Bacri), star télé sur le déclin, est convié à une soirée chic par sa productrice Nathalie (Léa Drucker). Il y rencontre Hélène son ex femme et collaboratrice (Agnès Jaoui). Sont invités à la fête de jeunes réalisateurs, turbulents , au sommet de leurs gloires. N’est pas invité mais s’invite, Lire la suite
  • Innovation dans la communication +

      Depuis quelques temps, des vidéos sont apparues sur les fils d'actualité facebook/twitter des habitants d'Aubagne. Magali Giovannangeli, élue municipale d'opposition a souhaité, en complément des traditionnelles tribunes d'expression ou des tracts distribués dans la rue, s'adresser aux Aubagnaises et aux Aubagnais par l'intermédiaire de vidéos. Lire la suite
  • Rassemblement de Solidarité pour la Palestine +

      Sous le parrainage de l'A.F.P.S. (Association Franco Palestinienne de Solidarité), un groupe de citoyens appelle à se réunir dans un moment de libre parole ouvert à toutes et tous, le vendredi 27 avril à 18h30, cours Foch à Aubagne. Pour protester contre les massacres dont sont victimes les Palestiniens enfermés Lire la suite
  • Les confidences de Mournaud +

    Vendredi 20 avril, deux jours après la présentation factice des "aménagements du centre ville d'Aubagne", Léo Mournaud se serait confié à des amis et à un autre élu. Il aurait d'abord affirmé être "le conseiller particulier de Gazay" et il aurait argumenté "il y a trop de retard, il faut Lire la suite
  • 13Habitat devant le Tribunal ? +

    Plusieurs articles de Mèfi vous ont informé de la décision de 13Habitat de faire payer deux fois le surloyer pendant 4 mois aux locataires concernés (voir "Scandale à 13Habitat", "Double surloyer : action en justice", "Menace d'expulsion"). Lire la suite
  • 1