La cantine bio de Satoriz


Le début des années 2000 marque l’apparition de préoccupations autour du manger « bon pour la santé ». Le bio s’impose alors comme un mode de vie chez une frange de la population adepte du vélo, et particulièrement critique à l’égard de la ville déshumanisée des zones commerciales.

Symbole de ces paradoxes, l’enseigne « Satoriz, le bio pour tous » et ses 31 magasins ne cachent pas leur ambitions de massifier ce mode de vie. A Aubagne, dans la zone industrielle des Paluds sur la route de Gémenos, on y vient avec son 4x4 pour acheter ses mouchoirs recyclés. Au fond de la salle, est installé l’un des 4 restaurants ouverts en France. La Cantine bio est un havre de paix, à l’abri de la sonnerie des portables, ouvrant sur une terrasse des plus agréables aux beaux jours.

La formule est simple et préparée avec les aliments en vente dans le magasin : 4 plats au choix avec une viande, un poisson, une protéine végétarienne ou une tarte salée, tous accompagnés de 4 assortiments (2 légumes cuits, une salade et une céréale) préparés de la façon la plus saine possible. Tout est bio, et les préparations sans gluten ou sans lait sont notifiées d’un sigle (SG ou SL). De quoi redonner le sourire aux allergologues, et l’appétit aux pourfendeurs de la mal bouffe. Côté dessert, les fromages frais font la part belle à des salades de fruits de saison (sans sucres ajoutés), et des pâtisseries préparées sur place, dont un moelleux chocolat – châtaigne avec des morceaux de marrons entiers.

Si vous souhaitez percer les secrets de fabrication de ces mets, il vous faudra affronter le sérieux et la concentration du Chef, qui de temps en temps sort de son antre pour assurer le service. Mais c’est dans une atmosphère très détendue, et toujours souriante, que les serveurs viendront prendre la commande et vous apporter les assiettes avec une rapidité hors normes.

Les tarifs sont tout-à-fait raisonnables pour une cuisine saine, préparée avec sincérité si ce n’est avec passion : 19 € pour un plat + dessert ou 14 € pour une assiette végétarienne + dessert. Les menus enfants, identiques à ceux des grands mais en quantité moindre, sont à 9,50 €. Pas de quoi en faire tout un fromage de brebis. Un service à emporter est également assuré.

Le lieu est ouvert du lundi au samedi de 12 h. à 14h. pour la partie restauration puis jusqu’à 17 h. pour la partie salon de thé. A noter que les boissons lactées (chocolat, thé…) vous seront servies avec du lait végétal. Pour y accéder autrement qu’en voiture, l’endroit est desservi par les lignes de l’agglo n°1 et 7, ainsi que par les navettes Cartreize n°102, 69 et 68.

Le bio a passé le stade de la mode alimentaire pour embrasser une façon d’être. Les producteurs d’une agriculture raisonnée telle qu’elle se pratique en Pays d’Aubagne ne s’en plaindront pas. Elle réunit (souvent) des sensibilités diverses, adorateurs de Nicolas Hulot ou fan club de Jean-Luc Mélenchon et de son taboulé au quinoa. Même si on ne mangerait pas des graines tous les jours, il serait dommage de se priver de temps à autre d’une nourriture de qualité, gouteuse pas forcément plus coûteuse.

 

Auguste Duchemin

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Conseil municipal de Cuges : Le Roi est nu +

    Fait rarissime qui traduit à lui tout seul la déliquescence de la majorité de Bernard Destrost, maire de Cuges les pins, le conseil municipal de lundi 26 juin a du être reporté faute de quorum. Seuls 12 élus de la majorité (sur 20) étaient présents, le quorum étant de 14 Lire la suite
  • Conseil de territoire inutile: la preuve ! +

    Depuis le 1er janvier 2016, le gouvernement Hollande/Valls avec l'accord du maire de Marseille, a supprimé  6 communautés d'agglomération du département des Bouches du Rhône (ici, la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile) pour créer une "monstropole", de 92 communes, 3173 km² et 1,83 millions d'habitants. Lire la suite
  • Les femmes et le philosophe +

    Cette semaine, Raphaël Enthoven, philosophe de son état, et accessoirement chroniqueur tous les matins sur Europe 1 dans la matinale, a abordé le "phénomène" du manspreading. Pour rappel, il s'agit de l'action d'écarter ses jambes dans les transports en commun de sorte que l'on occupe plus que son propre siège Lire la suite
  • L'intersyndicale et les élus d'opposition +

    Les élus du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologiste » ont rencontré l’intersyndicale de l’hôpital vendredi soir. L’échange a permis de revenir sur la déclaration éloquente et étayée de l’intersyndicale après son rendez-vous avec l’ARS (voir notre article). Ils et elles en retiennent le mépris, on les comprend ! La discussion a Lire la suite
  • Du théâtre avant toute chose +

    Depuis 2009, l'atelier théâtre Zone&Cie explore les multiples facettes du théâtre contemporain en s'attaquant chaque année à une oeuvre exigeante de ce répertoire avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. On se souvient entre autres du travail original et inventif que la troupe et son metteur en scène ont réalisé par le passé sur "Jardinage humain" Lire la suite
  • Témoignage d'un salarié de la SPL "L'eau des Collines" +

    Après notre article sur les nouvelles plaques pour "L'eau des Collines", nous avons reçu ce témoignage d'un salarié qui vient de quitter cette Société Publique Locale qui n'a plus de "publique" que le nom.  Lire la suite
  • Centre ville : tout ça pour ça ? +

    En novembre 2016, dans un grand show à l'Espace des Libertés, devant un parterre choisi de 400 personnes, le maire d'Aubagne expliquait que "l'année 2017 allait être une année de grands travaux... que le centre ville serait bouleversé pour enchanter le monde... qu'Aix et Cassis nous envieraient...". Lire la suite
  • 1