"Engagements pris, engagements non tenus" : notre regard


Après la première partie sur la gestion de la ville, nous poursuivons aujourd'hui (avec "Un territoire plus équilibré, plus accessible et ville numérique") notre analyse et nos commentaires sur la brochure d'autosatisfaction distribuée par la ville et que nous avons renommée "Engagements pris, engagements non tenus". 

6 pages, toujours aussi luxueuses, dont 3 de photos. Les vues d'Aubagne auraient pu être prises il y a 4 ou 5 ans, rien n'a changé. A l'exception du tramway que Gazay a combattu et stoppé, en faisant, ainsi, la ligne la plus courte du monde, mais qui pourtant connaît un immense succès de participation.

Une fréquentation en hausse de plus de 10% en 2016 et encore de 4,4% en 2017. Une progression bien plus grande que l'ensemble du réseau bus. On peut imaginer les records de passagers si, comme c'était prévu, le tramway se déplaçait des Paluds jusqu'à Marseille.

En fait au lieu "d'améliorer la mobilité" comme il est indiqué dans le document, il s'agit d'un véritable coup d'arrêt à une véritable politique des transports. Surtout si on y rajoute un Valtram dont le début des travaux ne cesse d'être repoussé (avec le consentement de Gazay) et un BHNS (bus à haut niveau de service) vers les Paluds qui, s'il voit vraiment le jour (pour quand ? on ne parle que d'études à réaliser pour l'instant) ne fera que compliquer le parcours du combattant de celles et ceux qui choisissent les transports en commun. Pour aller de Saint Mitre à la Zone des Paluds il faudra prendre un bus, puis le tram, puis le BHNS. De quoi donner envie d'utiliser sa voiture.

Pour le reste, des textes sans relief qui ne donnent pas envie de s'y plonger (est-ce le but ?). On tourne les pages, sans les lire. Pour les courageux qui font l'effort de lecture, on y trouve des mensonges, des formules creuses qui manifestent des intentions, des propositions non réalisées à ce jour et des réalisations qui ne dépendent pas de la ville. Et bien sûr, il n'y a toujours aucune référence aux réelles promesses faites par le candidat Gazay en 2013-2014.

Nous nous contenterons de quelques exemples de tout cela.

Un exemple de mensonge : "Nous refusons une ville béton". Est-il nécessaire d'insister auprès de nos lecteurs qui constatent, tous les jours, dans chacun des quartiers, une urbanisation galopante orchestrée par les grands promoteurs et constructeurs de Marseille ?

Chemin de La Perussonne, avenue des Goums, rue Ruer, boulevard Pierre Blancard... partout on bétonne. Mais le plus emblématique, c'est bien sûr le Garlaban : près de 300 logements et villas prévus ou déjà en construction dans les collines. Où cela va-t-il s'arrêter ?

Nous aurions pu choisir : "Un stationnement facilité", alors que des places gratuites sont devenues payantes (exemple du boulodrome ou de la gare avec le parking Blancard), "L'accessibilité améliorée" alors que les rampes d'accès pour les personnes à mobilité réduite ont été supprimées place de Guin (seul endroit de la ville où il y a eu des travaux), etc...

Quelques formules creuses parmi beaucoup d'autres, preuve que la brochure a été conçue par une agence de communication qui ne connaît rien à Aubagne et qui aurait pu l'écrire pour n'importe quelle commune de France. "Promouvoir un développement plus respectueux de l'environnement", "déploiement des modes doux pour améliorer la qualité des déplacements", etc. Vous en connaissez des maires qui vous promettent de ne pas tenir compte de l'environnement et qui ne vous parle pas des "futurs" modes doux pour les transports ?

On peut, ainsi, trouver encore plusieurs dizaines de formules de ce type qui ne coûtent pas grand chose.

