Jean-Francois Bernardini à Aubagne


bernardini agora

Depuis six ans, avec sa Fondation Umani, Jean-François Bernardini, le chanteur du groupe corse I Muvrini, parcourt la France, ses lycées comme ses prisons, pour éduquer à la non-violence. À l'invitation des associations L'Appel des Cent et Pouce la paix ! il sera à Aubagne ce vendredi 9 décembre, à la rencontre des élèves de Seconde et de Terminale du lycée Joliot-Curie, puis au centre de congrès Agora (19h), pour une conférence ouverte à tous*.

 

Bien sûr il y a Gandhi et le combat libérateur du peuple indien sous l'empire britannique. Bien sûr il y a le rêve de Martin Luther King et l'élection d'un Président noir aux Etats-Unis d'Amérique. Bien sûr il y a Mandela et sa formidable leçon de tolérance au sortir des geôles sud-africaines.

Et l'on pourrait citer encore la contribution moins connue des pacifistes de l'Europe de l'Est à la chute du mur de Berlin, sans qu'une goutte de sang ne soit versée. Les héros et les combats victorieux ne manquent pas au Panthéon de la non-violence. 

Mais si Jean-Francois Bernardini se plaît à rappeler combien ceux-là ont, à mains nues, renversé des montagnes, c'est d'abord pour répondre au procès en naïveté régulièrement intenté contre les femmes et les hommes qui, partout dans le monde, ont choisi d'emprunter le même chemin. « L'éducation à la non-violence, c'est plus efficace qu'une caméra de surveillance à 15000 euros ou qu'une arme qui en vérité ne protège personne.»

N'en concluez surtout que, pour Jean-Francois Bernardini, le refus de la violence signifie une quelconque résignation à l'injustice, une quelconque soumission au pouvoir des armes ou de l'argent : « Les marchands d'armes, les Etats, les lobbies n'ont pas intérêt à donner aux peuples d'autres idées. Pourtant, les neurosciences nous l'apprennent : si la violence fait partie de notre quotidien, elle n'est en rien inscrite dans la nature humaine. C'est au contraire une violation de notre nature. »

Aux milliers de lycéens déjà rencontrés, le poète corse parle le langage de la science. « Je leur parle de leur cerveau qui est un ordinateur ultra-puissant à trois étages : le cerveau reptilien - "l'étage du crocodile" » - l'étage au-dessus, celui des émotions qu'il faut savoir dominer « si tu ne veux pas que ta mafia intérieure prenne le pouvoir ! » et l'étage supérieur, le cortex, « qui  permet d'inventer des solutions aux problèmes personnels ou collectifs rencontrés dans la vie de tous les jours. On n'est pas condamné à une vie de crocodile ! ».

« Tous les jours de l'année, je dois me demander pour quel monde je vote. Je crois en une insurrection des consciences. Redevenons optimistes. Il n'y a que des héros négatifs dans la presse. Il faut mettre la non-violence à la Une ! » affirme encore le président de la Fondation Umani

Un langage qui a séduit depuis longtemps en terre aubagnaise, où nombreux gardent le souvenir enthousiaste du passage des Muvrini en 2013, à l'invitation de la municipalité Fontaine.

Aubagne et la paix : une longue histoire

Depuis, à l'image de la fresque consacrée par les jeunes Aubagnais à Martin Luther King, l'action pour la culture de paix est laissée à l'abandon par la nouvelle municipalité de droite. Interdite de centre ville, la  Fête de la paix a du s'exiler fin septembre sur le cours Beaumond, heureusement avec toujours autant de succès (300 repas conviviaux servis au Cercle de l'Harmonie) et la course de la colombe n'a plus droit de cité. 

« Pour Jean-François Bernardini, on nous a dit qu'il n'y avait pas de salle municipale disponible » ont regretté Daniel Fontaine et Michèle Agaccio, animateurs de l'association aubagnaise L'Appel des Cent depuis sa création en 1985, lors de la conférence de presse de présentation. « Le Cercle de l'Harmonie, partie prenante de l'événement, ne pouvait accueillir les nombreux participants attendus. Nous avons déjà enregistré 260 inscriptions. D'où la décision, onéreuse, de louer une salle au centre de congrès Agora. Mais cette conférence reste gratuite car, cela mérite d'être souligné, Jean-François Bernardini ne perçoit jamais aucun défraiement pour ses déplacements et ses conférences.»

Sa venue à Aubagne sera ressentie comme un encouragement pour tous les bénévoles des groupes d'éducateurs pour la culture de paix qui œuvrent plus particulièrement en direction des écoliers du primaire, au sein de la jeune association « Pouce la paix! », à l'instar du projet d'école du Pin Vert où, rappelait Denis Grandjean, les enseignants ont engagé une réflexion sur le rôle de médiateur. 

Une soirée passionnante en perspective.

Dominique Palmi

 

* Non-violence, un équipement de vie. Entrée gratuite.

Les places étant limitées, il est préférable de réserver au 

04 42 03 44 55 ou josettefontaine@wanadoo.fr

 

 

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Mangez-le si vous voulez +

    Mangez-le si vous voulez C'est une histoire de l'humanité. La preuve que nous pouvons être ce que les temps de paix nous dictent d'être Lire la suite
  • Inconnu à cette adresse +

    Inconnu à cette adresse Tout commence par un échange de courrier banal. Deux hommes, intimement liés par leur histoire familiale et un commerce commun, Lire la suite
  • La Bible des Anars : Anthologie des grands textes de l'anarchisme +

    La Bible des Anars : Anthologie des grands textes de l'anarchisme Oyez ! Oyez ! Braves gens, venez balayer une idée reçue : l'anarchisme n'est pas le désordre, le chaos ni la chienlit ! Ce Lire la suite
  • 1

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1