90% des engagements non tenus : dernière partie


bilan gazay 01

Ce mardi 31 octobre nous terminons notre visite du bilan Gazay écrit par son service propagande et son agence de publicité. Cette dernière partie comprend 8 pages d'images sur les 12 de la rubrique "Sport, patrimoine, événementiel".

Pour le sport, nous avons droit à un label "Ville active et sportive" (un de plus pour la collection du maire - Aubagne concourt aussi pour avoir le label des villes qui ont le plus de label) et à une longue liste d'événements accueillis (ou qui vont l'être) par Aubagne.

Comme pour la culture, la politique sportive c'est de la politique de l'affichage et de la photo presse. Dans ce domaine encore plus que dans d'autres, le nombre de promesses du candidat Gazay qui n'ont pas vu le jour est impressionnant.

En janvier 2014, Gazay avait écrit : "Si je suis élu, je ferai un nouveau complexe sportif aux Gargues avec un stade, un terrain de football, un stade d'athlétisme, un espace aquatique, des gymnases, de nouveaux terrains de rugby ; deux nouveaux gymnases au Bras d'Or ; une maison pour les pêcheurs ; une école-académie de pétanque ; de nouveaux clubs ; un chèque sport ; des états généraux du sport deux fois par an ; une bourse aux sports ; des bus mis à disposition des clubs pour les déplacements ; etc, etc...".

Rien ! A peine commence-t-on, après avoir tout laissé se dégrader pendant 3 ans, quelques menus réfections et entretiens dans quelques gymnases.

Concernant la mémoire d'Aubagne, il a commencé en vendant 3 millions d'euros du patrimoine communal chaque année depuis 4 ans. Et il continue en faisant raser l'ancien kiosque à musique qui abrite le Petit Monde de Marcel Pagnol.

La statue de la Victoire du Monuments aux morts dont la main est cassée depuis plus de deux ans n'a toujours pas été réparée et l'attente risque d'être encore longue. Au mépris du souvenir d'Aubagne pour ses enfants morts pour la France.

Deux mentions qui font sourire dans cette plaquette-bilan-propagande. On nous précise qu'Aubagne participe aux Journées Européennes du Patrimoine... comme toutes les communes d'Europe et on apprend qu'une "Artothèque" a été créée. La seule artothèque que nous connaissons c'est celle du Lycée Antonin Artaud... à Marseille.

Pour la partie festive et événementielle, nous avons droit, pour l'essentiel, à une compilation d'initiatives déjà existantes, mais que l'on a asséchées avec une participation confidentielle (Cavalcade, Biennale des santons et de la céramique, Argilla, Grains de sel...) voire assassinées (les soirées du bel été, cinéma sous les étoiles...).

Les seuls événements rajoutés, les Nuits Flamencas et les concerts de la Font de Mai, l'ont été dans des lieux fermés avec entrées payantes. Même si les Nuits Flamencas n'ont pas résisté à la demande populaire d'une initiative gratuite en centre ville.

En fait de rayonnement, Gazay a transformé Aubagne en cité dortoir... en Provence. Une ville qui a perdu son rayonnement culturel et sa vitalité citoyenne pour satisfaire les banques et les banquiers.

Nous confirmons ce que nous affirmions déjà en septembre, documents et faits à l'appui : plus de 90% d'engagements n'ont pas été tenus.

Reconnaissons tout de même la réalisation d'un engagement pas facile à tenir : celui de la création de "La plus grande crèche du monde".

Ce n'était un engagement ni de la liste Gazay, ni de la liste Barthélémy. C'était celui de l'équipe Fontaine. Patrice Jarque, toujours président de l'association des céramistes et santonniers du Pays d'Aubagne, qui était sur la liste de Daniel Fontaine en 2014, a su, sans rappeler d'où l'idée venait, leur imposer son élaboration. Bravo !

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1