Parking Pierre Blancard ou le comique de la situation

J'invite tous les lecteurs de Mèfi.tv (et les autres !) à se gausser de l'incohérence des élus de droite quant à la politique des déplacements dans notre département. On s'en rend compte notamment à la lecture de la page 9 de la brochure "Accents de Provence" du conseil départemental de Février - Mars 2016.

En effet, Mme Martine Vassal, la présidente du conseil départemental, déclare débourser "300 millions d'euros sur 5 ans pour faciliter les déplacements en 4 chantiers prioritaires dont celui des pôles d'échanges multimodaux et les parkings-relais destinés à inciter les automobilistes à délaisser leur véhicule au profit des transports en commun (métro, car, train) ".

Au bas de cette page, figure en médaillon-photo Gérard Gazay qui se présente comme le conseiller départemental délégué au développement économique, animateur de l'atelier "Attractivité du Territoire". Et il fait la déclaration suivante : "Notre département possède des atouts incontestables. Mais aussi des points faibles. A nous de mettre en place tous les leviers de la croissance pour relancer l'économie".

Comme percevoir des taxes illégales en mettant des PV sur un terrain n'appartenant pas à la commune ? A priori, les 2 élus de droite n'ont pas la même conception des leviers de croissance !

Gilles LEJEUNE

Quand Gazay fait du Gaudin

En référence à l'article de Presse de La Provence censé être une réponse à l'affaire du parking Pierre Blancard...

Souvenez-vous quand le Maire de Marseille réclamait des "sous" auprès des Agglos environnantes sous prétexte que les voisins de Marseille allaient voir l'OM ! Dans la même logique vénale, le Maire d'Aubagne réclame auprès des usagers du pôle d'échanges (Bus et SNCF)  le paiement de places de stationnement sur un terrain qui ne lui appartient pas ! Il fait même la distinction entre les Aubagnais et les autres. On peut imaginer toutes les discriminations pouvant suivre.

Oubliée l'ex-Agglo, nous sommes passés à La Métropole dont il a toujours été le défenseur quoiqu'il en dise. J'espère que les élus et les habitants de l'Etoile et d'ailleurs sauront s'en souvenir. Interrogations encore pour ceux qui ont lu sa déclaration en 4 pages (Photo-macro personnelle à l'appui) dans le journal des professionnels du bâtiment - qu'il gâte en ce moment - (N° 1119 du 02/03/16) où il affirme en titre qu'"Aubagne doit valoriser sa position stratégique entre Aix, Marseille et Toulon".

L'exemple du parking Blancard n'est assurément pas la meilleure méthode pour y parvenir ni même pour s'intégrer dans le dispositif COP 21 vu son allégeance à Q-Park et à l'invasion de la voiture dans le Centre-Ville.

Gilles LEJEUNE

 

 

Sentiment de honte

Dernièrement sur la chaîne TV LCI, j'ai regardé un reportage qui magnifiait le tramway d'Amsterdam.

Bien sûr, je fais la différence entre Aubagne et la capitale des Pays-Bas, mais je n'ai pu m'empêcher d'être submergé de honte pour ma ville et aussi de colère vis à vis de cette Droite qui a abandonné un projet novateur, écologique et créateur de liens dans la population.

Un projet qui a redonné, dans le seul tronçon qui reste, de l'espoir et de l'honneur à un quartier trop exagérément culpabilisé par certains habitants de Droite.

Un projet qui aurait pu rapidement dynamiser le Centre Ville au lieu de voir actuellement se fermer les commerces écrasés de taxes nouvelles ; prochain sur la liste : Silvain, rue de La République.

Un projet qui donnait accès à un futur éco-quartier, qui permettait à nos jeunes d'accéder gratuitement dans un espace paysager à un complexe cinématographique et qui augmentait les possibilités de Logement (et donc de ressources pour les commerçants).

Oui, des regrets et de la colère car une campagne mensongère et calomnieuse n'a pas permis de concrétiser  ces rêves pourtant réalisables.

Maintenant, nous sommes sous le joug d'une sorte de dictatoriat revanchard sans réels projets d'investissement au nom d'une dette (elle a bon dos !) dont les Aubagnais - autrefois heureux - ne souffraient pas dans leur vie courante.

Qu'y a-t-il de plus important : 

Etre endetté (en sachant qu'on peut rembourser) et répondre aux besoins de ses habitants quand ils en ont besoin ou ne rien faire comme actuellement ?

Construire un hôpital quand les gens sont malades ou attendre qu'ils meurent ?

Faut-il construire des structures favorisant l'emploi ou laisser les habitants au chômage ?

C'est sur quoi s'interrogent de plus en plus de commerçants qui, comme Soeur Anne, ne voient venir que des taxes nouvelles et non des aides urgentes alors que leur besoin est immédiat !

Ce n'est pas cette droite autoritaire et grippe-sous qui les leur donnera, préférant faire des achats dans le Var, le Vaucluse ou ailleurs !

Gilles Lejeune

Des explications, Monsieur le Maire, SVP !

Le parking Pierre Blancard appartient-il à la Commune, OUI ou NON ?

En cas de réponse négative, en rendant ce parking payant, votre action n'est-elle pas illégale ?

Ce qui serait pour le moins étrange vis à vis d'un premier magistrat de la ville qui n'a de cesse de proclamer son exemplarité...

Si oui, avez-vous conscience que, non seulement vous prenez le risque de discréditer votre majorité de Droite mais aussi l'action de la Police Municipale ?

Si cette action, d'ailleurs anti-COP 21, est vraiment hors la loi, quand comptez-vous rembourser ces PV illégaux aux ayants droit...

L'absence de réponse serait pour Mèfi!, la presse locale et les associations qui se sont saisies de ce dossier un aveu de responsabilité.

 

 

 

Les recettes de la droite pour économiser sur la santé de nos enfants

Vous l'avez compris, ce sont des recettes de (basse) cuisine dont on veut parler : comme dans tout autre domaine, les Elus de La Droite ne s'occupent pas des affaires de leur Ville mais appliquent (méchamment?) les directives idéologiques de leur parti.

En effet, il n'est pas anodin que les villes de Marseille et d'Aubagne soient en même temps sous surveillance de la Préfecture en raison des méfaits qu'elles portent ou désirent porter à la restauration municipale (moisi et froid dans les assiettes des enfants marseillais, ce que la municipalité d'Aubagne s'apprête à prendre en exemple en privatisant la cuisine centrale...)

Toute coïncidence  est bien sûr bien coordonnée...

Gilles Lejeune 

L'art de faire du neuf avec du vieux

Je parle ici de l'art pratiqué par notre Présidente actuelle de l'Agglo, art même reconnu pour son action au sein de La Métropole !

D'abord, le soi-disant déficit qu'on rabâche sans cesse mais en ne mettant jamais à disposition des Aubagnais les documents prouvant son existence.

Ensuite, les économies ! Elles doivent certainement résulter de la propreté de la Ville (et des effectifs de personnel)... Jamais celle-ci  n'a été aussi sale, notamment sur ses quartiers périphériques.

Précédemment dans l'opposition, c'était son crédo ; au pouvoir, ses prières se sont envolées mais la conscience titillée, elle promet pour bientôt l'installation de 50 conteneurs enterrés...

Outre que cette méthode de récupération des déchets est contestée dans le monde de l'écologie et doit en tout cas être bien encadrée, encore faut-il que ces conteneurs soient placés dans des endroits stratégiques et touristiques et non sur les desirata d'une clientèle électorale.

Enfin pour les projets de 2015, il faut rendre à a Gauche aubagnaise ce qui est à la Gauche aubagnaise, tous les projets cités ont été mis en route, étudiés par leurs Services Techniques et planifiés ; désolé mais vous n'arrivez que pour la signature. En effet, leur gestation date déjà de plusieurs années : c'est vrai qu'à l'époque, la population était informée de tout projet l'impactant.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui où sous la gouvernance de Droite, tout est est devenu opaque ou simulacre de concertation.

Dans les projets, il y a ceux abandonnés comme celui des Gargues : alors là, on assiste à un moment à la Ponce Pilate où notre Présidente d'Agglo passe le singe (et la facture) à son "ami" et Maire d'Aubagne tout en oubliant au passage la perte d'environ des 3000 emplois escomptés ; je doute qu'Evolio et Faconéo puissent suffire à combler ce manque.

Quant au Valtram, on attend toujours le départ des travaux (malgré son insuffisance de capacité et les craintes sur la sécurité des passagers).

Ce n'est pas le report de la Métropole, la mise en cause de son président (coopté par la présidente de l'Agglo) par la cellule financière Tracfin, la décision du préfet sur le dossier ALTEO qui vont accélérer sa mise en service alors que celle du train-tram était acquise en 2017 ! Là, elle serait plutôt vouée aux calandes marseillaises !

Un souhait pour 2016 : Arrêtez de faire du copier /coller... surtout en moins bien !

Gilles Lejeune 

 

Conseil Municipal du 16 décembre 2015 : «L'Homme pressé»

A ce Conseil, nous avons assisté à un remake du film réalisé par Edouard Molinaro en 1977. 

En effet, M. Le Maire a repris le rôle de" L'Homme pressé" tenu naguère par Alain Delon. Il a tenté de commenter ses actions par son désir de faire avancer les choses... Il est vrai qu'il était temps de réveiller une ville endormie après 20 mois d'une gestion de Droite (heureusement qu'il y a eu les agents municipaux et territoriaux !).

Malheureusement, cette posture était supposée justifier l'absence de documents importants (dont certains de 9 pages !) malgré de nombreux rappels ce qui obère la crédibilité des arguments avancés par la Droite ; d'autant que dans ces manques, figure l'audit donc incomplet sur la Restauration Municipale...

Vous avez dit "Bizarre, comme c'est bizarre".

Autres moments pagnolesques : 

- La Culture réduite en fait à un simple rendu de clientélisme à ses fans : après l'Eglise St Sauveur, les tableaux à restaurer !

A titre d'information mais hors Conseil, un autre acte de clientélisme se prépare avec un rétablissement de la circulation autour du plateau des Espillières.

- L'attribution des acomptes de subventions aux Associations (diminuées en 2015 mais les associations, ce n'est pas de la Culture!)  et où tout va bien si ce n'est qu'au même moment La Provence relate les difficultés de La Maison de Réjane (école de danse aubagnaise) qui craint de devoir fermer ses portes en 2016.

- Les Investissements (absents depuis 20 mois) dont on peut contester le montant minimaliste (les projets, c'est encore pour plus tard et ils dépendront de La Métropole, La Mecque de La Droite !) vu que les 2/3 des crédits sont consacrés à l'armement des policiers municipaux et à la vidéosurveillance ; mais détrompez-vous, ce n'est pas, dans ces temps haineux, pour protéger la sortie des édifices de Culte, des écoles, des salles de spectacles, non c'est pour les commerces de la rue Laget et Rastègue, voire Jean Jaurés et République qui ont droit bien entendu à être protégés, mais sont-ils prioritaires ?

- L'ouverture dominicale : certains Dimanches seront travaillés car il faut s'empresser de respecter la loi de "Gauche" de M. Macron ; il n'y a pas de "Ni-Ni" dans ce domaine... Manque de chance, cette loi a du plomb dans l'aile depuis le refus de La C.F.D.T qui a rejoint  la C.G.T.

A propos, les Bus et le Tramway  seront-ils en circulation ces jours-là ? Mais peut-être qu'on ne désire pas la clientèle des usagers des Transports en Commun... Vu qu'on facilite encore l'accès des voitures en Centre-Ville alors que des élus hors Majorité s'inquiètent  quant à la réelle pollution sur Aubagne mais l'Espoir subsiste car quand la Clientèle sera revenue, on fera peut-être un Tram... ou quoi encore ! (interprétation de propos d'une élue de Droite)

Il résume de ce qui précède, Monsieur Le Maire, que nous avons le sentiment d'un temps plus que perdu et que si vous estimez être un homme pressé, prenez garde à ne pas sortir trop tôt de votre mandat !

 

M. Lejeune

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR