Histoires de santons


histoire de santons

Les 3 et 4 décembre va avoir lieu à Aubagne ce qu'on appelait, jusqu'ici, "La biennale de l'Art Santonnier" et qui s'appelle désormais "La fête du santon".  Sans doute cela fait plus populaire, c'est dans l'air du temps. Sans doute aussi, cela reprend une terminologie plus traditionnelle, ce n'est pas moins dans l'air du temps.

C'est l'occasion de raconter de petites histoires de santons. La première historiette, c'est celle d'une présidente du territoire qui a décidé de punir les artisans qui ne sont pas venus à la foire d'été. Ils n'ont pas pu choisir leur stand contrairement à celles et ceux qui ont exposé en juillet et août. Ils ont pris les stands qui restaient, après un tirage au sort. Avec la bénédiction du président de l'association des céramistes et santonniers.

Le mot bénédiction nous permet d'évoquer la deuxième historiette. Le jour de l'inauguration, dans la plus pure tradition laïque de l'utilisation de l'espace public, le curé est venu "bénir les stands"1. Les céramistes et santonniers avaient reçu un courrier pour leur demander s'ils étaient d'accord. Certains ayant refusé, le maire ne leur a pas rendu visite, comme cela se fait "traditionnellement". Qu'il est loin le temps où Gazay prenait Edmond Garcin en exemple comme le "maire de tous les Aubagnais".

Nous aurons, peut-être, l'occasion de revenir sur "La fête du santon", mais d'ores et déjà, il faut savoir que les plus grands ateliers marseillais ne seront pas présents. Deux raisons à cela : l'accueil déplorable et la piètre qualité de l'édition 2014 ; mais aussi un profond désaccord avec le président de l'association aubagnaise. Les Marseillais veulent promouvoir un label "santon de Provence". Mais, à Aubagne, le président des céramistes et santonniers et la famille Amy (la même que l'adjoint à l'a-culture ?) ont leur production qui se fait au Maghreb. Et le label, ils n'en veulent pas.

"Aubagne... en Provence" qu'il disait.

Antoine Monticellu & Diego de la Vega

 

1 - Rappel (Conseil d'Etat du 9/11/2016) : "Le Conseil d'Etat juge que l'installation temporaire d'une crèche de Noël par une personne publique dans un emplacement public est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d'un culte ou marque d'une préférence religieuse".

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • On va regretter Caroline +

    Depuis le 1er janvier, la ville d'Aubagne a une nouvelle directrice des ressources humaines (DRH). Bien sûr elle vient de Marseille, avec un gros salaire, comme tous les cadres que recrute Gazay depuis 3 ans. Lire la suite
  • Le 66, c’est le Restaurant du Parc !! +

    Le 66, c’est le Restaurant du Parc !! Un rappel mythique de la grande route américaine, pour ce restaurant niché dans les tendres vallonnements du Parc Jean Moulin. Un décor idyllique. Des enfants qui jouent au loin, des amateurs de Taï chi qui font tout ce qu’ils peuvent pour réunir le ciel et la terre dans un écrin Lire la suite
  • Présidentielle : réflexions pour Aubagne. +

    Dimanche 23 avril, les électeurs ont décidé de qualifier pour la finale présidentielle Macron (24,01%) et Le Pen (21,30%). Fillon occupe la 3ème place (20,01%) devant Mélenchon (19,58%). Lire la suite
  • 1er Mai : c'est la fête au Cercle de l'Harmonie +

    Lundi 1er Mai 2017 sera l'occasion pour le Cercle de l'Harmonie et les organisations de la Bourse du Travail d'organiser une grande journée festive et culturelle géante. Lire la suite
  • Les promoteurs immobiliers achètent Aubagne +

    Les locaux de l'ex-foyer de vie Popineau, situés avenue Pierre Blancard, ont été vendus. On connaît maintenant les nouveaux propriétaires, il s'agit de Nexity, un géant de la promotion immobilière. Lire la suite
  • L'AFC rate le coche et le RCA s'approche de la qualification en 16ème de finale +

    A Nancy, l'OM de Rudi Garcia n'a pu faire que match nul (0 à 0). Une première mi-temps en dilettante, la deuxième sans aucune capacité offensive. Payet qui, compte tenu de son faible salaire (à peine 500 fois le SMIC), n' a joué que deux ou trois minutes et les Lire la suite
  • La gauche ciotadenne se mobilise pour Mélenchon +

    Vous l'aurez compris, Mèfi! a pris parti pour Mélenchon. Il est ainsi devenu l'un des portes-voix des soutiens du candidat de la France Insoumise. Aujourd'hui, nous relayons l'appel à voter Mélenchon de Rosy Sanna, maire honoraire de La Ciotat, Sylvia Bonifay et Karim Ghendouf, conseiller municipal de La Ciotat. Lire la suite
  • 1