La MJC devient l'Espace des Arts et de la Jeunesse


gazay ma tuer

Il ne lui manquera que la parole... On entend dire que le maire, malgré tout surpris par la réaction et la résistance de la MJC au projet municipal la concernant, veut à tout prix et rapidement démontrer qu'il ne s'agit nullement de mettre fin à l'activité du lieu mais bien au contraire de le développer.

Pour cela, ordre a été donné de faire revenir dans les locaux nombre d'activités qui s'y trouvaient, dans un premier temps avec comme seule priorité celles qui concernent la tranche d'âge 13/25 ans puis, face à la pression de tous les autres publics, d'y intégrer également les activités pour les adultes. 

On a commencé par transformer physiquement la maison et on s'est donc attaché à effacer les traces du proche passé en repeignant les murs d'un blanc qui dès l'entrée frappe la vue. En relookant certains supports comme les portes de graphs bien propres et inoffensifs ; histoire de faire comprendre, au cas où cela nous échappe, la destination du projet : la jeunesse.

Puis on a racolé les animateurs d'activité de l'ex-MJC, afin de les "remettre dans la boucle". On sait que certains ont hésité à jouer le rôle du lapin dans ce tour de passe-passe, mais comme toujours et plus particulièrement dans le secteur de la culture, c'est l'engagement pour le public qui l'emporte et qui fait accepter le compromis face aux manipulateurs.

D'autres, ont décliné la proposition avec à l'appui de savoureuses métaphores à la Feydeau : "En retournant à la MJC j'aurais l'impression de me coucher dans le lit encore chaud du passage de la maîtresse de mon mari".

Il fallait bien aussi trouver un autre nom. Nous sommes désormais dans L'Espace des Arts et de la Jeunesse ; une appellation visiblement imaginée à la fin d'une réunion, par un état major administratif en état d'urgence, car pour faire aussi « standard » osons le terme « ringard » on ne peut qu'avoir réfléchi dans la précipitation et avoir été mis sous pression d'une direction politique municipale empressée de démontrer qu'aucun chaos n'a remué les Aires Saint Michel ces derniers mois.

"Taisez-vous, ici il ne s'est rien passé, d'ailleurs regardez !" 

Oui regardons : et tout d'abord faisons nous cette première remarque : le maire nous a expliqué, en son temps, que la MJC devait comme toutes les autres associations contribuer à l'effort pour assainir les finances de la ville, obsédée par la réduction de la fameuse dette. On a eu droit aussi au couplet sur une soi-disant mauvaise gestion de l'association (couplet très « malveillant » tout le monde en convient). C'est la raison pour laquelle la subvention de la MJC a été réduite en deux exercices de presque 50 %. On sait que cette politique a bien sûr étranglé la structure, mais lui a fait perdre aussi l'éligibilité à d'autres financements venant de la Région ou du conseil Départemental, en particulier au service de la dynamique de programmation autour des musiques actuelles. Un perte de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

En toute logique on aurait pu s'attendre à une très grande sobriété dans la gestion à venir. On devra la chiffrer plus précisément mais une simple observation de ce qui se passe nous laisse dubitatif : réinjecter dans la structure du personnel municipal (au moins 3 agents) tout en récupérant pour d'autres services de la mairie une partie du personnel qui était en poste jusque-là (3 autres agents ; là-aussi on aura bien pris soin de ne pas conserver dans les murs le personnel qui y était déjà et disposait d'une grande expérience du secteur), reprendre en régie l'embauche directe ou par convention avec des associations les animateurs qui étaient jusque-là rémunérés par la MJC, envisager un budget de fonctionnement, mais surtout, pour rouvrir la salle de spectacle, passer par une remise aux normes et un réinstallation technique (avant toute possibilité d'ouverture) et devoir investir pour cela un gros budget : on parle de 100 000 euros !

Vous y croyez vous à l'effort partagé et à la gestion rigoureuse ? De ce point de vue, ça part très mal.

Non, la vérité est ailleurs

La vérité est à rechercher dans la volonté de l'équipe municipale en place de contrôler un espace de parole, effacer du vocabulaire l'expression Education populaire, devenue un gros mot dans cette ville, faire disparaître un projet associatif que portait depuis 40 ans la MJC d'Aubagne, assujettir l'activité du lieu au profit et à l'évaluation quantitative.

D'ailleurs on observe cette politique dans de nombreuses villes dirigées par la droite. Il faut savoir que de 3000 MJC dans les années 70-80 elles sont au nombre de 1500 aujourd'hui.

Elles se sont passé le mot et la méthode

Ces villes méprisent des choses fondamentales qui font des MJC des espaces où se vit du lien, de l'apprentissage et des responsabilités. Des lieux où circulent la parole et le débat. Des espaces d'expression démocratique et surtout indépendants de tout pouvoir politique. Quelque chose d'insupportable pour l'équipe municipale aux manettes aujourd'hui.

Il y a là, comme le dit le philosophe et psychanalyste Miguel Benasayag, une « Vision stupide d'émiettement social qui conduit nos dirigeants à considérer que toute institution doit être rentable, mise en concurrence avec d'autres et être évaluée à travers ce prisme ».

Toutes ces choses là, on les a déjà entendues ces derniers mois dans le combat que menait la MJC. 

La différence aujourd'hui c'est qu'un nouveau projet voit le jour, avec, par incompétence, un gros retard au démarrage. Un projet complètement contrôlé par le maire cette fois-ci. Nous entrons dans le concret et nous allons pouvoir nous amuser désormais à pointer toutes les contradictions, les faux semblants et dévoiler les vérités cachées.  

Car en ce qui nous concerne on ne nous a pas confisqué la parole.

Robin des Aires

 

LE RAMI DES MAMIES

  • Les mamies : course de fond +

    Les mamies sont perplexes, elles se demandent si le petit monde politique en général et celui aubagnais au passage, n'est Lire la suite
  • Les mamies aimeraient voyager +

    Les mamies aimeraient voyager Nos mamies aimeraient bien aller voir du pays. Oh pas bien loin, aller au moins pratiquer leur distraction favorite dans Lire la suite
  • Les mamies : y a plus dégun ! +

    Les mamies : y a plus dégun !   Nous sommes devant un changement de civilisation, toutes nos têtes bien pensantes l'affirment. Où va nous mener ce monde Lire la suite
  • Le rami des mamies : il vaut mieux se soigner +

    Le rami des mamies : il vaut mieux se soigner Les mamies s'étonnent de ne parler que d'événements nationaux. C'est que l'actualité aubagnaise n'est pas très dense. Et pourtant il Lire la suite
  • Les Mamies vous présentent leurs voeux +

    Les Mamies vous présentent leurs voeux   En cette période de présentation des vœux, les Mamies devaient, avec un peu de malice, exprimer naïvement ce qu'elles Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Astérix et la Transitalique +

    Astérix et la Transitalique Ils n'ont pas besoin de nous pour vendre des exemplaires mais il me semblait intéressant d'aborder la sortie de ce Lire la suite
  • Corruption et politique : rien de nouveau ? +

    Corruption et politique : rien de nouveau ? Dans ce livre, l'auteur revient sur un enjeu majeur de notre démocratie : la corruption des politiques. Son raisonnement s'appuie sur Lire la suite
  • Sur la télévision +

    Sur la télévision   Lorsqu'on lit Pierre Bourdieu aujourd'hui, on peut avoir la désagréable impression qu'il enfonce des portes ouvertes, qu'il résume dans Lire la suite
  • Les vieux fourneaux tome IV +

    Les vieux fourneaux tome IV   Une série qui devient culte dans le monde de la bande dessinée francophone. Une bande de vieux, sans doute Lire la suite
  • La désobéissance civile +

    La désobéissance civile C'est un livre qui commence mal, très mal, par ces mots : "Le meilleur gouvernement est le gouvernement qui gouverne le Lire la suite
  • 1
  • 2

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Zac des Guargues : le retour? +

    Le magazine "businews" (voir nos articles) de février consacre deux pages à la Zac des Gargues. Après le rejet de l'aménagement de cette zone par le maire d'Aubagne, on pensait le dossier définitivement enterré. Il semble que non. Lire la suite
  • Lettres ouvertes des habitants de La Tourtelle +

    Un collectif de citoyens de La Tourtelle s'est réuni le mardi 20 février à l'initiative de l'Association des Insoumis d'Ici et d'Ailleurs. Il a décidé d'envoyer des courriers au maire d'Aubagne, à l'Agence Régionale de Santé et au Préfet. Nous vous donnons connaissance de ces diverses lettres publiées sous forme Lire la suite
  • Le retour du héros +

    Un film d’aventures, en costumes, au 19e siècle, à la française, on ne s’y était plus essayé depuis longtemps. Une bonne bande-annonce nous situe le film : Le capitaine Neuville (Jean Dujardin) est un lâche, la sœur de la promise (Mélanie Laurent) est une belle intrigante et à eux deux, ils Lire la suite
  • Info Rousset : le Val'tram à Aubagne en 2018 +

      Dans le numéro de "Businews" de février 2018, consacré à la mobilité à Aubagne, un article annonce l'arrivée du Val'Tram dès cet année. Le magazine "Businews" s'est déjà distingué par une interview de Gazay qui pour illustrer la "nouvelle" activité du centre ville a choisi une photo du cours Foch Lire la suite
  • Pour parler de son bilan, Gazay montre celui de Fontaine +

    Le maire d'Aubagne vient d'accorder une interview à un magazine confidentiel de la région "businews.fr". Rien là de bien important. Mais la photo (en haut à droite) qui illustre l'article donne la dimension de son bilan. L'interview nous explique que le projet de Gazay depuis 2014 c'est de "refaire vivre Lire la suite
  • Rencontre débat à La Ciotat sur l'évasion fiscale +

    Chaque année, c'est entre 100 et 140 milliards d'euros qui échappent au budget de l'Etat grâce à la fraude et à l'évasion fiscale, soit 1/3 du budget de la France. C'est plus de 1000 milliards pour la seule évasion fiscale pour les pays européens. Pourquoi ? Comment ? Peut-on l'empêcher ? Lire la suite
  • Barthélémy mieux que Gazay? +

    Depuis quelques mois (années ?), l'entourage de Sylvia Barthélémy laisse tourner une petite musique qui reprend un refrain en boucle "avec Barthélémy, à l'agglo, c'est mieux" (sous entendu que Gazay à la ville). L'actualité du Val'Tram est l'occasion d'examiner ce qu'il en est. Lire la suite
  • 1