Chroniques ciné

Swagger

Swagger est un documentaire signé par le réalisateur français Olivier Babinet. Onze portraits de gamins et d’adolescents vivant dans une cité d'Aulnay sous bois.

Jusqu’ici, on pourrait pensé que ce documentaire traite d’un sujet déjà exploité maintes fois. Certes, mais l’important est la façon dont on nous le raconte. Et ici, on ne peut que féliciter le réalisateur qui, par ses choix de réalisation et de portraits, nous bouleverse tant sa proposition est innovante.

Ce documentaire atypique, et pourtant accessible à tous, nous plonge dans l’univers des cités où ces gamins/adolescents ont des rêves de vie. Leurs énergies, leurs déterminations, leurs regards justes les transforment en héros et laissent à croire qu’ils sont de taille pour contribuer au monde de demain. Il faut seulement leur en donner la possibilité.

Swagger fait parti de ces films qui donnent à chacun d’entre nous la force de construire, la force de continuer le combat pour une société plus juste.

Frida Lacot

 

Le Petit Locataire

Le premier film de la réalisatrice Nadège Loiseau, on attend déjà avec impatience le second !

Le Petit Locataire, c’est l’histoire d’une famille brinquebalante dans laquelle la mère apprend à 50 ans qu’elle est enceinte : scénario classique qui évite tous les écueils de la banalité et nous entraine dans la vie émouvante de cette petite famille. Film drôle où on y rit (beaucoup) et on y pleure (un peu) et où les personnages sont, à la fois frais, tendres, vrais. Karine Viard, c’est une banalité de le dire, est exceptionnelle et est entourée d’acteurs qui portent, avec enthousiasme, leurs rôles.

Un film intelligent, véritable bouffée d’air pur dans un monde qui en manque cruellement.

Antoine Cesano

Le client

Film iranien de Asghar Farhadi, prix du scénario et d’interprétation à Cannes. 

Le Client bat des records d’entrée en Iran peut être parce que comme l’affirme le réalisateur, qui a su contourner la censure, il est le reflet de ce qu’est, aujourd’hui, la société iranienne.Société qui se fracture, à l’image de l’immeuble dans lequel habite ce couple d’intellectuels, personnages principaux du film ; place en Iran de la femme humiliée qui n’ose pas porter plainte ou place de la femme qui a le courage et la grandeur de pardonner ; place dominante de l’homme dont la parole suffit à porter la violence.

Asghar Farhadi propose, à nous spectateurs européens, une lecture ouverte sur les mœurs de l’Iran du 21eme siècle.De remarquables acteurs, un scénario passionnant valorisent, de bout en bout, un film qui pose, en lui, des questions universelles.

Antoine Cesano

 

Docteur Strange

Une fois n'est pas coutume. Notre mardi cinéma sera consacré à un blockbuster venu tout droit de la galaxie Marvel.

Docteur Strange est un super héros un peu à part : il tient ses pouvoirs des sciences occultes. Après un accident de la route qui lui fait perdre ses mains (dommage pour un neurochirurgien), il part pour le Népal dans l'espoir de retrouver son intégrité physique. Ce qu'il y trouve le plonge dans un univers fantastique : le multivers.

Assez fidèle à la BD, le Stephen Stange du film gagne en humour. L'interprétation de Benedict Cumberbatch est impeccable. Les studios Marvel ont d'ailleurs attendu qu'il soit libre pour lancer la production du film. Ils ont bien fait.

Les effets spéciaux sont à couper le souffle, même si le genre a beaucoup donné de ce côté là. Côté scénario, c'est un peu moins vrai. L'histoire est coupée en deux. La première partie est consacrée à l'initiation du Docteur. Dans la seconde commence la bataille avec le super méchant Dormammu exilé dans la dimension noire et qui ne rêve que d'en sortir.

Le blockbuster de Scott Derrickson (Délivre‑nous du mal, Sinister) est superbement servi par la musique de Michael Giacchino (La haut, Vice Versa, Star Trek...). C'est une réussite du genre.

Benoit Jancet

 

 

Moi, Daniel Blake

Moi, Daniel Blake, Palme d’or 2016 à Cannes. Ken Loach et son scénariste Paul Laverty à nouveau couronnés. Il ne pouvait pas y avoir plus juste récompense !

Moi, Daniel Blake, c’est l’histoire simple de deux êtres humains écrasés par la société anglaise. Histoire banale de deux exclus dont on aurait pu jamais entendre parler. Ken Loach est sorti d’une retraite annoncée pour les magnifier. Daniel, ébéniste, malade, inapte au travail…est obligé d’en trouver, Katie mère de deux enfants est aspirée par la misère. Leurs routes vont se croiser et ensemble ils vont s’épauler, faire face. Magnifiques, émouvants, fraternels, ils vont affronter les rouages d’une administration toujours thatchérienne. Les plus humbles, les plus conscients vont les aider : la solidarité a, ici, un sens.

Ken Loach, l’insoumis, est aidé dans son entreprise par son scénariste, Paul Laverty, une complicité de trente ans. Ils avaient ensemble triomphé à Cannes avec le remarquable Le vent se lève. Ils réalisent, ici, un chef d’œuvre exceptionnel ! A voir absolument et à recommander aux vrais amis .

Antoine Cesano

 

Ma vie de Courgette

Courgette, c’est le « petit nom » que sa maman lui a donné… Lorsque Courgette est amené dans un orphelinat après le décès de sa maman qui aimait un peu trop l’alcool, il exige que chacun des enfants le prénomme ainsi…

Ce film d’animation nous plonge dans la vie de gamins abîmés par des adultes malveillants avec humour,  délicatesse et poésie. On retiendra de ce bijou l’espoir que nous offrent ces gamins qui ont compris que l’amour et la solidarité pouvaient permettre de mieux vivre ensemble et d’être heureux.

La vie de courgette fait partie de ces films qui vous hantent  et que vous avez envie de faire découvrir au plus grand nombre.

Frida Lacot

 

 

Miss Pérégrine et les enfants particuliers

Un conte fantastique de Tim Burton qui annonce, ici, son retour.

Jacob découvre,  à la mort de son grand père, un monde mystérieux qui le conduit dans un lieu magique : la maison  de Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers.

Et nous voilà embarqués, pendant plus de deux heures, dans une aventure hors du commun où Miss Pérégrine et les Enfants, par leur pouvoir magique, ne cessent de nous émerveiller. Jacob le « terrien » va découvrir sa propre particularité et nous montrer combien les différences sont porteuses d’espoirs.

Beaucoup d’humour, de beaux effets spéciaux (la mise à flots du bateau fantôme !), de splendides décors, de somptueux costumes et des personnages attachants aident à accepter un scénario un peu trop alambiqué.

Un divertissement familial, peut être, plus accessible aux adultes qu’aux enfants.

Antoine Cesano

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Quatre FIFA par an ? +

    Le Festival International du Film d'Aubagne a débuté ce lundi 2O mars, jour du printemps. La soirée d'ouverture a été une immense réussite. Lire la suite
  • 29 mars : panique au conseil municipal +

    A l'occasion d'une entrevue avec les associations et organisations syndicales qui siègent à la Bourse du travail, Gazay a affirmé "qu'il ne voulait plus entendre parler de la Bourse du travail à Aubagne et qu'il allait engager une procédure pour obtenir l'expulsion des occupants". Lire la suite
  • Six rendez-vous avec la France Insoumise +

      Ce dimanche 18 mars, la campagne des élections présidentielles a connu son rassemblement le plus important (130.000 personnes) avec la marche organisée à Paris, pour une 6ème République, à l'initiative du mouvement France Insoumise et de Jean-Luc Mélenchon.  Lire la suite
  • Les gendarmes à la mairie de Cuges +

    Mèfi ! a été le seul média à faire connaitre la désastreuse conclusion du conseil de discipline convoqué à la demande du Maire et de son équipe en vue d’obtenir la révocation du directeur du service technique (DST) de la commune. Lire la suite
  • L’autre côté de l’espoir +

    L’autre côté de l’espoir ¨L’autre côté de l’espoir¨, encore un grand moment de cinéma. Khaled fuit la guerre et ses horreurs, Wikstrom sa femme alcoolique. Le premier est jeune réfugié syrien qui, arrivé en Finlande par hasard, est demandeur d’asile ; le second abandonne son métier de représentant en lingerie et achète un restaurant au Lire la suite
  • Arbres ou caméras : Gazay a choisi +

                                               Aux services techniques de la ville, il existe depuis des années un "monsieur arbres", chargé d'assurer l'entretien de ces végétaux, voire, en cas de maladie incurable, de les remplacer.  Lire la suite
  • France Insoumise organise son premier débat ce jeudi +

    Ce jeudi 23 mars, à 18h, au cercle de l'harmonie, réunion publique de la France Insoumise avec Mehdi Kemoune et Sarah Soilihi. Lire la suite
  • 1