Attentat de Nice : la vidéosurveillance a servi à quoi ?


 estrosi 14juillet

Dans un article paru le 23 décembre, le site Médiapart révèle que Mohamed Lahouaiej Bouhel, le terroriste responsable de l'attentat de Nice, a pu réaliser 11 repérages sur la Promenade des Anglais avec le camion dans les jours qui ont précédé ce tragique 14 juillet 2016.

Une caméra de vidéosurveillance filme la présence du camion et de son chauffeur le 13 juillet vers 7 heures du matin sur la promenade des Anglais. Alors qu'un arrêté municipal interdit formellement la circulation à des véhicules 6 fois moins gros. Les onze mètres de long et deux mètres cinquante de large du poids lourd roulent sur l'avenue, montent sur le trottoir, s'arrêtent devant la fameuse pergola où se trouvent les promeneurs sans que cela ne choque personne. Le camion stationne à hauteur de l'hôtel Negresco, le conducteur en descend, ouvre les portes arrières, remonte dans son véhicule, s'aligne face à la pergola, entame une marche arrière, descend du trottoir puis continue sa route. Tout cela sous "l'oeil" des caméras sans que cela ne trouble l'ordre public.

Deux jours avant, le 11 juillet, les caméras avaient déjà enregistré la même scène, le camion avait cette fois les feux de détresse allumés. Il fait même un demi-tour sur place. Le 12 juillet, même scénario, cette fois en roulant sur la voie de bus puis sur le trottoir. Personne ne s'alarme. Les caméras enregistrent les images. Chaque fois la scène a duré environ une trentaine de minutes.

Au total, c'est 11 repérages qui ont pu être notés entre le 11 et le 13 juillet. Un "selfie" avec le maire de Nice le 15 août 2015 pour ce qui ressemble à un premier repérage est retrouvé dans l'ordinateur du criminel.

Estrosi adepte de Pasqua

Tout le monde se souvient de la déclaration de Christian Estrosi, alors maire de Nice, au lendemain des attentats de Charlie-Hebdo : "Je suis à peu près convaincu que si Paris avait été équipé du même réseau de vidéosurveillance que le nôtre, les frères Kouachi n'auraient pas pu passer trois carrefours sans être neutralisés et interpellés".

Les faits semblent remettre en cause cette belle théorie. Peut-être que cela explique la multiplication des déclarations d'Estrosi après l'attentat accusant tout le monde comme Pasqua l'a défini dans son Théorème : "quand vous êtes emmerdé par une affaire, il faut susciter une autre affaire dans l'affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l'affaire de l'affaire, jusqu'à ce que personne n'y comprenne plus rien".

Mais le plus fort dans tout cette mise en scène, c'est que l'homme qui est maintenant aux commandes de la Région PACA, était à l'heure des faits 1er adjoint au maire de Nice et c'est lui qui présidait la commission sécurité de la ville. Il n'était même pas présent aux réunions de préparation des festivités du 14 juillet. M. Estrosi, vous gérez la Région de la même manière ?

Dans tous les cas, cela met en lumière les ratés et les limites des politiques sécuritaires. Cela fait douter de l'efficacité des énormes moyens mis en œuvre pour la mise en place et le fonctionnement des caméras de vidéosurveillance. Pour Aubagne, plus d'un million d'euros*. Pour Nice, plus de 5 millions d'euros... qui n'ont, hélas, pas réussi à empêcher 86 personnes de mourir sur la Promenade des Anglais.  

Antoine Monticellu

 

* Nous aurons l'occasion de revenir sur l'utilité des caméras de surveillance à Aubagne en début d'année. Certains faits passés inaperçus pendant les fêtes pourront sans doute être mis en lumière.

* Photo de l'article : Christian Estrosi au centre de supervision urbain (CSU). © Reuters dans un article de Médiapart

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Bourse du Travail : la riposte face à Gazay ! +

    Alors que des négociations étaient engagées pour reloger les organisations (CGT ; FSU ; Loisir et Solidarité des Retraités ; Fraliberté...) qui siégeaient dans les locaux de la Bourse du travail, la ville a rompu, par le silence, ce processus, refuse de payer le loyer au Cercle de l'Harmonie, propriétaire du bâtiment et Lire la suite
  • 400 000 euros pour un Club House et pas d’eau chaude dans les vestiaires ! +

    Le 8 février dernier, MM. Gazay et Deflesselles ont invité Bernard Laporte pour une inauguration en grande pompe du nouveau Club House du Rugby Club Aubagnais. Ce projet particulièrement onéreux (440 000 euros !) a déjà fait l’objet de quelques commentaires dans nos colonnes. Outre son coût qui cadre peu avec l’austérité Lire la suite
  • Sereina Mutuelle : une mutuelle qui écrit aux morts +

    "Sereina Mutuelle" est installée à Aubagne, rue de la République. Deux autres agences existent dans les Bouches du Rhône. Elle se définit comme "une vraie mutuelle" et elle annonce qu'elle fait bénéficier ses adhérents "d'un fonctionnement démocratique et d'un professionnalisme de la structure". Cela demande vérification. Lire la suite
  • ACIA : le retour ? +

    En ce mois de février,l'ACIA (Association des Contribuables de l'Intercommunalité d'Aubagne) vient d'élire un nouveau président. Il est responsable d'un département du groupe AG2R La Mondiale. C'est la garantie qu'on ne va s'éloigner des critères financiers dictés par le secteur bancaire. Ouf ! Peut-être va-t-il rattraper le retard laissé par sa Lire la suite
  • Conseil de quartier au Charrel: c'est pas nous! +

    Ce mardi 21 février avait lieu le conseil de quartier au Charrel. Un conseil de quartier par an comme c'est le cas dans tout Aubagne, pour le Charrel oublié (comme tant d'autres quartiers, me direz-vous !) ça conférait à la soirée une atmosphère particulière, lourde à cause de la trop petite Lire la suite
  • Aubagnais : les rois de la pédale +

    16 000 ! C'est le chiffre d'aubagnais cyclistes licenciés annoncé par La Provence ce mercredi 22 février. Un actif sur deux, rien que ça. On comprend mieux pourquoi le maire dépense des dizaines de milliers d'euros pour le "Tour de La Provence (le journal pas la Région !)" ou pour accueillir le Lire la suite
  • Cuges : Destrost et sa majorité se ridiculisent ! +

    On se souvient que le directeur des services techniques (DST) de la ville de Cuges a fait l’objet d’une mesure de suspension par le maire, quelques mois à peine après son recrutement. Puis d’une procédure disciplinaire visant sa révocation. Mercredi dernier, le conseil de discipline du centre de gestion n’a Lire la suite
  • 1