Les Pénitents hauts lieux de citoyenneté à Aubagne à l'époque révolutionnaire


Votre article Aubagne fête son patrimoine, fort intéressant par ailleurs, se termine par deux phrases qui m’invitent à débattre avec vous, ce que je fais fort volontiers.

En effet vous écrivez : « Même s'il existe toujours des congrégations de Pénitents, surtout dans notre midi d'ailleurs, il semble bien qu'elles soient comparables à des clubs services plutôt qu'à de vrais organes servant à développer la citoyenneté des femmes et des hommes. » Puis plus loin : « Il sera peut-être question de ce débat lors des visites des deux chapelles de Pénitents fermées au public qui seront ouvertes pour ces journées du patrimoine. »

Dans la plaquette du programme des Journées Européennes du Patrimoine, les organisateurs proposent au public un contexte historique précis : « A cette occasion, vous pourrez notamment pénétrer dans les chapelles des Pénitents Blancs et Pénitents Gris, hauts lieux de citoyenneté à l’époque révolutionnaire. »

Un des travaux de référence incontournable sur l’histoire d’Aubagne « Aubagne, Le Temps Retrouvé, ouvrage collectif sous la direction de Dominique Berthout », nous renseigne sur ce sujet en plusieurs endroits. Par exemple :

« La chapelle des Pénitents noirs fut réquisitionnée en 1790 pour organiser les élections municipales.

Pénitents blancs : Réutilisation des lieux en 1791 pour les Assemblées primaires.

La chapelle des Pénitents Gris n’échappa pas au sort réservée à ses deux consœurs, elle servit à partir de 1790 aux assemblées électorales, de salle de réunion au Club des Amis de la Constitution et pour les audiences de la Justice de Paix. »

Nous le voyons donc sans ambiguïté, les Pénitents furent bien des hauts lieux de citoyenneté à l’époque révolutionnaire.

J’espère que vous apprécierez ces quelques précisions.

 Mr Moine

 ______________

Un lecteur, féru de l'histoire d'Aubagne et de ses congrégations de Pénitents, a eu la bonne idée de relever le questionnement posé dans notre article sur les journées européennes du patrimoine. Il vient proposer fort justement des précisions trés intéressantes sur les chapelles qui seront ouvertes ce week end aux amateurs de patrimoine.

Si on ne peut nier le contexte historique de ces chapelles, elles n'en reste pas moins des chapelles. Lors de la Révolution, elles ont été réquisitonnées pour organiser des assemblées citoyennes, c'est un fait. Il n'en reste pas moins que le lieu ne fait pas la citoyenneté. Et la précision que nous avons essayé d'apporter relève plus de l'esprit que de la lettre. Et dans notre article, il était bien question des hommes (et à l'époque les pénitents étaient uniquement des hommes) et non des murs. Nous n'avions nullement la prétention d'affirmer une vérité mais bien d'ouvrir le débat.

Nous remercions notre lecteur de sa contribution. Nous en profitons pour rappeler que Mèfi! est aussi fait pour donner la parole à tous ceux qui souhaitent des échanges constructifs. 

La Rédaction

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR