Candide et les Primaires de La Droite

Après avoir regardé à la télévision le match de St Etienne en Coupe d'Europe le Jeudi 24 Novembre 2016, j'ai zappé maintes fois et, désespéré, je me suis noyé dans le débat des Primaires.

Euréka, la journaliste a posé une question intéressante et comme un Boudu sauvé des eaux, je m'en suis bien sorti de ce moment d'égarement... (une fois que les 2 antagonistes lui aient répondu, j'ai éteint l'écran !). Cette question et surtout les réponses m'ont permis de cogiter : elle portait sur le nombre de parlementaires siégeant en France et s'il ne fallait pas les réduire comme partout ailleurs.

Les 2 postulants, un instant embarrassés, trouvèrent vite un accord tacite en prétextant que les avantages et indemnités que percevaient ces élus relevaient d'un fantasme de La population, mais qu'ils y réfléchiraient plus tard (les Français apprécieront).

C'est vrai qu'il est plus facile et médiatique de raviver la guerre entre Fonction Publique et Privé et diminuer le nombre de fonctionnaires plutôt que celui des Parlementaires ! On détourne de plus l'attention sur les autres mesures qui font mal.

Mais un candide averti peut s'avérer un électeur éclairé qui ne croit pas qu'après un acte de courage manqué une première fois, il y aura une seconde tentative. D'autant que le "gagnant" sera redevable des voix qu'il aura reçues.

Alors, messieurs les candidats à l'élection présidentielle, sachez que la réduction du nombre de Parlementaires (avec leur accompagnement) n'est pas un fantasme mais un consensus entre tous les citoyens !

Pour la Paix et non pour la Guerre...

Gilles Lejeune

Conflit d'Intérêts

Un scénario  cousu d'avance.

Notre maire est adhérent au parti "Les Républicains" et Vice-Président de La Métropole. Or, la LGV - pardon la LN PACA (respectons l'euphémisme) - doit traverser Aubagne (c'est tout ce qu'on veut nous dire) grâce à la volonté d'un gouvernement de droite à l'époque. Aujourd'hui et pour notre malheur, notre Département et notre Région sont sous cette néfaste Lune ainsi que la Métropole.

Bien entendu, cette Métropole est elle-aussi favorable à une LGV passant par Marseille St Charles, puis par Aubagne. Alors notre Maire a joué les Superman et prétend qu'il est hostile à ce projet, les  planètes alignées (Région, Métropole, Département) feront en sorte, avec son accord bien entendu, de lui opposer de la Kryptonnite - entendez Promotion - qui annihilera sa protestation et ainsi il deviendra un martyr.

Gilles Lejeune

Deflesselles ne manque pas d'air !

En regardant samedi 19 novembre France 3, je suis tombé sur une interview de M. Deflesselles de retour du Maroc où il assistait à un colloque sur le réchauffement climatique. C'est bien ce député que "Les Républicains" avaient choisi pour être leur porte-parole dans cette commission.

Aux questions de la Journaliste, Senor Météo s'est exprimé en ces termes : "le problème du réchauffement est réel et les Français  doivent changer leur comportement. A savoir : utiliser les énergies renouvelables, se déplacer autrement, acheter des voitures électriques ou hybrides" et j'en passe...

Tout cela n'est pas faux, même si l'ex-mentor de Deflesselles, Nicolas Sarkozy, niait le réchauffement  climatique. Mais quand notre député   s'adresse aux Français, c'est plutôt à une certaine France : aucun mot sur certains industriels pollueurs et des efforts qui leur restent à accomplir... A votre portefeuille, messieurs dames les Salariés !

 Qu'attendre de mieux de ce singulier " écologiste" qui soutenu le tandem Gazay-Barthelemy contre le tramway et a favorisé ainsi la prolifération des voitures dans le Centre-Ville.

Votre teint vire au gris ? De toute évidence, à la vue de celui de notre conférencier, l'air de Marrakech est meilleur que l'air pollué d'Aubagne !

 

Gilles Lejeune

 

 

 

 

 

Tournons la page

Jusqu'où ira l'arrogance de ces personnes qui gèrent cette municipalité ? Où est le temps où le chef des édiles de la ville prétendait être le Maire de tous les Aubagnais, certes nous n'étions pas dupes, mais là, les bornes sont dépassées.

L'AJJ le mensuel de la ville, qui a toujours été l'organe officiel à la promotion de la vie quotidienne d'Aubagne et des Aubagnais, a pris un virage inquiétant.

En effet, après être devenu un organe de propagande où tout ce qui est fait actuellement est le Nec plus ultra de ce qui peut se faire, quitte à utiliser la récupération et l'outrance, voilà que l'AJJ devient un organe de propagande pour le parti de droite Les Républicains.

Page 42, un encart, qui dépasse probablement le nombre de caractères autorisés pour la tribune d'expression des groupes politiques, fait de la basse publicité pour la tenue des primaires ouvertes de la droite et du centre : charte, lieux, heures, bureaux, tout est détaillé. Serons nous informés des résultats ?

La prochaine étape sera-t-elle l'appel au soutien pour le candidat sorti vainqueur ?

Outre le fait que je sois opposé à la pratique des primaires, qu'elles soient de droite comme de gauche, car je pense qu'elle affaiblit la démocratie en favorisant l'abstention, je trouve scandaleux qu'un mensuel municipal puisse être utilisé par un parti quel qu'il soit.

Il semble que les dirigeants de notre ville se croient tout permis.

Et puis, j'ai tourné la page. Ouf j'avais fermé le livre. Alors, je me suis dit qu'il était temps de tourner la page de cette équipe municipale.

Tournons la page

 

Cinéma !

La gestion d'une cité "n'est pas un long fleuve tranquille"... Mais quand la droite s'y installe -comme malheureusement à Aubagne-, cela relève vraiment du Cinéma ! Et il y en a pour tous les genres : du grand Guignol au film d'auto-promotion, de la science fiction à la comédie, du policier au sérial-killer et j'en passe (western au Conseil Municipal).

Il manque le film d'amour à la population. Pour preuve, 2 articles récents dans La Provence :

Le premier relatif à la propreté, prétexte à une super démonstration de communication où toute une équipe dont M. Le Maire (décidément accro à la pellicule) occupe avec des engins type " Transformers" toute la place des Libertés qu'on devrait finalement rebaptiser "Place de la Propagande" ! Nos élus ne seraient-ils pas atteints du "syndrome chinois" ? Mais non, je me trompe... du Syndrome Nord coréen !

Le second  nous informe d'une dotation à la cuisine centrale d'une légumerie par La SOGERES (dont la qualité des repas est controversée). Un sous-titre pourrait lui être attribué : "Tout le Monde il est beau, Tout le Monde il est gentil " (renseignez vous sur les paroles de la chanson !).

N'oublions pas que la droite a prévu de vendre (à quel prix?) les locaux (payés par les impôts des Aubagnais) alors que rien ne l'empêchait de s'en doter tout en conservant les bâtiments... 23 sur 32 membres du personnel ont "opté" pour une reconversion déclare le 1er Adjoint ("Copy-Cat" des employés municipaux). Quel doux euphémisme, autrement c'était le Chômage.

Ils ont été réutilisés pour certains dans les services de Sécurité de proximité (PV) sans avoir pour autant le titre (ni la paye) de policiers municipaux. Ont-ils eu au moins une formation suffisante (Sic !). Ce personnel avait plus l'habitude de brandir (et ce n'est pas péjoratif, dans mon esprit) des casseroles que des armes... Et çà, ça peut faire peur et virer au film d'épouvante !

Gilles Lejeune

Superman Returns

Profitant de "l'alignement des  Planètes" (entendez clientélisme et copinage), le Super Edile de notre Ville descend de son repaire glacé pour sauver La Terre (enfin, réduisons à Aubagne).

Apparemment ce blockbuster a fait flop quand on considère et analyse l'affluence ce soir du 20 octobre 2016 à l'Espace des Libertés. Aussitôt, il attaque de sa chansonnette sur les caméras de surveillance: rien à voir avec le succès de Louis Chédid - Le Cha Cha Cha de l'Insécurité - Premiers regrets ! Puis il enchaîne sur la Dette et les emprunts toxiques: elle a très peu baissé mais à quel prix ! En trois ans, pas d'investissements d'envergure, patrimoine vendu ou non-entretenu, restauration scolaire bradée, abandon de la piscine du Bras d'Or et du complexe cinématographique, MJC et PIJ en péril, subventions des associations en baisse, plus de loisirs pour les Jeunes , de nombreux emplois publics supprimés et des Aubagnais envoyés au chômage.

Il n'y a plus de vie à Aubagne et ses habitants ne répondent plus présents. Et si  les emprunts toxiques ont disparu, ce n'est pas le fait de notre Super - Héros mais bien de l'Etat qui répare sa mauvaise conscience en la matière en ayant proposé à toutes les villes infestées de recourir  à une autre sorte d' emprunt (à surveiller)...

Mais notre Champion de Science Fiction (il court  -en vain - après les sous de La Métropole et des conseils départemental et régional) a un projet... (Enfin!) Un projet de Ville! Equipé de sa cape volante, il survole Aubagne pour finalement se crasher sur 2 rues (Rastègue et Martinot). Pour être juste, il est envisagé aussi dans un délai incertain, un centre commercial non encore financé et sur une zone inondable, quelques plots de sécurité enlevés, quelques dalles  et pavés en plus ainsi que, ainsi que... des RAILS !

Etonnant, ne devait-il plus y avoir 1 seul métre de rail dans la Ville ? Promesse à ranger au rayon des oubliettes comme celle de la baisse des impôts et du trop plein de super-marchés. Mais attention, l'Homme Volant nous apprend que l"attractivité d'Aubagne viendra d' une zone de circulation à 30 kms /h !

Comme lui, il sera dans les nuages, il s'en fout du surplus de particules fines qu'ingéreront les piétons ! Mais si chacun possédait ce super pouvoir, ce  serait un projet cohérent ! Seulement, il en existait un autre, moins dangereux pour la santé des citoyens qui évitait la prolifération des voitures, qui supprimait  le maximum de rupture de charges et l'Avenir le prouvera, moins coûteux que le ValTram et Chronobus (dont il n'a que le nom); il s'appelait Tramway... et c'était pour Tous !

Alors désolé Monsieur Superman, mais ce projet ne tient pas la route et ne vaut pas un clou (de passage piétons, bien entendu). Surtout, il ne méritait pas une telle super-production de Com......

Gilles Lejeune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour sur la réunion sur le centre ville

Un article déjà paru dans Mèfi sur le devenir du centre ville, résume bien ce que fût ce moment. Aussi, je me contenterai de revenir sur certains points qui m'ont quelquefois fait sourire, quelquefois énervé quelquefois mis en colère.

Mr le Maire nous a exposé son bilan à mi-mandat.

• Tout d'abord ce qui se voit :

Les « Bleus » (la police municipale pour bien les nommer), les caméras, les containers enterrés. Pour la police municipale, cela a déjà souvent été dit, les chiffres annoncés ne correspondent pas à la réalité.

Pour les caméras, pas de problème c'est une réalité. Nous aurons une pensée très triste, et nous serons totalement solidaires avec les policiers agressés lors de la protection d'une caméra de surveillance.

Pour les containers enterrés, il semble que cette opération commencée lors des précédentes mandatures, dépend de l'ex Agglo et, aujourd'hui, de la métropole.

