Histoires de santons


histoire de santons

Les 3 et 4 décembre va avoir lieu à Aubagne ce qu'on appelait, jusqu'ici, "La biennale de l'Art Santonnier" et qui s'appelle désormais "La fête du santon".  Sans doute cela fait plus populaire, c'est dans l'air du temps. Sans doute aussi, cela reprend une terminologie plus traditionnelle, ce n'est pas moins dans l'air du temps.

C'est l'occasion de raconter de petites histoires de santons. La première historiette, c'est celle d'une présidente du territoire qui a décidé de punir les artisans qui ne sont pas venus à la foire d'été. Ils n'ont pas pu choisir leur stand contrairement à celles et ceux qui ont exposé en juillet et août. Ils ont pris les stands qui restaient, après un tirage au sort. Avec la bénédiction du président de l'association des céramistes et santonniers.

Le mot bénédiction nous permet d'évoquer la deuxième historiette. Le jour de l'inauguration, dans la plus pure tradition laïque de l'utilisation de l'espace public, le curé est venu "bénir les stands"1. Les céramistes et santonniers avaient reçu un courrier pour leur demander s'ils étaient d'accord. Certains ayant refusé, le maire ne leur a pas rendu visite, comme cela se fait "traditionnellement". Qu'il est loin le temps où Gazay prenait Edmond Garcin en exemple comme le "maire de tous les Aubagnais".

Nous aurons, peut-être, l'occasion de revenir sur "La fête du santon", mais d'ores et déjà, il faut savoir que les plus grands ateliers marseillais ne seront pas présents. Deux raisons à cela : l'accueil déplorable et la piètre qualité de l'édition 2014 ; mais aussi un profond désaccord avec le président de l'association aubagnaise. Les Marseillais veulent promouvoir un label "santon de Provence". Mais, à Aubagne, le président des céramistes et santonniers et la famille Amy (la même que l'adjoint à l'a-culture ?) ont leur production qui se fait au Maghreb. Et le label, ils n'en veulent pas.

"Aubagne... en Provence" qu'il disait.

Antoine Monticellu & Diego de la Vega

 

1 - Rappel (Conseil d'Etat du 9/11/2016) : "Le Conseil d'Etat juge que l'installation temporaire d'une crèche de Noël par une personne publique dans un emplacement public est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d'un culte ou marque d'une préférence religieuse".

DES LIVRES À DÉCOUVRIR

  • Mangez-le si vous voulez +

    Mangez-le si vous voulez C'est une histoire de l'humanité. La preuve que nous pouvons être ce que les temps de paix nous dictent d'être Lire la suite
  • Inconnu à cette adresse +

    Inconnu à cette adresse Tout commence par un échange de courrier banal. Deux hommes, intimement liés par leur histoire familiale et un commerce commun, Lire la suite
  • La Bible des Anars : Anthologie des grands textes de l'anarchisme +

    La Bible des Anars : Anthologie des grands textes de l'anarchisme Oyez ! Oyez ! Braves gens, venez balayer une idée reçue : l'anarchisme n'est pas le désordre, le chaos ni la chienlit ! Ce Lire la suite
  • 1

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • "Engagements pris, engagements non tenus" : la vérité sur le bilan Gazay +

    Le maire a fait distribué dans tous les foyers aubagnais une brochure intitulée "Engagements pris, engagement tenus". Jusqu'à la fin octobre, tous les jours, nous allons analyser et commenter ses affirmations. Lire la suite
  • Marche blanche : les chiffres +

    Samedi matin, le comité de défense de l'hôpital public d'Aubagne a organisé une manifestation contre la liquidation du service de réanimation : une marche blanche. La Marseillaise et Mèfi annoncent dans leurs commentaires "Près de 500 personnes". France 3, insistant sur le caractère réussi de l'initiative, souligne "Plusieurs centaines de participants". Lire la suite
  • Interview de Deflesselles +

    Le vendredi 10 octobre, Bernard Deflesselles, député de la 9e circonscription des Bouches du Rhône, est interviewé par La Provence. On y apprend, entre autre, qu'il est devenu "un élu de proximité". Mais on ne sait toujours pas le salaire de son épouse qu'il a embauchée comme assistante parlementaire pendant Lire la suite
  • Gazay et le mensonge +

      Gazay au conseil de quartier de Saint Mitre du 17 octobre : "Depuis que nous sommes arrivés nous imposons à tous les constructeurs 2 places de parking en sous sol par logement". L'œil de Mèfi a vérifié : Terracotta en centre ville, 46 logements, 74 places, soit 1,6 ; Le Major, entrée Lire la suite
  • Valtram : le silence des Gazay +

    Annonce de l'absence d'investissement pour le Valtram sur le budget 2018 de la métropole; déclaration du député de la 10ème circonscription jugeant ce projet dépassé; phasage des travaux qui s'arrêtent à Roquevaire ... Gazay et aucun de "ses" élus n'interviennent ni publiquement, ni au conseil de territoire. Seraient-ils contre le Valtram Lire la suite
  • Valtram : calendrier +

    Sur le site du Valtram, sous le titre périlleux "Les travaux, c'est parti", un calendrier est publié : - juin 2015, concertation publique - juillet 2015, bilan de la concertation- 2017, Déclaration d'Utilité Publique- fin 2017, fin des travaux à Aubagne- fin 2019, premiers essais et mise en service. Quelqu'un peut-il remettre à jour Lire la suite
  • Dossier sur la dette d'Aubagne : est-elle si démesurée ? (3e partie) +

    Un montant de 160 millions d'euros, des annuités de 13 millions, un remboursement sur plus de 30 ans, Aubagne dans les 5 ou 10 villes les plus endettées de France, des chiffres qui affolent et qui font peur. Mais est-ce si dramatique que cela ? Lire la suite
  • 1