La fresque Martin Luther King à l'abandon


lutherking 01

En 2008, Banga, Mam et de jeunes graffeurs aubagnais réalisaient une fresque de 65 mètres de long, sur le mur de l'hôpital, au carrefour entre l'avenue Simon Lagunas et celle des Soeurs Gastine.

Cette fresque est une illustration artistique du célèbre discours "J'ai fait un rêve" de Martin Luther King, ce révérend américain, assassiné le 4 avril 1968 à Memphis, inlassable militant non violent pour les droits civiques des noirs, pour la paix et contre la pauvreté. Le carrefour, depuis, a été nommé "Le carrefour Martin Luther King", la station de tramway aussi.

Jusqu'en mars 2014, cette oeuvre d'art fut preservée avec beaucoup de soins par les services de la ville. Depuis près de trois ans, plus rien. La fresque se dégrade, des pans entiers disparaissent, aucun effort d'entretien minimum n'est réalisé. Cela laisse une entrée de ville d'Aubagne à l'image de certains quartiers marseillais, à l'abandon.

lutherking 02                                                                                                 

Mieux que ça, depuis plus d'un an, on y a installé une construction modulaire pour la vente d'appartements par un groupe privé. Sur un quart de sa surface, ce graph original et symbolique est totalement caché par des panneaux publicitaires à la gloire d'un promoteur.

Mais Gazay n'a rien à faire d'Aubagne, de Martin Luther King, de la paix, de l'oeuvre d'artistes locaux. Dans ce secteur, il annonce vouloir construire un palais des congrès (alors que cela va coûter plusieurs millions d'euros et qu'il y en a déjà un avec Agora) mais qui cache, en fait, sa volonté de faire une immense opération immobilière qui va profiter exclusivement aux grands groupes financiers et à ceux de la construction.

 "Main basse sur la ville", c'est sur les écrans du bureau du maire.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Conseil municipal de Cuges : Le Roi est nu +

    Fait rarissime qui traduit à lui tout seul la déliquescence de la majorité de Bernard Destrost, maire de Cuges les pins, le conseil municipal de lundi 26 juin a du être reporté faute de quorum. Seuls 12 élus de la majorité (sur 20) étaient présents, le quorum étant de 14 Lire la suite
  • Conseil de territoire inutile: la preuve ! +

    Depuis le 1er janvier 2016, le gouvernement Hollande/Valls avec l'accord du maire de Marseille, a supprimé  6 communautés d'agglomération du département des Bouches du Rhône (ici, la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile) pour créer une "monstropole", de 92 communes, 3173 km² et 1,83 millions d'habitants. Lire la suite
  • Les femmes et le philosophe +

    Cette semaine, Raphaël Enthoven, philosophe de son état, et accessoirement chroniqueur tous les matins sur Europe 1 dans la matinale, a abordé le "phénomène" du manspreading. Pour rappel, il s'agit de l'action d'écarter ses jambes dans les transports en commun de sorte que l'on occupe plus que son propre siège Lire la suite
  • L'intersyndicale et les élus d'opposition +

    Les élus du groupe « Aubagne alternative citoyenne et écologiste » ont rencontré l’intersyndicale de l’hôpital vendredi soir. L’échange a permis de revenir sur la déclaration éloquente et étayée de l’intersyndicale après son rendez-vous avec l’ARS (voir notre article). Ils et elles en retiennent le mépris, on les comprend ! La discussion a Lire la suite
  • Du théâtre avant toute chose +

    Depuis 2009, l'atelier théâtre Zone&Cie explore les multiples facettes du théâtre contemporain en s'attaquant chaque année à une oeuvre exigeante de ce répertoire avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. On se souvient entre autres du travail original et inventif que la troupe et son metteur en scène ont réalisé par le passé sur "Jardinage humain" Lire la suite
  • Témoignage d'un salarié de la SPL "L'eau des Collines" +

    Après notre article sur les nouvelles plaques pour "L'eau des Collines", nous avons reçu ce témoignage d'un salarié qui vient de quitter cette Société Publique Locale qui n'a plus de "publique" que le nom.  Lire la suite
  • Centre ville : tout ça pour ça ? +

    En novembre 2016, dans un grand show à l'Espace des Libertés, devant un parterre choisi de 400 personnes, le maire d'Aubagne expliquait que "l'année 2017 allait être une année de grands travaux... que le centre ville serait bouleversé pour enchanter le monde... qu'Aix et Cassis nous envieraient...". Lire la suite
  • 1