• Ensuite, ce qui ne ce voit pas :

Essentiellement le réaménagement de la dette, qui lui aussi commencé avant, est en bonne voie de résolution. Pour une dette qui était abyssale, les temps d'apurement ont été bien courts. (Voir l'article).

Mr le Maire et son Directeur des services techniques nous ont ensuite exposé le devenir de la ville :

• Du réalisable immédiatement : 

Les rues Rastègue et Martinot, la rue de la République, le cours Barthélémy et Loulou Delfieu. Des opérations de rénovation somme toute propres à la vie classique de chaque agglomération.

• Des opérations de grande envergure : 

Mais là, très peu de détails (pas de dates, pas de calendrier). Une fois de plus l'article relate d'une manière complète tous les sujets abordés. 

Je vais donc vous faire part de ce qui m'a fait sourire, énervé et « coléré », l'un n’empêchant pas l'autre d'ailleurs.

Lors de l'évocation des zones bleues, Mr le Maire a utilisé l'image (enfin je le suppose car c'est tellement gros), d'une personne qui serait enfin heureuse de pouvoir venir acheter sa baguette de pain en ville avec sa voiture (alors que les boulangeries fleurissent dans tout les quartiers !).
Si ce n'est pas une image, c'est encore plus grave. Alors que l'on veut diminuer la présence de la voiture en ville, l'implantation actuelle des zones bleues, est nuisible à l'environnement, et étouffe le centre ville. Sourires grinçants.

Concernant l'état du cours Beaumond, jugé impraticable, Mr le Maire a une fois de plus rejeté la responsabilité sur l'ancienne municipalité, qui lors de travaux récents aurait laissé des malfaçons, et n'aurait pas rénové le cours dans sa totalité.

Suite à cette remarque, il lui a été spécifié que la finition de la partie basse du cours n'avait pas été intégrée au travaux, parce qu'il était prévu le passage du tramway et donc que les travaux auraient été finis à cette occasion. L'arrêt du projet par l'actuelle municipalité, avait laissé le cours en l'état actuel.

Mr le Maire a alors affirmé qu'il aurait fallu faire les travaux intégralement et définitivement, puis recommencer une deuxième fois.

Étonnant raisonnement lui qui prétend vouloir gérer la ville en bon père de famille, comment peut-il dépenser l'argent des contribuables de cette manière là, alors qu'il affirme sans arrêt que la ville est surendettée ? Là, j'avoue, je suis passé du sourire à l'énervement.

Où je suis passé de l'énervement à la colère c'est lors d'une question sur la gratuité du parking Pierre Blancard.

Alors qu'on lui faisait remarquer que depuis qu'il l'avait rendu payant pour toutes les personnes n'ayant pas un abonnement annuel aux TER, beaucoup d'usagers (étudiants, travailleurs temporaires, usagers occasionnels de la SNCF et Cartreize) se garaient dans les rues avoisinantes (allant même jusqu'au parking de La Penne), au détriment des habitants.

Mr le Maire a rejeté la responsabilité sur les deux autres partenaires de la négociation qui a eu lieu. Lui, voulait la gratuité, et continue à la réclamer, la SNCF et la Région n'étant pas d'accord.

Rappelons les faits. C'est lui en premier lieu qui a rétabli le paiement du parking, allant même jusqu'à faire mettre des PV. 

Suite à un courrier de la SNCF, les PV ont été suspendus et des négociations sont intervenues, pour arriver d'un commun accord à la signature d'une convention entre les partenaires.
Il semble donc étonnant que Mr le Maire puisse affirmer qu'il continue à réclamer la gratuité de ce parking.

Certes, il n'y a pas une seule vérité. Mais les faits sont les faits. Aussi, devant ce dernier point qui démontre que Mr le Maire a une vision étrange des choses en essayant de se dédouaner à tort de tout, quel crédit peut-on apporter à la réunion sur le devenir du centre ville ?

De quoi vous couper l'envie d'aller à l'apéro qui a suivi. 

 Maurice Marsiglia

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR