Nicolas et Pimprenelle relisent le programme municipal : et deux !!


- Coucou, Nicolas !

- Bonsoir, Pimprenelle !

- Tu as changé de pyjama ?

- Ben oui, c’est bientôt la fête de la mi-mandat de notre premier magistrat !!

- Mais il aurait fallu mettre des vêtements de 1895…

- Mais le pyjama, il l’est, d’époque. Il est à mon arrière grand père…

- Tu aurais du te faire tirer le portrait à la Pagnol, pendant que tu y étais…

- Tu devrais être plus concentrée sur d’autres choses que des chiffons toi ! Finalement, tu as lu le programme de Gazay sur la fiscalité, la sécurité et l’emploi ?

- Ben oui.

- Et alors ?

- Ben alors quoi ?

- Mais qu’est ce qu’il promettait dans son programme ?

- De rendre possible un renouveau avec son projet et son ambition.

- Oui, certes. Mais encore ?

- Il dit que l’ancienne majorité faisait des choix inconsidérés, que la taxe d’habitation et foncière avaient terriblement augmenté, que la dette était terriblement importante et que l’investissement dans les équipements était terriblement trop faible.

- Ha oui ? Et que comptait-il faire ?

- Ben, il allait gérer avec rigueur à l’aide d’une équation moyens/service rendu…

- Ha ça, avec une équation, je n’y aurais pas pensé…

- Il te manque drôlement les outils de l’économie, Nicolas…

- Moi, je ne connais que les valeurs de l’économie solidaire.

- Dans le document, il ne s’agit pas de celle là. Le patron, il prévient qu’il va rationaliser avec le recours aux prestations externes. Jolie formule pour mettre des dizaines d’agents municipaux dans la sciure, à force de faire scier avec la langue de bois…

- Tu ne vires pas un peu vulgaire, là ?

- Et puis, il va optimiser le patrimoine immobilier. Tu sais ce que ça veut dire ?

- Ben oui, les entretenir, les utiliser à des fins utiles, les…

- Pas du tout, lui, il a l’économie chevillée aux chevilles, pas comme d’autres…

- Tu es méchante. Pourquoi tu me parles comme ça ?

- Parce que je suis sûre que tu aurais pensé que « réduire de manière drastique toutes les dépenses inutiles » c’était une bonne idée…

- Pourquoi ç’en est pas une, de bonne idée ?

- La super bonne idée, ça aurait été de demander ce qui est inutile pour lui…

- En même temps on le sait, ce qu’il trouvait utile : la sécurité et l’emploi !

- C’est sûr, pour la sécurité, vu qu’on vivait à Aubagne comme au cœur de la mafia et du Honduras… Valait mieux embaucher, faire des vidéos de toutes les rues, couper les arbres pour mieux surveiller et réduire les salaires des policiers municipaux pour les motiver…

- Mais, pour l’emploi, il rénove le centre ville, il veut développer l’artisanat, il veut même faire une halle pour le marché et il va installer une galerie marchande. Quand même quoi !!

- Oui, à la place d’une piscine municipale. Super !! Les travaux de deux ruelles embrouillent tout le monde depuis des mois, même si ça communique à tout va, ce qui représente un véritable investissement financier… Pour développer l’artisanat, il vire les céramistes aubagnais du prochain Argilla, pour la halle du marché, il fait crever la consigne et démantèle le service des activités commerciales locales, pour...

- Bon, écoute… Tu t’énerves là. Nounours va arriver et le marchand de sable ne pourra pas te calmer avec sa poudre d’étoiles…

- Regarde, à la fin du document, le député s’engage, enthousiaste : « je soutiens Gérard Gazay de toutes mes forces en raison de la pertinence et de l’ambition de son projet qui offrira à notre commune les moyens de relever les défis de demain ». Sûr que l’on comprend pourquoi, il se présente avec lui à la députation…

- Dis… Ce sont lesquels les défis de demain ?

- Ha, je savais que tu n’étais pas indécrottable mon Nicolas…

Bonne nuit les amis !!

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR