Festimôme gratuit : un souvenir d'enfance...

Avant cette 15ème édition de Festimôme, l’inquiétude planait autour du festival emblématique de l’été aubagnais comme elle plane sur lui depuis 2014 (voir notre article : Longue vie à Festimôme !). A la suppression de la subvention de fonctionnement de 8000 euros décidée en 2014 s’ajoutait cette année une diminution drastique de l’aide technique et logistique fournie par la Ville, une perte évaluée par les services eux-mêmes aux environs de 17000 euros et qui a contraint les organisateurs à rendre pour la première fois l’entrée payante, décision prise à contrecœur tant la gratuité fait partie de l’ADN du festival.


Une inauguration qui donnait le ton

C’est dans ce contexte que se déroulait mercredi dernier, l’inauguration du festival. Sans doute inquiet de la présence de Nicole Ferroni, marraine du festival, Gérard Gazay était présent, contrairement à l’an passé, bien décidé à prendre la parole en dernier. Qu’allait dire celle que Teresa Tigrato, directrice artistique du festival, appelle à juste titre la « marraine d’exception » de Festimôme ?

On pouvait comprendre l’inquiétude du maire quand on connaît le talent de l’humoriste et son implication aux côtés du monde associatif aubagnais confronté à la nouvelle politique municipale. Elle est en effet au premier rang pour défendre la MJC qui joue sa survie suite aux coupes budgétaires municipales et elle soutient les associations caritatives expulsées de l’Espace des Solidarités. Ajoutons qu’elle a aussi signé la pétition contre la privatisation de la cuisine centrale.

C’est Teresa Tigrato qui prenait la parole la première pour présenter cette nouvelle édition d’un festival dont les maitres mots sont toujours « convivialité, curiosité et imagination ». Elle soulignait aussi la dimension culturelle de l’événement, indispensable dans un moment où « l’absence de culture marginalise voire oppose ».

Les partenaires n’étaient pas oubliés : la MJC bien sûr, fidèle à sa mission d’éducation populaire, l’IRTS (l’Institut Régional des Travailleurs Sociaux) et les professionnels de la crèche Un air de famille de Marseille qui animent un Festi-mini-môme pour les 0-3 ans toujours plus prisé chaque année. La directrice rendait enfin un hommage appuyé aux hébergeurs solidaires qui accueillent les artistes du festival (pour près de cent nuitées !) et à la soixantaine de bénévoles sans qui rien ne serait possible (nous y reviendrons plus loin).

Venait le tour de la marraine qui plantait le décor en se décrivant en ces termes : «  même si j’ai une toute petite bouche, j’ai parfois une grande gueule ». Elle désamorçait ensuite habilement les « coups de pagaie » qu’il lui arrive de porter sur les décisions municipales en les comparant à ceux qui sont échangés dans sa famille où, dit-elle, « nous ne sommes pas toujours du même bord ». Or comme c’est aussi la Ville d’Aubagne « qui (l)’a éduquée, qui (l)’a élevée », dans cette « famille au sens large », les coups de pagaie sont donc autorisés… Elle ne se privait pas d’en délivrer un nouveau en glissant au passage : « la nouvelle cuisine de Mr le maire, moi j’aurai pas fait comme ça ».
Elle finissait en mettant carrément les pieds dans le plat, demandant au maire d’accorder l’an prochain un budget plus important à Festimôme pour que le festival puisse proposer à nouveau un libre accès à tous car « la culture permet de s’attaquer aux problèmes quand ils sont graines, pas quand ils sont déjà en fleurs ».
Ultime pirouette, elle lançait à Gérard Gazay : « Pas de souci pour les caméras (de vidéosurveillance NDLR) mais laissez juste Festimôme s’occuper du contenu du film car eux ils feront au mieux pour mettre sur vos écrans des gamins heureux ».

S’ensuivit un tonnerre d’applaudissements et on comprit que Gazay allait avoir du mal à prendre la suite. Ce que comprit aussi le chef du protocole municipal qui vint à son secours en se précipitant sur la sonorisation pour monter le volume.

Cela ne rendait pas le maire d’Aubagne plus audible que d’habitude. Lui qu’on savait déjà fâché avec la culture (on se rappelle de ses fameuses tartuffleries) s’enfonçait un peu plus en prononçant une sentence qui restera elle aussi mémorable : « le mot culture est compliqué à définir » (on avait en effet compris que, pour lui, c’était le cas…). A son actif, il faut souligner cependant qu’il réussit à glisser la phrase suivante : « les racines provençales sont importantes, on est en Provence ici, Aubagne en Provence… ». Il marquait ainsi un point indiscutable dans le concours qui l’oppose à distance à la Présidente du Conseil Départemental, pourtant experte en la matière puisqu’elle est capable de vanter les « racines provençales » même lorsqu’elle inaugure une exposition sur le jazz… Avec ces deux là (auxquels on peut adjoindre le président de Région) qui creusent de concert pour nous enfoncer sous terre à la recherche d’hypothétiques racines, on va finir où ? 


Clap de début

Mais le festival pouvait enfin démarrer. Enfin, s’il pouvait démarrer c’était surtout grâce au formidable travail fourni en amont par la petite équipe organisatrice et par les nombreux bénévoles. En effet, si le premier magistrat a autorisé le service public communal à installer la scène principale, il a refusé de mettre à disposition l’équipe technique habituelle, laissant le soin à celle du festival d’assurer seule l’installation et la mise en route du groupe électrogène ainsi que le montage des plateaux son et lumière. Parmi les bénévoles, on trouvait même des agents du service public, très attachés au festival, qui avaient pris des jours de congé pour prêter main forte !

Si le festival pouvait enfin démarrer, c’était aussi que le montage du bar, du snack, de la cuisine, de la yourte, des loges pour accueillir les artistes, du magnifique décor qui parsemait le parc Jean Moulin avaient été eux aussi réalisés par les indispensables bénévoles.

Et c’est ainsi que, dès 10h du matin le mercredi, les différents ateliers étaient opérationnels, prêts à offrir pendant trois jours aux festivaliers des activités quasi permanentes : lecture, initiation aux arts du cirque, jeux d’antan, peinture, festi-mini-môme, troll ball et tir à l’arc, grande roue à pédales, observation et illustration…


Des spectacles formidables

C’est sur cette solide colonne vertébrale déployée dans le parc Jean Moulin qu’ont commencé à se dérouler les différents spectacles, s’enchainant les uns aux autres quasiment sans temps mort sur les cinq emplacements prévus à cet effet.

Un programme très circassien cette année avec notamment l’impressionnante roue de Mr Dyvinietz, les magnifiques cordes nuptiales du Circo Pitanga, le Banana Show du canadien Pierrick Saint-Pierre ou le mât chinois de l’acrobate chilien Mistral. Mais aussi de la magie pleine de poésie avec la tente d’Edgar de la compagnie La trappe à ressorts et la marionnette magicienne de Kukuryku.

Enfin, les Maraudeurs proposaient tout au long des trois jours un magnifique voyage immobile autour d’un bric à brac improbable sorti des entrailles de leur vieille roulotte.

Un public conquis

Si le festival s’adresse à toutes et à tous, de 0 à 99 ans, son cœur de cible c’est quand même les enfants. Et durant ces trois jours la cible a été atteinte ! Il suffisait de voir leurs regards attentifs, tantôt émerveillés, tantôt étonnés (voire un peu effrayés parfois...), leurs bras tendus en l’air pour participer, leur énergie débordante dans les activités ou leur concentration pendant les spectacles, pour mesurer l’importance de ces moments dans leur développement futur et leur épanouissement. Nicole Ferroni a bien raison, Festimôme est irremplaçable car il connaît la recette pour mettre sur les écrans de notre société en crise des visages d’enfants heureux !

Des soirées musicales en prime

Et en plus, à Festimôme il y aussi de chouettes soirées musicales ! Le mercredi, c’est Lionel Achenza des Raspigaous qui commençait très fort en embrasant les festivaliers avec son reggae acoustique guitare-voix. A la suite, le duo Little Silence (trio pour l’occasion avec l’apport d’un percussionniste-trompettiste) permettait à la soirée de se poursuivre dans une belle ambiance, intimiste et sensuelle à la fois.

Le jeudi c’était au tour de Swan Ink et Dissonant Nation de se succéder sur la grande scène du festival, plantée dans un décor magnifique, dominée par deux immenses cyprès et joliment mise en lumière et en son. Si les deux groupes sont originaires d’Aubagne, ils ont parcouru beaucoup de chemin depuis leurs débuts en se produisant sur de nombreuses scènes bien au-delà de notre territoire. Deux groupes aux univers musicaux très différents mais partageant la même radicalité dans leurs choix artistiques. Dans les deux cas, l’engagement et l’énergie étaient au rendez-vous !

Enfin le vendredi c’était le groupe toulousain Azad Lab et son détonnant mélange de hip-hop et de soul qui déboulait sur la scène du parc Jean Moulin, enthousiasmant un public conquis par le groove implacable des sept musiciens.


Et l’an prochain ?

A en croire les artistes présents lors de cette 15ème édition, Festimôme est un festival à nul autre pareil car il mêle programmation exigeante, accueil compétent et convivialité exceptionnelle. Il fallait avoir la chance de participer à l’un de ces improbables repas mêlant artistes, bénévoles et spectateurs autour d’une cuisine 100% maison, faite sur place (on a même eu droit à d’incroyables tours de magie : spéciale dédicace à l’époustouflant Edgar !) pour mesurer combien cette convivialité, que l’on ne trouvera jamais dans les carrés VIP en vigueur dans tant d’autres festivals, est précieuse.

Seule ombre au tableau, avec la disparition de la gratuité de la manifestation, c’est un peu de cette convivialité qui s’en va. Un peu de public aussi, les parents et grands-parents n’ont d’ailleurs pas manqué de dire combien ils déploraient cette disparition en découvrant la caisse à l’entrée du festival. Pas seulement pour eux, mais pour ceux qui pour cause de moyens financiers insuffisants ne sont venus qu’un jour avec leurs enfants voire ne sont pas venus du tout…

Comme l’a dit Gérard Gazay lors de l’inauguration, Festimôme n’a plus besoin de faire ses preuves car ses quinze éditions couronnées de succès plaident pour lui. On ne peut pas en dire autant du maire d’Aubagne qui doit lui faire la preuve, sonnante et trébuchante, de son attachement au festival jeune public d’Aubagne en revenant sur l’amputation de sa subvention et en lui apportant le soutien technique que la Ville lui a toujours accordé par le passé.

Alors Mr Gazay, joignez les actes à la parole et en 2017, Festimôme pourra de nouveau ouvrir grand ses portes à tous les enfants d’Aubagne et d’ailleurs, sans exception !

 

Redha Romani

 

 

 

 

 

 

Le Ravi s’invite au pays des santons

leravi conseil municipal aubagne 

Les séances du Conseil Municipal d’Aubagne vont-elles devenir l’espace politique le plus prisé des médias de notre région ? On s’est habitué à la couverture descriptive et souvent bienveillante de nos collègues de « La Provence ». On apprécie l’angle critique de nos amis de « La Marseillaise ». Nos modestes chroniques visent quant à elles à faire sourire, sans s’interdire parfois de réfléchir. Et voilà que la séance du 25 mai, qui n’offrait pourtant pas un ordre du jour bien affriolant, fait l’objet d’un compte rendu sur une pleine page dans l’édition de juin du mensuel satirique « Le Ravi ».

Lire la suite : Le Ravi s’invite au pays des santons

Aubagne fête son Patrimoine

journees patrimoine2016

Le week-end des 17 et 18 septembre 2016, l'Europe se met au diapason (pour une fois) et demande aux États, Régions et Cités de mettre en avant leur patrimoine. Ce sera chose faite à Aubagne qui met un coup de projecteur sur son abbé le plus célèbre : Barthélémy l'académicien.


On le sait, presque on nous le rabâche depuis le début 2016, Aubagne est fière d'être en Provence. Une affirmation patrimoniale s'il en est, même si elle n'a rien d'officielle. Elle est tout aussi fière de ses académiciens au premier rang desquels Pagnol trône en sainteté. Encore plus que l'abbé Barthélémy qui n'a pourtant rien à lui envier, puisqu'il s'est fait une place au soleil (de Paris) en devenant proche des Choiseul qui le tireront du guêpier de la Révolution grâce à une intervention du Comité de Salut Public. Mais ils ont un autre point en commun : ils ne sont que trés peu d'Aubagne. Pagnol y est né par hasard quand à l'Abbé il est né à Cassis !

Mais ne soyons pas trop injustes : à l'heure où il ne se passe plus grand chose à Aubagne, soutenons l'initiative qui sans doute saura séduire les plus âgés d'entre nous (dont je fais partie !), et saluons le travail du service public qui, dans le domaine du patrimoine pour ce sujet, a toujours su faire un travail de grande qualité avec des moyens trés souvent modestes.

L'abbé Barthélémy

Donc, à l'occasion du tricentenaire de la naissance de l'Abbé Barthélémy, une exposition se tiendra à la médiathèque Marcel Pagnol du 9 au 21 septembre. Nous pourrons y découvrir ses passions et elle viendra illustrer sa vie d'érudit qui le fera reconnaitre à la cour de Louis XV. Nous pourrons également découvrir des documents témoins du monuments érigé à sa gloire en 1828 et aujourd'hui disparu de l'espace public aubagnais.

Le samedi 17 septembre sera consacré à la découverte de la villa Barthélémy et ses jardins qui seront ouverts au public pour l'occasion. Cette journée se clôturera par un ciné concert produit par l'association marseillaise Cinémémoires qui présentera des films amateurs tournés à Aubagne entre 1930 et 1970. Mais vous devrez vous inscrire pour y participer. Il est vrai que ces initiatives remportent généralement beaucoup de succès et que le nombre de places est limité. Un numéro de téléphone : 04 42 18 18 87.

Les Amis du Vieil Aubagne

Le 18 septembre, dimanche donc, l'association Les Amis du Vieil Aubagne créée par Raymond Amy et aujourd'hui présidée par Claude Valentin, n'a de cesse de mettre en valeur le patrimoine aubagnais. Elle travaille depuis maintenant 4 ans à la retauration de la façade de la maison dite du complot. Un énorme challenge pour cette association qui n'en mène par pour autant moins d'activités pour continuer à mettre à la disposition du plus grand nombre les différents objets du patrimoine de notre ville.

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, l'association est bien présente avec une visite d'Aubagne sur le thème de la citoyenneté ! De qu'elle citoyenneté parlons-nous ? Sans doute de celle d'un autre temps qui semblait faire des chapelles des congrégations de Pénitents des "hauts lieux de citoyenneté". Il y aurait là un vrai débat car la définition de la citoyenneté a largement évolué au fil des âges. Une définition reprise sur le Larousse plante assez bien le décor de la citoyenneté aujourd'hui : "Juridiquement, la citoyenneté peut être définie comme la jouissance des droits civiques attachés à la nationalité, c'est-à-dire la jouissance de l'ensemble des droits privés et publics qui constituent le statut des membres d'un État donné qui les reconnaît comme tels." 

Or les Pénitents étaient des congrégations de laïcs assujétis au catholicisme. Pour Hervé Barelli*, « Les pénitents d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, qui ne sont que des laïcs, répondent à une double nécessité ; une nécessité sociale, puisqu'ils participent à différentes activités de leur communauté, comme l'assistance aux agonisants, l'enterrement des morts, le secours aux malades, et une nécessité spirituelle, traditionnelle parfois, comme l'organisation des fêtes religieuses et des processions, ou actuelles comme le souci, dans une société marquée par l'indifférence, d'y maintenir un peu de fraternité et de chaleur humaine... »

Même s'il existe toujours des congrégations de Pénitents, surtout dans notre midi d'ailleurs, il semble bien qu'elles soient comparables à des clubs services plutôt qu'à de vrais organes servant à développer la citoyenneté des femmes et des hommes.

Il sera peut être question de ce débat lors des visites des deux chapelles de Pénitents fermées au public qui seront ouvertes pour ces journées du patrimoine. Les Pénitents noirs ayant été transformés en centre d'art voilà une petite dizaine d'année et donc largement à la disposition du grand public. Ces visites seront couplées à celles du clocher de l'église Saint Sauveur, toujours sur les hauts d'Aubagne. Vous pourrez y saluer Din, Dan, Marguerite-Noëlle-Joséphine-Paule et Marie-Marcelle-Félicie-Jeanne. Mais pour rencontrer ces cloches il faudra obligatoirement vous inscrire. Le clocher est étroit et les cloches prennent beaucoup de place. Et cela est malheureusement une vérité définitive.

Benoit Jancet

 

Renseignements & Réservations : Service Archives-Patrimoine Mairie annexe 1er étage - 2, rue de la Liberté - 13400 Aubagne - 04.42.18.18.87 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

* Hervé Barelli, Les Confréries de Pénitents de Saint-Étienne de Tinée, Nice-Historique, 1993, p. 128

Médiathèque : ça va mieux ?

mediatheque

D'après nos informations, la Médiathèque Marcel Pagnol retrouverait quelques marges de manœuvres. En effet, le budget 2016 pour l'acquisition de livres et de films sera, sauf mauvaise surprise, réévalué. Vous me direz, ce n'est pas bien difficile vu qu'il était à zéro, ou presque.

Les agents de la Médiathèque n'ont pas voulu accepter cette situation*, et ont réussi à se faire entendre, Gazay leur promettant de se faire aider par les institutions partenaires.

La Direction Régionale des Affaires Culturelles devrait mettre la main à la poche : 20 000€. À la condition expresse que la Mairie d'Aubagne fasse de même !

N'oublions pas que le budget était de quelque 100 000 € sous la mandature de gauche. Mais heureusement que le gouvernement socialiste est là pour sauver les maires de droite qui n'ont plus d'argent. Rappelez-vous, il y a à peine 2 mois, notre ministresse de l'éducation a apporté 2 millions d'euros à Gaudin pour qu'il refasse les écoles de Marseille qui étaient en train de s'écrouler, en se félicitant du travail effectué bien que cela ne fasse pas partie des compétences de l'État de financer les écoles primaires.

C'est la prime aux cancres !

Benoit Jancet

 

* À lire aussi :

Contre la disparition des budgets la médiathèque se prépare à la grève

Médiathèque : recul de Gazay

Médiathèque : les inquiétudes demeurent

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Mournaud fait du cinéma +

    La ville ne sait plus quoi inventer pour communiquer sur les travaux "pharaoniques" prévus en centre ville : on refait la chaussée sur 300 mètres linéaires ! Lire la suite
  • Les convictions de Giovanni +

    Schipani avec Bruno Gilles Givanni Schipani, élu "Les Républicains" au conseil municipal d'Aubagne a une caractéristique en commun avec Harkane, élue du PS à Aubagne : ils sont, tous les deux, mus par une même conviction, leur arrivisme. Lire la suite
  • Bourse du Travail : ça chauffe ! +

    Avec la brutalité et le dogmatisme qu'on lui connaît, dès les premiers mois de son élection, Gazay décidait l'expulsion des syndicats et des associations qui se trouvaient à la Bourse du Travail. Il avait commencé en supprimant le Festival d'Arts Singuliers. Puis il a poursuivi avec la tentative d'expulsion du Lire la suite
  • "Ils sont toujours présents en moi" +

      Jeudi 9 février, après une journée de travail bien dense, il fait déjà nuit... Je pars pourtant sous la pluie, avec la détermination inaltérée d'aller au Cercle de l'Harmonie. Dans ce lieu recoloré désormais par de multiples initiatives culturelles, politiques, associatives, a lieu, ce soir-là, la présentation d'un livre Lire la suite
  • Bien Vivre en Pays d'Aubagne : une association d'élus de droite ? +

    Pour "se faire mousser", Giovanni Schipani, l'élu qui rend les jeunes vieux, multiplie les louanges de toutes les personnes qu'il rencontre, comme s'il était le chef politique du clan des élus de droite du territoire. Le 15 février, avec d'autres élus, il a été reçu par une "nouvelle" association "Bien Lire la suite
  • Duchemin trace son chemin +

    Duchemin trace son chemin Auguste Duchemin arpente les lieux de restauration de notre territoire depuis 6 mois maintenant.  Le plaisir des papilles a été le plus souvent au rendez-vous. Les commentaires des lecteurs furent divers, jusqu'à nous accuser de vendre notre âme au Diable car nous "vendions" de la pub. Il n'en a jamais été Lire la suite
  • Gag-piscine sur le site de la ville +

    Toujours à la pointe de l'information sur le net, le service propagande de la ville communique sur le site, sur facebook et sur twitter, les horaires d'ouverture de LA piscine d'Aubagne (la piscine du Bras d'Or étant définitivement fermée pour satisfaire la volonté de spéculation immobilière du maire) pour les Lire la suite
  • 1