Retour de bâton pour Albert Sale


peypin mairie

Elections municipales à Peypin : lors du second tour dimanche 11 décembre, Albert Sale a été battu par son ex premier adjoint, Jean Marie Léonardis. Un… Sale (!) coup, qui vient sanctionner des pratiques que les élus de sa majorité ont refusé de cautionner.

Déjà lors de son mandat précédent, il avait écarté des responsabilités un adjoint, vice-président de l’Agglo qui, pensait-il, lui faisait de l’ombre. Le pouvoir, monsieur ne voulait pas le partager. Et le même scénario s’est répété depuis 2014, où dirigeant sa commune en autocrate, de plus en plus isolé et contesté, ses élus ont fini par démissionner pour provoquer de nouvelles élections.

Un dénouement qui devrait faire réfléchir pas mal de maires, qui tiennent parfois les élus de leur majorité comme des soldats aux ordres du général. Mais les mutineries existent. Peypin en est la preuve.

Sylvia Barthélémy a perdu un maire qui lui était inféodé, à défaut d’avoir perdu un vice président aux finances compétent tant cette responsabilité le dépassait… La commune de Peypin aura donc, dès l’installation du nouveau maire et de son équipe, un nouveau représentant au conseil de territoire. Un seul en lieu et place des 3 jusqu’à aujourd’hui puisque la Métropole étant créée, c’est la loi MAPAM qui s’applique, qui prévoit que seuls les conseillers métropolitains deviennent conseillers de territoire. Donc le maire.

En souhaitant que la nouvelle équipe municipale ait tiré les enseignements des déboires de Albert Sale et aux peypinois un travail collectif et respectueux des avis de tous.
Les municipales de 2020 ne sont pas très loin.

Diego de la Vega

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1