La Bible des Anars : Anthologie des grands textes de l'anarchisme


La ible des anars : Anthologie des grands textes de l'Anarchisme

Oyez ! Oyez ! Braves gens, venez balayer une idée reçue : l'anarchisme n'est pas le désordre, le chaos ni la chienlit !

Ce que nous appelons anarchie, c'est à dire étymologiquement l'absence (an-) d'autorité et de pouvoir (-arkhê) est en opposition avec l'anomie qui, elle, caractérise la perte des repères structurels, des règles de vie, bref l'avènement du chaos social. Autrement dit, lorsque l'on dit par exemple "dans cette équipe, c'est l'anarchie la plus complète" pour signifier que le désordre règne, nous devrions plutôt dire "dans cette équipe, c'est l'anomie la plus complète". Mais en leur temps, les théoriciens de la gauche dite scientifique ont préféré discréditer un courant de pensée, au début pacifiste, pour mieux le réduire au silence, ce qui poussera certains anarchistes de la fin du 19ème siècle à choisir la propagande par le fait comme stratégie d'action politique. 

Le livre en lui-même compile les textes des grands penseurs de l'anarchisme dans l'ordre chronologique. Christophe Verselle introduit chacun d'entre eux en les re-contextualisant et en dressant une biographie succincte de l'auteur. Parmi les plus remarquables et étonnants, vous croiserez Etienne de La Boétie, le Marquis de Sade, Max Stirner, Proudhon, Bakounine, Elisée Reclus, Octave Mirbeau. Mais il faudra prêter une attention soutenue à deux auteurs particulièrement pertinents : Alexis de Tocqueville et François Koenigstein dit Ravachol.

Ravachol, lors d'un discours prononcé au cours de son procès, rappelle que "seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable", il se demande si "tous ceux qui ont du superflu s'occupent [...] de savoir s'il y a des gens qui manquent des choses nécessaires". Il met la société d'alors devant ses paradoxes : "Il y a bien des gens qui plaindront toutes ces victimes, mais qui vous diront qu'ils n'y peuvent rien. Que chacun se débrouille comme il peut ! Que peut-il faire celui qui manque du nécessaire en travaillant, s'il vient à chômer ? Il n'a qu'à se laisser mourir de faim. Alors on jettera quelques paroles de pitié sur son cadavre. [...] J'aurais pu mendier : c'est dégradant et lâche et même puni par vos lois qui font un délit de la misère".

Quant à Alexis de Tocqueville, l'intuition qui lui inspire cette prémonition est saisissante : "Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs [...] Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine [...] Au-dessus de ceux-là, s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort [...] il ne cherche [...] qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. [...] C'est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l'emploi du libre arbitre ; qu'il renferme l'action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu à peu chaque citoyen jusqu'à l'usage de lui-même."

A lire absolument !

Camille Alexandre

 

La Bible des Anars - Textes choisis et introduits de Christophe Verselle - Editions 89 collection Librio idée - 3€ - 94 pages - ISBN 978-2290118696

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR