L'effet Mère, restaurant bistronomique


Aujourd'hui, nos pas nous éloignent un peu du centre ville et nous allons déjeuner à l'Effet Mère, un petit restaurant au 40 avenue des Goums, avant le Pont de la Californie.

C'est pratique, la station de tram Ravel-Decroix est juste devant, et le parking-relais gratuit du reste, de la Californie est en face.

L'Effet Mère, c'est une histoire de frères et de potes. L'un d'eux, Guillaume, a eu le cran de se lancer dans l'aventure et a ouvert un petit resto bistronomique. Ses potes l'aident, régulièrement ou de temps en temps, à la cuisine, au service, à l'accueil, rivalisant de sourires irrésistibles (oui, ils sont tous jeunes et beaux !).

La carte est réduite comme il se doit et se renouvelle, signe de fraîcheur et de qualité : environ 5 entrées, 5 plats et 5 desserts, auxquels viennent s'ajouter un plat et un dessert du jour.

A midi, le plat du jour est à 12 €, la formule plat + dessert du jour à 15 €. Si on préfère une entrée de la carte, il nous en coûtera 9 €, 17 € pour un plat, 6 € pour un dessert, et le trio pour 29 €.

Mais assez parlé d'argent, laissons place au plaisir ! Car les assiettes sont génialement belles et bonnes. Elles sont magnifiques, généreuses et joyeuses, composées comme des tableaux gourmands et pleins de couleurs. Une belle variété de légumes de saison aux textures contrastées y accompagne des viandes ou poissons toujours cuits à la perfection.

Vous pourrez par exemple déguster un sauté de veau fondant, avec polenta aux olives, patate douce rôtie et assortiment de légumes brillants et colorés, délicatement épicés.

Tout est fait avec soin, générosité et amour. Quel bonheur !

Et la carte des vins, petite aussi, est bien sympa, et ajoute au plaisir gustatif.

Alors allez vite vous y régaler, de crainte que l'Effet Mère ne soit… éphémère !...

Augustre Duchemin

 

effetmere002

 

effetmere003

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Hôpital : mobilisation générale le 5 août ! +

    L'Agence Régionale de Santé (ARS), après avoir renouvelé pour 5 ans, le 16 décembre 2016, l'autorisation d'activité du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne, a fait savoir sa décision de transférer ce service à la clinique privée La Casamance. Depuis, les organisations syndicales, regroupées au sein d'une intersyndicale, des citoyens, des Lire la suite
  • Le quotidien La Provence ne se vend plus +

    D'après des indiscrétions du secteur commercial la diffusion de La Provence sur Aubagne serait en chute libre. On parle d'environ 300 journaux quotidiens diffusés pour environ 20 000 familles. Lire la suite
  • Accessibilité encore +

    Beaucoup d'articles dans la presse quotidienne sur l'accessibilité et la mobilité des personnes à mobilité réduite. Il nous semble, au travers de ces articles, qu'il y a un décalage entre les paroles et les actes affichés par la municipalité. Volontarisme de façade contredit par les réalisations concrètes, et à ce propos, Lire la suite
  • Plus de nettoyage à la médiathèque ? +

    Le 21 avril, Gazay avait convoqué un Comité Technique pour proposer une réorganisation du service nettoiement des bâtiments communaux pour "économiser" 287 000€. Lire la suite
  • Ramassage des déchets : des problèmes d'effectif +

    Depuis plusieurs mois maintenant, dans tous les quartiers de la ville, le nombre de celles et ceux qui se plaignent du manque de propreté ne cesse d'augmenter. Il en est de même pour l'entretien de la voirie, des espaces verts et des équipements de proximité.  Lire la suite
  • Le miroir aux alouettes +

    Une remarque faite lors d'une discussion à bâtons rompus au sujet de l'article « Aubagne balle au pied » paru dans l'AJJ de juillet : "La personne qui l'a écrit n'est pas d'Aubagne et en plus il n'a qu'un pied celui là, il ne doit pas être très bon au foot". Lire la suite
  • Quid du Plan Propreté du candidat Gazay ? +

    Il y a les mots, les palabres, les grands discours que l'on assène devant une assemblée acquise. Et puis il y a les faits qui démontrent, démontent et enterrent. En 2014, le candidat Gazay revêtait ses plus beaux tissus pour se muer en Monsieur Propre. En 2017, la ville est Lire la suite
  • 1