Engagements non tenus : pour l'économie aussi


bilan gazay 05

Depuis dimanche, chaque jour, nous passons au crible du détecteur de mensonges le dossier intitulé par la ville "Engagements pris, engagements tenus" que nous avons reçu dans nos boîtes aux lettres et qui aurait dû s'appeler "Engagements : pas pris donc pas tenus". Aujourd'hui : l'économie.

C'est une des parties les plus courtes : 4 pages sur les 68 de la brochure, dont deux de photos. Il n'y avait sans doute pas grand chose à dire et beaucoup à cacher.

On commence par nous faire une très longue liste des initiatives (Soirées, Nocturnes, Trophées, Rencontres, Forums...) où on se congratule entre "gens biens", les patrons et les élus (en général, seulement les élus d'un certain rang : maire, député, éventuellement adjoint au maire - très rarement adjointe). On s'auto-félicite, on se décerne des prix (aujourd'hui pour toi, demain pour moi) ou des diplômes, on parle de façon docte de toutes les banalités économiques. Mais surtout, cela se conclut, le plus souvent, par un cocktail-dînatoire comme par exemple le dernier dans un restaurant/cave à vins de la zone qui a évité à Gazay une rencontre avec les enseignants.

On apprend donc que, dans ce domaine, Aubagne est devenue une référence.

Ensuite on nous indique que "Notre commune occupe une position stratégique à l'Est de la Métropole avec un bassin d'emploi parmi les plus dynamiques de notre département". Comme si on avait attendu Gazay et 2014 pour s'en apercevoir. Rappelons qu'Aubagne a été la 1ère commune de France, il y a plus de 30 ans, à se doter d'un service économique dédié justement pour développer sa zone commerciale et industrielle. 

On découvre le potentiel de création d'entreprises, "près de 200 en 2015 et 230 en 2016" nous dit-on, soit à peine le chiffre moyen de la décennie. On aurait pu prendre d'autres exemples : plus de 250 en 2007 ou plus de 300 en 2009.

On nous apprend que le tourisme "est un atout à valoriser". A voir le désert de nos rues et de nos places en été et durant les week-ends depuis trois ans, la mise en pièce du service tourisme, sans ambition ni projet et qui n'assure plus qu'une mission d'information, cela risque de rester à l'état de formule sans réalité.

On nous parle du marché (seulement celui du mardi) et on nous tait qu'il y a moins d'étals accueillis.

On retrouve, bien sûr, la grande manipulation sur la "nouvelle dynamique commerciale en centre ville" où on nous indique que 20 "nouvelles créations" ont eu lieu de 2015 à 2017, sans nous préciser que la moitié sont de simples relocalisations (il y a tellement de commerces qui ferment qu'on a le choix de l'emplacement) et que pour 10 ouvertures, il y a 15 fermetures.

bilan Gazay mi-mandat 2017

bilan Gazay mi-mandat 2017

bilan Gazay mi-mandat 2017

bilan Gazay mi-mandat 2017

Emblématiques : Bézert, Passion Beauté, Mandine, Kickers... sont fermés depuis des mois.

Et enfin, toujours la même manipulation, on "oublie" de nous rappeler les engagements du candidat Gazay :

- moratoire fiscal pour les entreprises, les commerces, les artisans : faux. La Taxe Locale sur la Publicité Extérieure a augmenté entre 2 et 3%, le Versement Transport de 11%, etc...

- requalification de tous les cours actuels et une galerie à ciel ouvert en centre ville : pour quel siècle ?

- une halle couverte pour le marché : "Léo, pourquoi tu tousses ?"

- arrivée d'entreprises innovantes autour de la santé et des nouvelles technologies de l'information : va falloir attendre !

- extension de la zone des Paluds de 17 ha : projet abandonné !

- mise en place d'un conseil local de l'emploi : avec un petit effort, on devrait y arriver, cela ne coûte rien !

Formules passe-partout, présentation de dispositifs existant depuis des décennies, manipulations, cette rubrique est digne de toutes les autres.

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1