Le naufrage de Barthélémy


conseil communautaire 11 12 17

Le Conseil de territoire fut bref mais instructif ce lundi soir au centre de congrès Agora. Des salariés de Gemalto et des agents territoriaux venus se faire entendre (en vain ?), les élus de la majorité majoritairement absents… La déconfiture de la politique de Barthélémy/Gazay a éclaté au grand jour.

Tout d’abord, à l’entrée, des salariés de Gemalto sont venus sensibiliser les élus sur les licenciements « boursiers » en cours : 300 millions d’€ de bénéfice, 20 millions répartis chez la direction,  et... 192 licenciements sur les sites de Gémenos et La Ciotat. Merci Macron, qui permet aux patrons de licencier même si une entreprise est bénéficiaire…

Les salariés de Gemalto étaient peut-être transparents, la présidente n’a pas eu un mot de soutien pour eux. Silence également chez Gazay.

Puis c’est au tour des agents de l’ex-agglo de se faire entendre : 2 porte-paroles ont égrené les mesures prises par la direction métropolitaine concernant le personnel. Augmentation du temps de travail, réduction du nombre de jours de congés, non remboursement des frais de déplacement régime indemnitaire, déroulement de carrière… Tout est remis en cause sans un véritable dialogue social. Les agents ont demandé aux élus de ne pas voter la délibération proposée au conseil métropolitain de jeudi.

Bien sûr, la présidente a expliqué avoir enfourché son cheval blanc pour défendre les agents. Pour tenter de les en convaincre, elle a lu les réponses arrachées de haute lutte à la direction de la Métropole. Réponses qui justifient bien sûr les décisions prises. Quant à ne pas voter la délibération… Faut pas pousser Barthélémy trop loin. La présidente réserve sa position.

Plus incisif, le maire de Roquevaire Yves Mesnard a dénoncé le ras le bol des élus face au fonctionnement de la Métropole, que ce soit au niveau politique ou au niveau des agents. Deux ans que « la marmite surchauffe, il faut bien que la soupape explose ». Et d’assurer son soutien aux agents de l’ex-agglo.

Antoine Di Ciaccio, pour les élus d’opposition, a dénoncé le fonctionnement d’une institution qui ne se soucie ni des usagers auxquels elle doit un service public, ni des agents qui rendent ce service public. Car « détériorer les conditions de travail des agents, c’est détériorer la qualité du service public rendu à la population ». Et de rappeler que les élus d’opposition avaient mis en garde contre une harmonisation qui se ferait « par le bas ». Ce dont Barthélémy s’était alors défendu.

Mais au fait, n’est-ce pas Sylvia Barthélémy qui, faisant fi de l’accord entre les présidents d’intercommunalité en 2015, a déclenché l’investiture de Gaudin, soit disant… dans l’intérêt des agents ?

Et Antoine Di Ciaccio de faire remarquer que le sentiment de ne pas être écouté, pour les élus comme pour les agents, aboutit au délitement du conseil de territoire : ce lundi 11 décembre, seulement 22 élus de la majorité sur 45 sont présents. Le quorum n’est pas atteint.

Après une suspension de séance demandée par Denis Grandjean, les élus d’opposition ont décidé de ne pas siéger, entrainant de fait la fin du conseil… Et l’ire de la présidente Barthélémy qui, avec la mauvaise foi qu’on  lui connaît, a voulu rendre les élus de l’opposition responsables de ce fiasco, plutôt que de s’interroger sur la désertion de ses propres troupes. Il va pas être content papa Gaudin.

Quant à Gazay, présent mais absent, il n’a pas paru contrarié par la situation.

Diego de la Vega

 

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Innovation dans la communication +

      Depuis quelques temps, des vidéos sont apparues sur les fils d'actualité facebook/twitter des habitants d'Aubagne. Magali Giovannangeli, élue municipale d'opposition a souhaité, en complément des traditionnelles tribunes d'expression ou des tracts distribués dans la rue, s'adresser aux Aubagnaises et aux Aubagnais par l'intermédiaire de vidéos. Lire la suite
  • Rassemblement de Solidarité pour la Palestine +

      Sous le parrainage de l'A.F.P.S. (Association Franco Palestinienne de Solidarité), un groupe de citoyens appelle à se réunir dans un moment de libre parole ouvert à toutes et tous, le vendredi 27 avril à 18h30, cours Foch à Aubagne. Pour protester contre les massacres dont sont victimes les Palestiniens enfermés Lire la suite
  • Les confidences de Mournaud +

    Vendredi 20 avril, deux jours après la présentation factice des "aménagements du centre ville d'Aubagne", Léo Mournaud se serait confié à des amis et à un autre élu. Il aurait d'abord affirmé être "le conseiller particulier de Gazay" et il aurait argumenté "il y a trop de retard, il faut Lire la suite
  • 13Habitat devant le Tribunal ? +

    Plusieurs articles de Mèfi vous ont informé de la décision de 13Habitat de faire payer deux fois le surloyer pendant 4 mois aux locataires concernés (voir "Scandale à 13Habitat", "Double surloyer : action en justice", "Menace d'expulsion"). Lire la suite
  • AFC : rien ne va plus +

    En Ligue1, en étant battu par Guigamp (3 à 1), Monaco relance la lutte pour la 2ème place, surtout que Lyon a triomphé de Dijon (2 à 5) et l'OM de Lille (5 à 1). A quatre journées de la fin du championnat, trois équipes se retrouvent en un point Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : les maires à l'initiative... sauf Gazay +

      Devant la décision de l'Agence Régionale de Santé (on peut noter aussi que le gouvernement Macron accompagne cette mesure) de supprimer le service de réanimation de l'Hôpital d'Aubagne, le collectif de défense a rencontré tous les maires du territoire. Yves Mesnard, maire de Roquevaire prend l'initiative de rassembler les Lire la suite
  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • 1