Retour sur la réunion sur le centre ville


Un article déjà paru dans Mèfi sur le devenir du centre ville, résume bien ce que fût ce moment. Aussi, je me contenterai de revenir sur certains points qui m'ont quelquefois fait sourire, quelquefois énervé quelquefois mis en colère.

Mr le Maire nous a exposé son bilan à mi-mandat.

• Tout d'abord ce qui se voit :

Les « Bleus » (la police municipale pour bien les nommer), les caméras, les containers enterrés. Pour la police municipale, cela a déjà souvent été dit, les chiffres annoncés ne correspondent pas à la réalité.

Pour les caméras, pas de problème c'est une réalité. Nous aurons une pensée très triste, et nous serons totalement solidaires avec les policiers agressés lors de la protection d'une caméra de surveillance.

Pour les containers enterrés, il semble que cette opération commencée lors des précédentes mandatures, dépend de l'ex Agglo et, aujourd'hui, de la métropole.

• Ensuite, ce qui ne ce voit pas :

Essentiellement le réaménagement de la dette, qui lui aussi commencé avant, est en bonne voie de résolution. Pour une dette qui était abyssale, les temps d'apurement ont été bien courts. (Voir l'article).

Mr le Maire et son Directeur des services techniques nous ont ensuite exposé le devenir de la ville :

• Du réalisable immédiatement : 

Les rues Rastègue et Martinot, la rue de la République, le cours Barthélémy et Loulou Delfieu. Des opérations de rénovation somme toute propres à la vie classique de chaque agglomération.

• Des opérations de grande envergure : 

Mais là, très peu de détails (pas de dates, pas de calendrier). Une fois de plus l'article relate d'une manière complète tous les sujets abordés. 

Je vais donc vous faire part de ce qui m'a fait sourire, énervé et « coléré », l'un n’empêchant pas l'autre d'ailleurs.

Lors de l'évocation des zones bleues, Mr le Maire a utilisé l'image (enfin je le suppose car c'est tellement gros), d'une personne qui serait enfin heureuse de pouvoir venir acheter sa baguette de pain en ville avec sa voiture (alors que les boulangeries fleurissent dans tout les quartiers !).
Si ce n'est pas une image, c'est encore plus grave. Alors que l'on veut diminuer la présence de la voiture en ville, l'implantation actuelle des zones bleues, est nuisible à l'environnement, et étouffe le centre ville. Sourires grinçants.

Concernant l'état du cours Beaumond, jugé impraticable, Mr le Maire a une fois de plus rejeté la responsabilité sur l'ancienne municipalité, qui lors de travaux récents aurait laissé des malfaçons, et n'aurait pas rénové le cours dans sa totalité.

Suite à cette remarque, il lui a été spécifié que la finition de la partie basse du cours n'avait pas été intégrée au travaux, parce qu'il était prévu le passage du tramway et donc que les travaux auraient été finis à cette occasion. L'arrêt du projet par l'actuelle municipalité, avait laissé le cours en l'état actuel.

Mr le Maire a alors affirmé qu'il aurait fallu faire les travaux intégralement et définitivement, puis recommencer une deuxième fois.

Étonnant raisonnement lui qui prétend vouloir gérer la ville en bon père de famille, comment peut-il dépenser l'argent des contribuables de cette manière là, alors qu'il affirme sans arrêt que la ville est surendettée ? Là, j'avoue, je suis passé du sourire à l'énervement.

Où je suis passé de l'énervement à la colère c'est lors d'une question sur la gratuité du parking Pierre Blancard.

Alors qu'on lui faisait remarquer que depuis qu'il l'avait rendu payant pour toutes les personnes n'ayant pas un abonnement annuel aux TER, beaucoup d'usagers (étudiants, travailleurs temporaires, usagers occasionnels de la SNCF et Cartreize) se garaient dans les rues avoisinantes (allant même jusqu'au parking de La Penne), au détriment des habitants.

Mr le Maire a rejeté la responsabilité sur les deux autres partenaires de la négociation qui a eu lieu. Lui, voulait la gratuité, et continue à la réclamer, la SNCF et la Région n'étant pas d'accord.

Rappelons les faits. C'est lui en premier lieu qui a rétabli le paiement du parking, allant même jusqu'à faire mettre des PV. 

Suite à un courrier de la SNCF, les PV ont été suspendus et des négociations sont intervenues, pour arriver d'un commun accord à la signature d'une convention entre les partenaires.
Il semble donc étonnant que Mr le Maire puisse affirmer qu'il continue à réclamer la gratuité de ce parking.

Certes, il n'y a pas une seule vérité. Mais les faits sont les faits. Aussi, devant ce dernier point qui démontre que Mr le Maire a une vision étrange des choses en essayant de se dédouaner à tort de tout, quel crédit peut-on apporter à la réunion sur le devenir du centre ville ?

De quoi vous couper l'envie d'aller à l'apéro qui a suivi. 

 Maurice Marsiglia

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR