Abandon : pas que Martin Luther King


colines aux oiseaux

Le 14 novembre, le 12/13 de France 3 consacrait un reportage à Danielle Jacqui que tout le monde connaît ici, pour être passé au moins une fois devant "la maison de celle qui peint" à Pont de l'Etoile/Roquevaire.

En résidence d'artiste de 2007 à 2014, Danielle Jacqui avait réalisé son "Colossal d'Art brut/ Organugamme" dans les locaux de l'ancien "Marché de Gros" à La Tourtelle. Il était prévu de l'installer dans sa totalité sur la Colline aux Oiseaux, au carrefour de la Planque.

Gazay et Barthélémy en ont décidé autrement, la réalisation artistique a été expatriée en Suisse. Le Marché de Gros a été vendu (Gazay brade tout le patrimoine d'Aubagne) au fabricant de chips, Sibell, pour stocker ses approvisionnements. Mais une (petite) partie de cette œuvre avait, en 2013, été posée sur le lieu prévu (voir photo ci-dessus).

Comme pour la fresque du carrefour Martin Luther King, la ville n'assure plus aucun entretien de ce clin d'œil de l'art brut qui reste à Aubagne. C'est ainsi que depuis quelques mois, les ampoules qui l'éclairent n'ont pas été changées et que tout reste dans le noir dès la nuit tombée.

Le reportage de France 3 nous apprenait que 40 des œuvres de Danielle Jacqui devaient être exposées à New York, dans un des plus célèbres musées du monde. Mais à Aubagne, on méprise cette immense créatrice de renommée internationale. Il faut dire que l'Amy de Gazay, l'élu à l'a-culture, au moment où l'artiste était conduite à l'exil en Suisse, attribuait la porte du millénaire à Danielle Jacqui, en la confondant avec Jean-Bernard Métais !

Les créateurs urbains qu'il connaît, ce sont Vinci, Bouygues et Eiffage. Les réalisations artistiques qu'il a visitées ce sont les immeubles et les villas de très haut standing... et les usines à santons du Maghreb.

Ici, quand on entend les mots "culture ou art", l'équipe municipale pose immédiatement les questions : "Combien ça coûte ? Combien ça rapporte ?". Et on ne change pas les ampoules. Trop cher !

Joseph Lèsperd

Articles récents

  • Cuges: Guignol est de retour +

    S’il existait une rubrique théâtre dans Mèfi !, les séances du conseil municipal de Cuges les Pins tiendraient le haut de l’affiche. Et ceux qui ont assisté à la représentation de lundi  soir n’ont pas été déçus. Lire la suite
  • Réenchanter la ville ! +

    Un voeu pour 2017 ? Réenchanter la ville ! Voilà l'une des petites phrases écrites ce 15 janvier au Cercle de l'Harmonie à l'occasion des alter-voeux organisés conjointement par l'association Aubagne à venir et par les élus d'opposition. Lire la suite
  • Rencontre débat sur le thème de la mobilité métropolitaine +

    L'Agenda de la mobilité métropolitaine a été présenté mi-décembre 2016. Il balaye une longue période à venir où nombre de projets sont proposés et programmés. Rencontre débat le 21 janvier à 14h à La Penne sur Huveaune. Certes beaucoup de ces projets sont intéressants pour ne pas dire indispensables. Nous pensons, en Lire la suite
  • Manchester by the sea +

    Manchester by the sea Manchester by the sea c’est l’histoire de la famille Chandler. Elle habite Manchester, une petite ville côtière de l’est des Etats Unis. Lee (Casey Affleck) est technicien polyvalent dans l’entretien d’immeubles ; replié sur lui-même, irascible, il porte un lourd secret. A la mort de son frère, il devient tuteur de Lire la suite
  • Gazay / Barthélémy : la rupture ! +

    Tout le monde sait depuis les élections municipales de 2008 que Gazay et Barthélémy se haïssent. En 2014, leur alliance de circonstances n'avait pour but que de battre l'équipe de Daniel Fontaine pour se partager les postes et les indemnités qui vont avec. La mairie pour Gazay, l'Agglo pour Barthélémy. Lire la suite
  • De bons résultats pour nos équipes ce week-end +

    L'AFC n'a pas pu participer à la fête, mais tous les résultats de ce week-end sont bons et porteurs de perspectives encourageantes. Lire la suite
  • Pépinières d'Artistes : FuzzyLogic lauréat 2017 +

    La Pépinières d'Artistes est une spécificité aubagnaise créée à une époque où il était de bon ton d'aider les jeunes créateurs. Ce "dinausore" a survécu aux diverses coupes sombres qu'a subies la culture ces dernière année et c'est une très bonne chose. En 2017, elle récompense FuzzyLogic, un artiste électro Lire la suite
  • 1