Il y a aussi une longue liste de projets à venir (pour quelle décennie ?) qu'on nous présente comme déjà réalisés : nous avons déjà vu le Valtram et le Chronobus, nous pouvons rajouter les pistes cyclables (où ? quand ? combien ?), la requalification des zones d'activités, etc... Chacun pourra vérifier par lui-même l'écart entre sa propre réalité et les "réalisations" qui n'existent pas.

Nous trouvons aussi des initiatives réalisées par d'autres et dans toutes les communes : les tablettes numériques dans les collèges, le développement de la fibre optique...

Enfin, nous arrivons aux promesses du candidat Gazay, totalement disparues du document distribué dans nos boîtes, et qui auraient dû être la référence du titre "Engagements pris...".

Pour l'essentiel, nous vous renvoyons à notre dossier de septembre (voir bilan 1ère partie, 2ème partie, 3ème partie et Où est passé Aubagne?), mais nous en citerons quelques-unes :

- Wifi gratuit dans tous les espaces publics : rien !

- Espace public numérique dans tous les quartiers : rien !

- attribution des logements sociaux aux Aubagnais : on est passé de 80% d'Aubagnais en 2013 à 40% en 2017 !

- un programme immobilier pour les jeunes : rien !

- aucune construction collective n'excédera trois étages : c'est le cas nulle part !

... et d'autres. Toutes ont disparues ! Mais les Aubagnaises et les Aubagnais ont de la mémoire. Nous aussi, documents à l'appui si nécessaire.

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On nous refait le coup de l'aménagement du Centre Ville +

    Mercredi 18 avril, le maire avait invité toutes les Aubagnaises et tous les Aubagnais à l'Espace des Libertés pour présenter "le projet de ville" et plus précisément "le Centre Ville sous un nouveau jour". On recommençait pour la énième fois le grand show d'octobre 2016 où on nous avait présenté Lire la suite
  • Surloyer : 13Habitat menace d'expulsion ! +

    Mèfi a déjà informé de la décision de 13Habitat de faire payer aux locataires concernés (environ 15% des locataires) quatre mois de surloyer supplémentaire en 2018 (16 mois au lieu de 12). Des locataires se sont organisés et une action en justice se met en place. Lire la suite
  • Les dossiers de Mèfi : un train de scandales +

    Les transports et la mobilité sont des éléments primordiaux de notre quotidien. Alors que les modes de transport doux devraient être priorisés, alors que les transports en commun devraient nous faciliter la vie, ils sont facteurs de pollution, de perte de temps, de stress. Ils sont au cœur de l'actualité Lire la suite
  • Heureusement, il y a le Rugby Club Aubagnais +

    En Ligue 1, Lyon en battant Amiens (3 à 0) conforte sa place sur le podium. L'OM, non sans mal, a battu Troyes (2 à 3) et reste en course pour la troisième place. Pour le reste, l'équipe du Qatar est championne de France à 5 journées de la fin. Lire la suite
  • Audacieux : une œuvre de Walter Bunkerkiosk en coeur de ville +

    Très sincèrement le bâtiment de l'Espace des libertés signé des architectes Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud fait pâle figure avec, à proximité et dans le même alignement urbain, l'oeuvre non encore titrée de l'artiste plasticien allemand Walter Bunkerkiosk (voir notre photo) qui est venu dans la semaine poser le dernier Lire la suite
  • Archives de la MJC : tous les patrimoines ne se valent pas +

    Vingt mètres cubes de documents administratifs et de communication, affiches, programmes, photos... stockés dans un container. Du matériel technique, du mobilier… déposés dans un hangar. Sur un terrain protégé, au milieu de nulle part, dans une zone d'activité de la commune de Vitrolles. Autant de biens qui devaient, dans le Lire la suite
  • Tout le monde debout +

    Tout le monde debout, pour la première fois, Franck Dubosc réalisateur, une comédie réussie ! On pouvait craindre le pire, Jocelyn, la cinquantaine, dragueur, homme d’affaires (il vend des chaussures de sport) se fait passer, involontairement, pour un handicapé sur fauteuil, afin de séduire une jeune femme. Et le pire n’est Lire la suite
  • 1